LA TÉLÉ EN TOUS LIEUX ET À TOUTE HEURE

La Télé et les écrans en géné­ral : des faits , rien que des faits !

Extraits du livre TV lobo­to­mie
CHAPITRE I
LA TÉLÉ EN TOUS LIEUX ET À TOUTE HEURE

« La télé­vi­sion n’exige du spec­ta­teur qu’un acte de courage – mais il est
surhu­main -, c’est de l’éteindre. »
, Pascal Bruck­ner, philo­sophe [161].

« La déci­sion impor­tante consiste à savoir si l’on a une télé­vi­sion ou pas,
si l’on expose les enfants à presque tout ce que la télé­vi­sion offre, ou à rien du tout. »,
Qoshua Meyro­witz, profes­seur de commu­ni­ca­tion à l’uni­ver­sité du New Hamp­shire [162]

« Alors que jusqu’à main­te­nant, la télé­vi­sion enchaî­nait son spec­ta­teur [… ]. elle l’ac­com­pa­gnera demain partout où il ira », François Lost, spécia­liste des médias, profes­seur à l’Uni­ver­sité de Paris 3-Sorbonne [60]

Cet article est à relier à mon article chapeau TV LOBOTOMIE qui présente le livre éponyme de Pascal Desmur­get. Le chapitre II, « LA TÉLÉ ÉTOUFFE L’INTELLIGENCE « , est résumé dans cet autre article.

La télé, maîtresse du temps et de l’es­pace
  • Aux États-Unis, juste après la seconde guerre mondiale, il a suffi de sept petites années pour que le taux d’équi­pe­ment en télé­vi­seurs des foyers passe de 1 à 75 % [12, 171] ;
  • Le taux d’équi­pe­ment en télé­vi­seurs était de 99 % dans l’en­semble des pays déve­lop­pés en 2011 [172, 173 , 165, 166 ] ;
  • 90 % des gamins de la planète recon­naissent Termi­na­tor et Rambo [121] ;
  • 25 % des adoles­cents améri­cains ne savent pas qui est Hitler [174] ;
  • 25 % des jeunes Anglais pensent que Wins­ton Chur­chill est un person­nage de fiction [175] ;
  • Dans l’écra­sante majo­rité des foyers, le salon est dessiné, non pour stimu­ler les échanges inter­per­son­nels, mais pour faci­li­ter l’ac­cès au poste [101, 176 ] ;
  • Le plan­ning fami­lial (repas, heure du coucher, moment des devoirs, etc.) est prin­ci­pa­le­ment ponc­tué, non par les rythmes physio­lo­giques, mais par le temps télé­vi­suel [101, 177, 178] ;
  • en France, selon les termes du Crédoc, le jour­nal télé­visé sert de véri­table « réfé­rence tempo­relle » [179] ;
  • Le jour­nal télé­visé sert de véri­table « réfé­rence tempo­relle » : « 2 ménages sur 3 dînent devant [la télé­vi­sion], et 43 % la convient même à leur déjeu­ner [… ] [179] ;
  • En semaine, on dîne en 35 minutes (33 minutes en 1995), soit le temps du jour­nal télé­visé [180] ;
  • Un bouquet comme Canal­sat reven­dique près de 300 chaînes [182] ;
  • « La télé­vi­sion est deve­nue l’un des plus grands sujets de tension dans les familles », Monique Dagnaud, direc­trice de recherche au CNRS, ancien membre du Conseil supé­rieur de l’au­dio­vi­suel [183, 184] ;
  • Aux États-Unis, plus de 70 % des enfants de 8 ans et plus ont une télé­vi­sion dans leur chambre, 43 % des 4–6 ans, 29 % des 2–3 ans et 19 % des 0–1 an 185 [152, 185 ] ;
  • En France, 57 % des adultes ont une télé­vi­sion dans leur chambre, % des 13–14 ans, 25 % des 6–8 ans [186, 187, 188] ;
  • 53 % des élèves français de 6 à 13 ans en diffi­culté scolaire dispose d’un télé­vi­seur dans leur chambre [190] ;
  • un enfant a signi­fi­ca­ti­ve­ment plus de chances de possé­der une télé­vi­sion dans sa chambre s’il est issu d’un milieu modeste et/ou peu éduqué [191, 193]. Cette rela­tion explique, pour partie, la tendance des enfants défa­vo­ri­sés à consom­mer davan­tage de télé­vi­sion que leurs homo­logues aisés [167, 194, 195, 196, 197, 198] ;
  • Un ado qui regar­dait la télé 2 heures par jour, se retrou­vera à 3 h 30 dès lors qu’un récep­teur sera placé dans sa chambre [192] ;
  • La présence d’un télé­vi­seur dans la chambre induit une dimi­nu­tion de l’ac­ti­vité physique, une dégra­da­tion des habi­tudes alimen­taires, une réduc­tion du temps passé à lire, une alté­ra­tion du sommeil, un affais­se­ment des perfor­mances scolaires et un assè­che­ment des inter­ac­tions intra-fami­liales [192, 199, 200, 201]. Voir chapitres suivants pour plus de détail ;
  • En 2009, la consom­ma­tion mondiale a battu son record absolu : 3 h 12 par jour et par personne [211] ;
  • 60 % des adoles­cents français de 15 ans regardent la télé plus de 2 h par jour en semaine [167] ;
  • La consom­ma­tion audio­vi­suelle moyenne des 15–24 ans dépasse les 2 h/jour que ce soit en Alle­magne, en Angle­terre, en Espagne, en Italie, aux États-Unis ou en France [212] ;
Inter­net c’est AUSSI la télé­vi­sion et la télé nous suit partout (portables, tablettes, 4G, …)
  • « Il était déjà alar­mant (pour certains) que deux tiers des adoles­cents aient des télé­vi­sions dans leurs chambres. Bien­tôt ils les auront dans leurs poches », Dimi­tri Chris­ta­kis et Frede­rick Zimmer­man, spécia­listes du sujet à l’Uni­ver­sité de Washing­ton, [4] ;
  • « Un focus sur ces jeunes adultes révèle que malgré les solli­ci­ta­tions auxquelles ils sont soumis, Inter­net, loisirs numé­riques et parti­cu­liè­re­ment les jeux, ils sont loin d’aban­don­ner leurs pratiques télé­vi­suelles. Ils auraient plutôt tendance à les augmen­ter » [212]. « Ce n’est pas parce qu’on a un écran Inter­net que l’on est moins fan de télé­vi­sion. En défi­ni­tive, il n’y a pas vrai­ment de concur­rence entre les écrans. » [173] ;
  • « Non seule­ment la télé­vi­sion consomme pratique­ment trois fois le temps accordé au média suivant le plus proche, mais la caté­go­rie la plus proche consiste en vidéos et films- on peut soute­nir qu’il s’agir simple­ment d’une autre forme de télé­vi­sion. En d’autres termes, l’ex­po­si­tion à un écran TV, sous une forme ou une autre, rend compte de plus de la moitié de l’ex­po­si­tion des jeunes aux médias élec­tro­niques » [216] ;
  • « Les adoles­cents n’aban­donnent PAS la TV pour de nouveaux médias : en fait, ils regardent plus la TV que jamais, une augmen­ta­tion en crois­sance de 6 % sur les 5 dernières années aux États-Unis. Les adoles­cents aiment Inter­net. .. mais passent bien moins de temps à navi­guer que les adultes : les adoles­cents passent mensuel­le­ment 11 h 32 en ligne – bien en deçà de la moyenne de 29 h 15. » [217] ;
  • Les vidéos en ligne de Secret Story ont tota­lisé 28 millions d’ac­cès pour le seul mois de juillet 2009 [220] ;
  • Les utili­sa­teurs de Daily­mo­tion consultent dans 8 cas sur 10 des programmes de télé­vi­sion [220] ;
  • Les chaînes se sont même mises à déve­lop­per spéci­fique­ment des programmes pour le Net [225] ;
  • Le télé­phone portable permet désor­mais d’ac­cé­der en direct à plusieurs dizaines de chaînes. En 2008, un opéra­teur a commer­cia­lisé le premier appa­reil cellu­laire suscep­tible de capter les programmes gratuits de la TNT [226] ;
  • * Les 16 chaînes de la télé­vi­sion mobile person­nelle seront bien­tôt dispo­nibles sur télé­phone portable [227, 228] ;
  • La consom­ma­tion audio­vi­suelle liée aux nouveaux supports média­tiques frise­rait d’ores et déjà l’heure quoti­dienne aux États-Unis chez les 8–18 ans (24 minutes pour Inter­net, 15 minutes pour les télé­phones portables et 15 minutes pour les systèmes de type iPod/MP3) [152] ;
Des émis­sions enfan­tines aux programmes tous publics
  • Plus les enfants ont été expo­sés à un régime audio­vi­suel lourd avant 4 ans et plus ils ont de chances de s’op­po­ser avec véhé­mence à l’abro­ga­tion du flux catho­dique lors de leur entrée au cours prépa­ra­toire [232] ;
  • Les données démon­trant que l’usage télé­vi­suel s’ac­quiert par impré­gna­tion durant les âges initiaux de la vie, abondent [12, 29, 185, 194, 233] ;
  • Il est démon­tré, que le volume de télé­vi­sion absorbé durant la petite enfance annonce globa­le­ment la consom­ma­tion adoles­cente, qui augure elle-même de l’ex­po­si­tion adulte [196, 234, 235, 236] ;
  • Plus de la moitié des foyers abri­tant des mineurs de 8 à 18 ans offrent à ces derniers un usage télé­vi­suel tota­le­ment libre [192, 193] ;
  • 3/4 des gosses de 8 ans et 8/10 des gamins de 11 ans ne subissent aucune restric­tion quant à l’uti­li­sa­tion du poste! [192] ;
  • 80 % du temps passé devant la télé­vi­sion par les enfants de 4 à 10 ans l’est devant des programmes « tous publics » [18] ;
  • 25 à 30 % des 8–12 ans sont encore devant la télé à 20 h 30 [18] ;
  • 1,5 million d’en­fants de 4 à 10 ans sont devant la télé à 20 h et aux alen­tours de 8 h. 800.000 indi­vi­dus le sont encore à 22 heures [247] ;
  • Les parents connaissent moins de la moitié des programmes couram­ment vision­nés par leurs enfants [253] ;
  • La propor­tion de co-vision­nage en présence d’un parent à 19 % pour les 2–7 ans, 6 % pour les 8–13 ans et 2 % pour les 14–18 ans [193] ;
Réécrire le réel

« Affran­chi de l’au­to­rité des adultes, l’en­fant n ‘a donc pas été libéré
mais soumis à une auto­rité bien plus effrayante et vrai­ment tyran­nique : la tyran­nie de la majo­rité »
Hannah Arendt dans un essai dédié à La Crise de l’édu­ca­tion [266].


Nombre d’ob­ser­va­tions casuelles soulignent l’ex­cel­lente inté­gra­tion sociale des enfants élevés loin de la télé­vi­sion [16, 29, 183, 264] ;

  • Les enfants élevés loin de la télé­vi­sion se révèlent plus satis­faits de leur vie et plus heureux que leurs confrères télé­phages [55, 152, 192, 193, 265] ;
Une télé­pha­gie non assu­mée
  • 81 % des mères et 87 % des pères mini­misent la durée d’écoute de leur progé­ni­ture âgés de 10 à 13 ans. La durée effec­tive outre­passe les évalua­tions paren­tales de 56 % [253]. Une valeur compa­rable (63 %) pour les enfants de 6 à 13 ans [268] ;
  • une écra­sante majo­rité de Français dit préfé­rer les émis­sions docu­men­taires et cultu­relles aux programmes de télé­réa­lité [274, 275] et placent régu­liè­re­ment Arte loin devant TF1 au jeu des indices de satis­fac­tion [276, 277, 278] ;
  • En terme de parts d’au­dience, TF1 pulvé­rise Arte : 26,1 % vs 1,7 % en 2009) [146] ;
  • Les 50 meilleures audiences de 2009, toutes réali­sées par TF1 : 0 (zéro) docu­men­taire, 38 séries améri­caines, 4 matchs de foot, 3 films grand public, 3 émis­sions de diver­tis­se­ment , 1 jour­nal télé­visé et 1 inter­ven­tion du Premier ministre [279] ;
  • TF1 a réalisé, en 2007, les 100 % des 100 meilleures audiences toutes chaînes confon­dues [281] contre 96 % en 2008 [282] et 2009 [283], et 98 % en 2006 [284] ;
  • 7,6 millions de télé­spec­ta­teurs ont suivi sur TF1 un entre­tien du chef de l’État contre 4,1 millions, soit une bonne moitié, l’ont suivi sur une chaîne du service public [285] ;

____________________________
Réfé­rences

2 LACROIX A., « Enfin une bonne raison de jeter votre télé », Philo­so­phie maga­zine, no 37, mars 2010, p. 3.

12 PUTNAM R., Bowling Alone, Simon & Schus­ter, 2000.

16 SCHORJ.B., Born to Buy, Scrib­ner, 2004.

18 BÉNILDE M., On achète bien les cerveaux, Raisons d’agir, 2007.

29 WINN M., The Plug-in-Drug, Penguin Group. 2002, édition corri­gée, pp. 29 (BBC), 97 (sondage), 151, 129–130,204–205.

54 BENTOLILA A., Tout sur l’école, Odile Jacob, 2004, pp. 17, 19, 20–23, 7 1, 73, 81 , 84, 93, 110.

55 KASSER T., The High Priee of Mate­ria­lism, MIT Press, 2002.

58 KUBEY R. et al., « Media and the family », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book of Chil­dren and the Media, Sage Publi­ca­tions, 2001, p. 323 et passim.

60 J.ST F., Comprendre la télé­vi­sion et ses programmes, Armand Colin, 2009, 2′ éd., p. 36.

65 HEALY J.M., Endan­ge­redMinds, Simon & Schus­ter Paper­backs, 1990, p. 316.

81 POLONY N., Nos enfants gâchés, Lattès, 2005, pp. 21–22, 44, 66, 92, 164–166, 193.

96 HAN COX R.J. et aL, « Asso­cia­tion of tele­vi­sion viewing during child­hood with poor educa­tio­nal achie­ve­ment »,Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 159, 2005, p. 614 et passim.

101 J.RDAN A., « The role of media in chil­dren’s deve­lop­ment: an ecolo­gi­cal pers­pec­tive », J.Dev. Behav. Pediatr., no 25, 2004, p. 196 et passim.

121 GROEBEL J.,  »Media violence in a cross-cultu­ral pers­pec­tive », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book ofChil­dren and the Media, 2001, Sage Publi­ca­tions, pp. 255, 262 et passim.

128 ZIMMERMAN F. J. et al., « Asso­cia­tions between media viewing and language deve­lop­ment in chil­dren under age 2 years », J. Pediatr., no 151, 2007, p. 364 et passim.

129 CHONCHAIYA W. et al., « Tele­vi­sion viewing asso­ciates with delayed language deve­lop­ment »,Acta Paediatr., n° 97, 2008, pp. 977 et passim.

130 ANDERSON D.R. et al., « Tele­vi­sion and very young chil­dren »,Am. Behav. Sei., no 48, 2005, p. 505 et passim.

131 TANIMURA M. et al., « Tele­vi­sion viewing, redu­ced paren­tal utte­rance, and delayed speech deve­lop­ment in infants and young chil­dren », Arch. Pediatr. Adofesc. Med., n° 161, 2007, p. 618 et passim.

132 VANDEWATER E.A. et al., « Time weil spent? Rela­ting tele­vi­sion use to chil­dren’s free-time acti­vi­ties », Pedia­tries, no 117, 2006, pp. e181-e191.

133 CHRISTAKIS D.A. et al., « Audible tele­vi­sion and decrea­sed adult words, infant voca­li­za­tions, and conver­sa­tio­nal turns: a popu­la­tion-based srudy », Arch. Pediatr. Adofesc. Med., no 163, 2009, p. 554 et passim.

134 KlRKORIAN H.L. et al., « The impact of back­ground tele­vi­sion on parent-child inter­ac­tion », Child Dev., n° 80, 2009, p. 1350 et passim.

142 ZIMMERMAN F.J. et al., « Teaching by liste­ning: the impor­tance of adult-child conver­sa­tions to language deve­lop­ment », Pedia­tries, n° 124, 2009, p. 342 et passim.

143 HART B. et al., Meaning­ful Dijfè­rences in the Every­day Expe­rience of Young Ameri­can Chil­dren, Brooks, 1995.

144 KUHL P.K. et al., « Foreign-language expe­rience in infancy: effects of short-term expo­sure and social inter­ac­tion on phone­tic lear­ning », Proc. Natl. Acad. Sei. USA, n° 100, 2003, p. 9096 et passim.

146 « Média­mat annuel 2009 », Média­mé­trie, accès 26 septembre 2010, http://www.media­me­trie.fr/tele­vi­sion/commu­niques/media­mat-annuel-2009.php?id=178.

152 RIDEOUT V. et al., « Gene­ra­tion M: media in the lives of 8–18 year-olds », The Kaiser Family Foun­da­tion, janvier 2010, accès 26 septembre 2010, http://www.kff.org/entme­dia/upload/8010.pdf.

161 BRUCKNER P., La Tenta­tion de l’in­no­cence, Le Livre de poche, 1995, pp. 28, 89–90.

162 MEYROWITZ J., No Sense of Place, Oxford Univer­sity Press, 1985, p. 245.

165 GROEBEL J. , « Media access and media use among 12-year-olds in the world », in VON FEILITZEN C. et al. (sous la direc­tion de), Chil­dren and Media, Image Educa­tion Parti­ci­pa­tion: Year­book ftom the Unesco Inter­na­tio­nal Clea­rin­ghouse on Chil­dren and Violence on the Screen, Nordi­com, 1999, p. 61 et passim.

166 VON FEILITZEN C., « Chil­dren’s amount of TV viewing: statis­tics from ten coun­tries », in VON FEILITZEN C. et al. (sous la direc­tion de), Chil­dren and Media, Image Educa­tion Parti­ci­pa­tion: Year­book ftom the Unesco Inter­na­tio­nal Clea­rin­ghouse on Chil­dren and Violence on the Screen, Nordi­com, 1999, p. 69 et passim.

167 « Inequa­li­ries in young people’s health. HBSC inter­na­tio­nal report from the 2005/2006 survey », OMS, 2008, accès 26 septembre 2010, http://www.euro. who.int/_data/assets/pdf_file/0005/53852/E91416.pdf.

169 COMSTOCK G. et al., « The use of tele­vi­sion and other film-rela­ted media », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book of Chil­dren and the Media, 2001, Sage Publi­ca­tions, pp. 47, 67 et passim.

171 PAlK H., « The history of chil­dren’s use of elec­tro­nic media », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book ofChil­dren and the Media, 2001, Sage Publi­ca­tions, p. 7 et passim.

172 « Équi­pe­ment des ménages en multi­mé­dia selon la caté­go­rie socio­pro­fes­sion­nelle », insee.fr, enquête SRCV-SILC 2007, accès 26 septembre 2010, http://www.insee.fr/frlthemes/tableau.asp?reg_id=O&ref_id=NAT non05140.

173 « Les enfants de l’écran », Média­mé­trie, Audiences : le mag, 24 avril 2008, accès 26 septembre 2010, http://www.audien­ce­le­mag.com/?article=22&rub= 1.

174 HESS F., « Still at risk: What students don’t know, even now », A report from Common Core (Washing­ton, DC), 2008, accès 26 septembre 2010, http://www. common­core.org/docs/CCre­port_stil­la­trisk.pdf.

175 SIMPSON A., « Wins­ton Chur­chill didn’t really exist, say teens », tele­graph.co.uk, 4 février 2008, accès 26 septembre 2010, http://www.tele­graph.co.uklnews/uknews/1577511/Wins­ton-Chur­chill-didnt-really-exist-say-teens.html.

176 LIN OLOF T. et al., « Acco­mo­da­tion of video and tele­vi­sion in the Arne­ri­can family », in LULL J. (sous la direc­tion de), World Fami­lies Watch Tele­vi­sion, Sage, 1988, p. 158 et passim.

177 LULL J., « The social uses of tele­vi­sion », Human Comm. Res., no 6, 1980, p. 197 et passim.

178 BASNER M. et al., « Dubious bargain: trading sleep for Leno and Letter­man », Sleep. n° 32, 2009, p. 747 et passim.

179 VOLATIER J.L., « Le repas tradi­tion­nel se porte encore bien », Consom­ma­tion et modes de vie, Credoc, no 132, 30 janvier 1999, accès 26 septembre 2010, http://www. credoc.fr/pdf/4pll32.pdf.

180 HÉBEL P., « Le petit déjeu­ner anglo-saxon s’ins­talle peu à peu », Consom­ma­tion et modes de vie, Credoc, no 204, juillet 2007, accès 26 septembre 2010, http://www. credoc.fr/pdf/4p/204.pdf.

182 Group. Canal+, accès 26 septembre 2010, http://www.canal­plus­group.com/cid5202.htm.

183 DAGNAUD M., « L’en­fant, la culture et la télé­vi­sion », jour­nal du CNRS, n° 189, octobre 2005, accès 26 septembre 2010, http://www2.cnrs.fr/jour­nal/2472.htm.

184 Voir pour quelques récits édifiants au sujet de l’uti­li­sa­tion de la télé­com­mande : « Jamais d’ac­cord devant la télé : ce qu’elles nous disent; ce qu’ils nous disent », Femme actuelle, 15–21 juin 2009.

185 RIDEOUT V. et al., « The media family: elec­tro­nic media in the lives of infants, todd­lers, pres­choo­lers and their parents », The Kaiser Family Foun­da­tion, mai 2006, accès 26 septembre 2010, http://www.kff.org/entme­dia/upload/7500.pdf, pp. 4, 11, 14, 23.

186 INSERM, « Rapport collec­tif. Troubles des conduites chez l’en­fant et l’ado­les­cent (chapitre VII) », INSERM, 2005, accès 26 septembre 2010, http://www.inserm.fr/index.php/content/down­load/7154/5 5249/file/trou­bles+­des+­con­duites. pdf.

187 « 9′ Jour­née natio­nale du sommeil, résul­tats de l’enquête « Sommeil et rythme de vie« – INSV/BVA Heal­th­care »,Insti­tut natio­nal du sommeil et de la vigi­lance, 18 mars 2009, accès 27 septembre 2010, http://www.insti­tut-sommeil-vigi­lance.org/docu­ments/Enquete-2009-Sommeil-rythme.ppt.

188 « Kids’ Atti­tudes 2005 Où vont les préados? », Ipsos, 2005, accès 26 septembre 2010, http://www.ipsos.fr/Canallp­sos/articles/images/16271 diapo­rama.htm.

190 « Baro­mètre annuel du rapport à l’école des enfants de quar­tiers popu­laires », Trajec­toires-Reflex pour l’AFEV, 24 septembre 2008, accès 27 septembre 2010, http://www.afev.fr/file.php?id=7; le chiffre de 53 % n’ap­pa­raît pas dans le texte de l’étude où ne sont données que les valeurs par sexe (garçons 61 %, filles 46 %). Le pour­cen­tage global de 53 % m’a été commu­niqué par M. Pascal Bavoux, respon­sable de l’étude.

191 WOODARD E.H. et al.,« Media in the home: the fifth annual survey of parents and chil­dren », The Annen­berg Policy Center, Survey Series no 7, 2000, accès 27 septembre 2010, http://www.annen­berg­pu­blic­po­li­cy­cen­ter.org/Down­loads/Media_ and_Deve­lo­ping_ Child/media­sur­vey/survey 7.pdf.

192 ROBERTS D.F. et al., « Gene­ra­tion M: media in the lives of 8–18 year-olds », The Kaiser Family Foun­da­tion, mars 2005, accès 27 septembre 2010, http://www.kff.org/entme­dia/upload/Gene­ra­tion-M-Media-in-the-Lives-of-8–18-Year-olds-Report.pdf.

193 ROBERTS D.F. et al., « Kids and media: the new mille­nium », The Kaiser Family Foun­da­tion, novembre 1999, accès 27 septembre 2010, http://www.kff.org/entme­dia/upload/Kids-Media-The-New-Millen­nium-Report.pdf.

194 CERTAIN L.K. et al., « Preva­lence, corre­lates, and trajec­tory of tele­vi­sion viewing among infants and todd­lers », Pedia­tries, no 109, 2002, p. 634 et passim.

195 GORELY T. et al., « Couch kids: corre­lates of tele­vi­sion viewing among youth », lnt. J. Behav. Med., n° 11, 2004, p. 152 et passim.

196 HAN COX R.J. et al., « Asso­cia­tion between child and adoles­cent tele­vi­sion viewing and adult health: a longi­tu­di­nal birth cohort study », Lancet, no 364, 2004, pp. 257, 261 et passim.

197 DAGNAUD M., Enfants, consom­ma­tion et publi­cité télé­vi­sée, La Docu­men­ta­tion française, 2003.

198 « Rapport Baby’Bus », Tns-Sofres, étude sur les tout-petits et la TV- 63EN12Tjuin 2004.

199 BARR-ANDERSON D.J. et al., « Charac­te­ris­tics asso­cia­ted with older adoles­cents who have a tele­vi­sion in their bedrooms », Pedia­tries, no 121, 2008, p. 718 et passim.

200 BORZEKOWSKJ D.L. et al., « The remote, the mouse, and the no. 2 pencil », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., n° 159, 2005, p. 607 et passim.

201 DENNlSON B.A. et al., « Tele­vi­sion viewing and tele­vi­sion in bedroom asso­cia­ted with ovet­weight risk among low-income pres­chool chil­dren », Pedia­tries, no 109, 2002, p. 1028 et passim.

211 « World­wide TV unaf­fec­ted by the crisis », Média­mé­trie, commu­niqué de presse, Euro­da­taTV World­wide, 16 mars 2010, accès 27 septembre 2010, http://www.media­me­trie.com/euro­da­tarv/commu­niques/euro­data-rv-world­wide-one-tele­vi­sio­nyear- in-the-world-201 0-edirion. php?id=223.

212 « Les chaînes dites « histo­riques« font de la résis­tance », Média­mé­trie, Audience: le mag, 21 juillet 2008, accès 27 septembre 2010, http://www.audien­ce­le­mag.com/? article=24&rub= 1.

216 ROBERTS D.F. et al., « Trends in media use », Fut. Child, n° 18, 2008, pp. 11, 19 et passim.

217 « How teens use media. A Niel­sen report on the myths and reali­ties of teen media trends », The Niel­sen Compa­gny, juin 2009, accès 27 septembre 2010, http://blog.niel­sen.com/niel­sen­wire/reports/niel­sen_howteen­su­se­me­dia_june09.pdf.

220 PELLERIN M., « Ces émis­sions qui cartonnent sur Inter­net », Aujourd’­hui en France, 11 août 2009.

225 « Pour voir cette série, rendez-vous sur le web », Aujourd’­hui en France, 22 novembre 2009.

226 «  Neuf Cege­tel sort le premier télé­phone-télé­vi­seur mobile avec récep­teur TNT », AFp. 20 mars 2008, accès 27 septembre 2010, http://www.webma­na­ger­cen­ter.com/actua­lite/inter­na­tio­nal/2008/03/20/40520/neuf-cege­tel-sort-le-premier-tele­phone-tele­vi­seur-mobile-avec-recep­teur-tnt.

227 « La télé­vi­sion mobile person­nelle : lance­ment repoussé à 2010 », LePoint.fr, 3 mars 2009, accès 27 septembre 2010, http://www.lepoint.fr/actua­lites-tech­no­lo­gie-inter­net/tele­vi­sion-mobile-person­nelle-lance­ment-repousse-a-20 10/1387/0/322188.

228 « TDF : « La télé­vi­sion mobile person­nelle dès la fin 2011 » », lefi­garo.fr, 8 juin 2010, accès 19 septembre 2010, http://www.lefi­garo.fr/medias/2010/06/07/04002–20100607ARTFIG00485-olivier-huart-invite-du-buzz-media-orange-le-figaro.php.

232 CHRISTAKJS D.A. et al., « Early tele­vi­sion viewing is asso­cia­ted with protes­ting turning off the tele­vi­sion at age 6 », MedGenMed, n° 8, 2006, p. 63.

233 ZIMMERMAN F.J. et aL., « Chil­dren’s tele­vi­sion viewing and cogni­tive outcomes: a longi­tu­di­nal analy­sis of natio­nal data », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 159, 2005, p. 619 et passim.

234 lAND HUIS C.E. et al., « Does child­hood tele­vi­sion viewing lead to atten­tion problems in adoles­cence? Results from a pros­pec­tive longi­tu­di­nal study », Pedia­tries, no 120, 2007, p. 532 et passim.

235 PARSONS T.J. et al., « Tele­vi­sion viewing and obesiry: a pros­pec­tive study in the 1958 British birth cohort », Eur. J. Clin. Nutr., no 62, 2008, p. 1355 et passim.

236 LEE S.J. et aL, « Predic­ting chil­dren’s media use in the U.SA.: diffe­rences in cross-sectio­nal and longi­tu­di­nal analy­sis ,,, Br. J. Dev. PsychoL, no 27, 2009, p. 123 et passim.

243 RlDEOUT V.J. et al., « Zero to six : elec­tro­nic media in the lives of infants, todd­lers and pres­choo­lers », The Kaiser Family Foun­da­tion, automne 2003, accès 27 septembre 2010, http://kff.org/other/report/zero-to-six-elec­tro­nic-media-in-the/.

245 MYRTEK M. et al., Physio­lo­gi­cal, beha­vio­ral, and psycho­lo­gi­cal effects asso­cia­ted with tele­vi­sion viewing in school­boys: an explo­ra­toty study »,}. Early Adolesc., n° 16, 1996, p. 30 1 et passim.

246 HUSTON A.C. et al., « How young chil­dren spend their time: tele­vi­sion and other acti­vi­ties », Dev. Psychol., no 35, 1999, p. 912 et passim.

247 « Marke­ting télé­visé pour les produits alimen­taires à desti­na­tion des enfants », UFC-Que Choi­sir, décembre 2010, accès 7 décembre 2010, http://www.quechoi­sir.org/alimen­ta­tion/nutri­tion/etude-marke­ting-tele­vise-pour-les-produits-alimen­taires-a-desti­na­tion-des-enfants-analyse-des-enga­ge­ments-des-profes­sion­nels-et-impact-sur-les-compor­te­ments-alimen­taires.

253 KOOLSTRA C.M. et al. , « Viewing beha­vior of chil­dren and TV guidance by parents: A compa­ri­son of parent and child reports », Commu­ni­ca­tions, no 29, 2004, p. 179 et passim.

264 BERMEJO BERROS J., Géné­ra­tion télé­vi­sion, De Boeck, 2007, pp. 224–225, 312.

265 ROBERTS D.F. et al., Kids & Media in America, Cambridge Univer­sity Press, 2004.

266 ARENDT H., « La crise de l’édu­ca­tion », in ARENDT H. (sous la direc­tion de), La Crise de la culture, Galli­mard, 1972, pp. 223, 233 et passim.

268 J.RDAN A. B. et al, « Redu­cing chil­dren’s tele­vi­sion-viewing time: a quali­ta­tive study of parents and their chil­dren », Pedia­tries, no 118, 2006, pp. e 1303-e 131 O.

274 Sondage IFOP-TV Maga­zine, août 2005, cité in MEYER M., Le Livre noir de la télé­vi­sion, Gras­set, 2006, p. 21.

275 « Le docu­men­taire, programme télé favori des Français », sondage Ipsos 1 France-Soir, 22 février 2010, accès 20 juin 2010, http://www.ipsos.fr/decryp­ter-societe/2010–02–22-docu­men­taire-programme-tele-favori-fran­cais.

276 « L’image des chaînes de télé­vi­sion au crible », ipsos.com, Canal Ipsos, 21 mars 2002, accès 19 juin 2009, http://www.ipsos.fr/decryp­ter-societe/2002–03–21-l-image-chaines-tele­vi­sion-au-crible.

277 « 60 % des Français sont mécon­tents des programmes télé », Canal Ipsos, 25 mars 2004, accès 28 septembre 2010, http://www.ipsos.fr/decryp­ter-societe/2004–03–25–60-fran­cais-sont-mecon­tents-programmes-tele.

278 « Baro­mètre Ifop », tele-2-semaines.fr, 21 février 2008, accès 19 juin 2009, http://www.programme.tv/news/actu/1609-exclu­sif-france-3-et-france-5-chaines-prefe­rees-des-fran­cais/.

279 « Décou­vrez les 100 meilleures audiences de 2009 », ozap.com, 31 décembre 2009, accès 28 septembre 2010, http://www.ozap.com/actu/decou­vrez-100-meilleures-audiences-2010-menta­list/388202.

281 « TF1 a réalisé en 2007 les 100 meilleures audiences », 20mi­nutes.fr, 1er janvier 2008, accès 19 juin 2009, http://www.20mi­nutes.fr/article/203784/Media-TF1-a-realise-en-2007-les-l 00-meilleures-audiences.php.

282 « TF1 chute, le group. voit une baisse de 9 % de ses ventes en 2009 », lefi­garo.fr, 12 février 2009, accès 28 septembre 2010, http://www.lefi­garo.fr/societes/2009/02/19/04015–20090219ARTFIG00365-tf1-chute-le-groupe-voit-une-baisse-de-9-de-ses-ventes-en-2009-.php.

283 « TF1 rafle 96 des 100 meilleures audiences 2009 », lefi­garo.fr, 31 décembre 2009, accès 1er janvier 2010, http://www.lefi­garo.fr/medias/2009/12/31/04002–20091231ARTFIG00277-tf1-rafle-96-des-100-meilleures-audiences-2009-.php.

284 « 98 des 100 meilleures audiences 2006 pour TF1 », TFl.lci.fr, 2 janvier 2007, accès 28 septembre 2010, http://lci.tf1.fr/econo­mie/medias/2007–01/100-meilleures-audiences-2006-pour-tf1–4881447.html.

285 « Faible audience pour Nico­las Sarkozy », libé­ra­tion.fr, 25 avril 2008, accès 19 juin 2009, http://www.libe­ra­tion.fr/actua­lite/2008/04/25/faible-audience-pour-nico­las-sarkozy_18172.

305 SIGMAN A., « Visual voodoo: the biolo­gi­cal impact of watching TV », Biolo­gist, n° 54, 2007, p. 12 et passim.

320 Didier Daenin­ckx, cité in « L’af­faire Le Lay », Télé­rama, 11–17 septembre 2004, p. 16.

333 M. Mathieu-Colas cité in « Fautes en vrac … à la fac », nouvelObs.com, 6 septembre 2007, accès 28 septembre 2010, http://hebdo.nouve­lobs.com/sommaire/dossier/0735 19/fautes-en-vrac-a-la-fac.html.

334 MATHIEU-COLAS M., « Maîtrise du français », lefi­garo.fr, 11 mars 2008, accès 9 février 2009, http://www.lefi­garo.fr/debats/2008/03/11/01005–20080311ARTFIG00399-maitrise-du-fran­cais-par-michel-mathieu-colas-.php.

345 « Rentrée 2008 : évalua­tion du niveau d’or­tho­graphe et de gram­maire des élèves qui entrent en classe de seconde », collec­tif Sauver les lettres, janvier 2009, accès 1er juillet 2009, http://www.sauv.net/eval2008a­na­lyse.php.

352 « Lire, écrire, comp­ter : les perfor­mances des élèves de CM2 à vingt ans d’in­ter­valle 1987–2007 », Direc­tion de l’éva­lua­tion, de la pros­pec­tive et de la perfor­mance, note d’in­for­ma­tion 08–38, décembre 2008, accès 30 juin 2009, http://media.educa­tion.gouv.fr/file/2008/23/9/NI0838_41239.pdf, p. l.

362 HAYES D.p. et al., « School­book simpli­fi­ca­tion and its rela­tion ro the decline in SAT-verbal scores », Am. Educ. Res. J., n° 33, 1996, p. 489 et passim.

391 « Infor­ma­tion beha­viour of the resear­cher of the future », Univer­sity College London, étude comman­di­tée par la British Library et JISC, 11 janvier 2008, accès 24 mars 2009, http://www.webar­chive.org.uk/wayback/archive/20140614113419/http://www.jisc.ac.uk/media/docu­ments/programmes/reppres/gg_final_keynote_11012008.pdf, pp. 18 et 20.

395 BIENVAULT P., « Ces enfants nés avec une souris dans la main », la-croix.com, 19 août 2010, accès 23 août 2010, http://www.la-croix.com/Actua­lite/France/Ces-enfants-nes-avec-une-souris-dans-la-main-_NG_-2010–08–19–604103.

406 GREENFIELD P.M., « Tech­no­logy and infor­mai educa­tion: what is taught, what is lear­ned ,,, Science, no 323, 2009, p. 69 et passim.

414 PASHLER H., « Dual-task inter­fe­rence in simple tasks: data and theory », Psychol. Bull., n° 116, 1994, p. 220 et passim.

415 BRAVER T.S. et al., « The role of fron­to­po­lar cortex in subgoal proces­sing during working memory », Neuroi­mage., no 15, 2002, p. 523 et passim.

417 FOERDE K. et al., « Modu­la­tion of compe­ting memory systems by distrac­tion », Proc. Natl. Ac ad. Sei. USA, n° 103, 2006, p. 1 1778 et passim.

418 ÜPHIR E. et al., « Cogni­tive control in media multi­tas­kers », Proc. Natl. Acad. Sei. USA, n° 106, 2009, p. 15583 et passim.

419 POOL M. M. et al., « Back­ground tele­vi­sion as an inhi­bi­tor of perfor­mance on easy and diffi­cult home­work assi­gn­ments », Commu­ni­ca­tion Research, n° 27, 2000, p. 293 et passim.

420 POOL M.M. et al., « The impact of back­ground radio or tele­vi­sion on high school students’ home­work perfor­mance », J. Commun., n° 53, 2003, p. 74 et passim.

421 POOL M.M. et al., « Distrac­tion effects of back­ground soap operas on home­work perfor­mance: an expe­ri­men­tal study enri­ched with obser­va­tio­nal data », Educ. Psychol., n° 23, 2003, p. 361 et passim.

422 ARMSTRONG G.B. et al., « Back­ground tele­vi­sion as an inhi­bi­tor of cogni­tive proces­sing », Human Comm. Res., n° 16, 1990, p. 355 et passim.

425 MAcBETH WILLIAMS T., The Impact of Tele­vi­sion: A Natu­ral Expe­riment in Three Commu­ni­ties, Acade­mie Press, 1986.

429 CoMSTOCK G., « Tele­vi­sion and the Ameri­can child », in HEDLEY C.N. et al. (sous la direc­tion de), Thin­king and Lite­racy: The Mind at Work, LEA, 1995, pp. 101, 102, 119 et passim.

437 GADBERRY S., « Effects of restric­ting first graders’ TV viewing on leisure time use, IQ change, and cogni­tive style », J. Appl. Dev. Psychol., n° 1, 1980, p. 45 et passim.

438 jOHNSON j.G. et al.,« Exten­sive tele­vi­sion viewing and the deve­lop­ment of atten­tion and lear­ning diffi­cul­ties during adoles­cence », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 161, 2007, p. 480 et passim.

440 jOHNSON j.G. et al., « Asso­cia­tion between tele­vi­sion viewing and sleep problems during adoles­cence and early adul­thood »,Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 158, 2004, p. 562 et passim.

441 LI S. et al., « The impact of media use on sleep patterns and sleep disor­ders among school-aged chil­dren in China », Sleep. n° 30, 2007, p. 361 et passim.

442 OWENS j. et al.,« Tele­vi­sion-viewing habits and sleep distur­bance in school chil­dren », Pedia­tries, no 104, 1999, p. e27.

443 PAAVONEN E.j. et al., « TV expo­sure asso­cia­ted with sleep distur­bances in 5 to 6-year-old chil­dren », J. Sleep Res., no 15, 2006, p. 154 et passim.

444 SADEH A. et al., « The effects of sleep restric­tion and exten­sion on school-age chil­dren: what a diffe­rence an hour makes », Child Dev., n° 74, 2003, p. 444 et passim.

445 WOLFSON A.R. et al., « Unders­tan­ding adoles­cents’ sleep patterns and school perfor­mance: a criti­cal apprai­sal », Sleep Med. Rev., no 7, 2003, p. 491 et passim.

446 ASAOKA S. et al., « Does tele­vi­sion viewing cause delayed and/or irre­gu­lar sleep-wake patterns? », Sleep Biol. Rhythms, no 5, 2007, p. 23 et passim.

447 ENNEMOSER M. et al., « Rela­tions of tele­vi­sion viewing and reading: findings from a 4-year longi­tu­di­nal study »,jour­nal of Educa­tio­nal Psycho/ogy, no 99, 2007, p. 349 et passim.

448 PAGANl L.S. et al., « Pros­pec­tive asso­cia­tions between early child­hood tele­vi­sion expo­sure and acade­mie, psycho­so­cial, and physi­cal well-being by middle child­hood », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 164, 2010, p. 425 et passim.

449 WINTERSTEIN p. et al., « Medien­kon­sum und passi­vrau­chen bei vorschul­kin­dern ,,, Kinder und J.gendarzt, n° 37, 2006, p. 205 et passim.

450 SHIN N., « Explo­ring path­ways from tele­vi­sion viewing to acade­mie achie­ve­ment in school age chil­dren », J. Genet. Psychol., n° 165, 2004, p. 367 et passim.

461 SCHRAMM W. et al., Tele­vi­sion in the Lives of Our Chil­dren, Stan­ford Univer­sity Press, 1961.

463 MACCOBY E.E., « Tele­vi­sion: its impact on school chil­dren », Public Opin. Q, no 15, 1951, p. 421 et passim.

464 WIECHA J .L. et al., « House­hold tele­vi­sion access: asso­cia­tions with screen ti me, reading, and home­work among youth », Ambul. Pediatr., no 1, 2001, p. 244 et passim.

469 KOOLSTRA C.M. et al., « Tele­vi­sion’s impact on chil­dren’s reading compre­hen­sion and deco­ding skills: a 3-year panel study », Read. Res. Q, no 32, 1997, p. 128 et passim.

470 VANDEWATER E.A. et al., « When the tele­vi­sion is always on: heavy tele­vi­sion expo­sure and young chil­dren’s deve­lop­ment », Am. Behav. Sei., no 48, 2005, p. 562 et passim.

492 ANDERSON D.R. et al.,« The impact on chil­dren’s educa­tion: tele­vi­sion’s influence on cogni­tive deve­lop­ment », US Depart­ment of Educa­tion, Office of Educa­tio­nal Research and lmpro­ve­ment, Working paper n° 2, accès Il décembre 2010, http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED29527 l.pdf.

493 SINGER J.L. et al., « Family patterns and tele­vi­sion viewing as predic­tors of chil­dren’s beliefs and aggres­sion », J. Commun., no 34, 1984, p. 73 et passim.

494 KOOLSTRA C.M. et al., « Longi­tu­di­nal effects of tele­vi­sion on chil­dren’s leisure-time reading: a test of three expla­na­rory models ,,, Hum. Commun. Res. , no 23, 1996, p. 4 et passim.

495 ANDERSON C.C. et al.,« The effect of TV viewing on the educa­tio­nal perfor­mance of elemen­tary school chil­dren », Alberta J. Educ. Res., no 24, 1978, p. 156 et passim.

496 LEVINE LE. et al., « Tele­vi­sion viewing and atten­tio­nal abili­ties in fourth and fifth grade chil­dren », J. Appl. Dev. Psychol., n° 21 , 2000, p. 667 et passim.

497 CHRISTAKIS D.A. et al., « Early tele­vi­sion expo­sure and subsequent atten­tio­nal problems in chil­dren », Pedia­tries, no 113, 2004, p. 708 et passim.

498 CHRISTAKIS D.A., « The effe­crs of infant media usage: what do we know and what should we learn? », Acta Paediatr., no 98, 2009, p. 8 et passim.

499 ZlMMERMAN F.J. et al., « Asso­cia­tions between content types of early media expo­sure and subsequent atten­tio­nal problems », Pedia­tries, n° 120, 2007, p. 986 et passim.

500 LAWSON K.R. et al., « Early focu­sed atten­tion predicts outcome for chil­dren born prema­tu­rely », J. Dev. Behav. Pediatr., n° 25, 2004, pp. 399, 404 et passim.

503 RUFF H.A. et al., Atten­tion in Early Deve­lop­ment, Oxford Univer­sity Press, 1996.

504 HARTMANN T., Beyond ADD: Hunting for Reasons in the Past and Present, Under­wood, 1996.

505 SINGER J.L., « The power and limits of tele­vi­sion: a cogni­tive-affec­tive analy­sis », in TANNENBAUM p. (sous la direc­tion de), The Enter­tain­ment Func­tion of Tele­vi­sion, Lawrence Erlbaum, 1980, p. 312 et passim.

506 LEONTIEV A.N., « The deve­lop­ment of volun­tary atten­tion in the child », in LLOYD P. et al. (sous la direc­tion de), Lev vygotsky: Criti­cal Assess­ments, Rout­ledge, 1999, p. 89 et passim.

507 BROWN R.G. et al. , « Inter­nai versus exter­nal eues and the control of atten­tion in Parkin­son’ s disease », Brain, no Ill, 1988, p. 323 et passim.

508 LANDAU A.N. et al., « Different effects of volun­tary and invo­lun­tary atten­tion on EEG acti­vity in the gamma band », }. Neurosci., no 27, 2007, p. 11986 et passim.

509 VALKENBURG P.M., « Tele­vi­sion and the child deve­lo­ping imagi­na­tion », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book of Chil­dren and the Media, Sage Publi­ca­tions, 2001 , p. 121 et passim.

510 CHRISTAKIS D.A. et al., « Effect of block play on language acqui­si­tion and atten­tion in todd­lers: a pilot rando­mi­zed control­led trial », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 161, 2007, p. 967 et passim.

511 SINGER J.L., « Cogni­tive and affec­tive impli­ca­tions of imagi­na­tive play in child­hood », in LEWIS M. (sous la direc­tion de), Chifd and Adoles­cent Psychia­try: A Compre­hen­sive Text­book, Lippin­cott Williams & Wilkins, 2002, 3e éd., p. 252 et passim.

513 SHMUKLER D., « Pres­chool Imagi­na­tive Play Predis­po­si­tion and Its Rela­tion­ship to Subsequent Third Grade Assess­ment », lmagin. Cogn. Pers., n° 2, 1982, p. 231 et passim.

515 RUFF H.A. et al., « Long-term stabi­liry of indi­vi­dual diffe­rences in sustai­ned atten­tion in the early years », Cnild Dev., no 61, 1990, p. 60 et passim.

516 LAWSON K.R. et al.,« Early atten­tion and nega­tive emotio­na­liry predict later cogni­tive and beha­viou­ral func­tion »,lnt. J. Behav. Dev., no 28, 2004, p. 157 et passim.

517 HAN DEN B.L. et al., « A play­room obser­va­tion proce­dure to assess chil­dren with mental retar­da­tion and ADHD », J. Abnorm. Child Psycho/., no 26, 1998, p. 269 et passim.

518 FADEN V.B. et al., « Mater­nai substance use during pregnancy and deve­lop­men­tal outcome at age three », J. Subst. Abuse, no 12, 2000, p. 329 et passim.

519 VIG S., « Young chil­dren’s abject play: a window on deve­lop­ment », J. Dev. Phys. Disa­bil., n° 19,2007, p. 201 et passim.

528 BRUNER J., Child’s Talk: Lear­ning to Use Language, WW Norton & Company, 1983.

532 COURAGE M.L. et al., « When the tele­vi­sion is on: the impact of infant-direc­ted video on 6– and 18-month-olds’ atten­tion during roy play and on parent-infant inter­ac­tion ,, Infant Behav. Dev., no 33, 2010, p. 176 et passim.

534 WACHS T.D., « Noise in the nursery : ambient back­ground noise and early deve­lop­ment ,,, Child Envi­ron. Q no 3, 1986, p. 23 et passim.

535 WACHS T.D. et al., Early Expe­rience and Human Deve­lop­ment, Plenum Press, 1982.

567 DESMURGET M., Imita­tion et appren­tis­sages moteurs, Solal, 2006.

568 DOLLE J.M. et al., Ces enfants qui n’ap­prennent pas, Éditions du Centu­rion, 1989.

569 DANSET A., Éléments de psycho­lo­gie du déve­lop­pe­ment, Armand Colin, 1983.

572 NAlGLES L.R. et al.,« Tele­vi­sion as inci­den­tal­lan­guage teacher », in SINGER D.G. et al. (sous la direc­tion de), Hand­book ofChil­dren and the Media, 2001, Sage Publi­ca­tions, p. 135 et passim.

585 BOYSSON-BARDIES B. DE, Comment la parole vient aux enfants, Odile Jacob, 1996.

586 ROBB M. B. et al., « Just a talking book? Word lear­ning from watching baby videos », Br.}. Dev. Psychol., n° 27, 2009, p. 27 et passim.

587 RICHERT R.A. et al. ,« Word lear­ning from baby videos », Arch. Pediatr. Adolesc. Med., no 164, 2010, p. 432 et passim.

588 LOACHE J.S. DE etal.,« Do babies learn from baby media? », Psychol. Sei., no 21,2010, p. 15 70 et passim.

590 KOOLSTRA C.M. et al., « Chil­dren’s voca­bu­lary acqui­si­tion in a foreign language through watching subti­ded tele­vi­sion programs at home », Educa­tion Tech. Res. Dev., n° 47, 1999 p. 51 etpas­sim.

591 VAN LOMMEL S. et al., « Foreign-gram­mar acqui­si­tion while watching subti­ded tele­vi­sion programmes », Br.}. Educ. Psychol., n° 76, 2006, p. 243 et passim.

592 SCHOON 1 et al., « Chil­dren’s language ability and psycho­so­cial deve­lop­ment: a 29-year follow-up study », Pedia­tries, n° 126, 2010, pp. e73-e80 et passim.

593 SCHOON 1 et al., « Child­hood language skills and adult lite­racy: a 29-year follow-up study », Pedia­tries, no 125, 2010, pp. e459-e466 et passim.

594 DEHAENE-LAMBERTZ G. et al., « Bases céré­brales de l’ac­qui­si­tion du langage », in KAIL M. et al. (sous la direc­tion de), L’Acqui­si­tion du langage. Le langage en émer­gence. De la nais­sance à trois ans, 2000, PUF, pp. 61, 65 et passim.

602 MENDELSOHN A.L. et al., « Infant tele­vi­sion and video expo­sure asso­cia­ted with limi­ted parent-child verbal inter­ac­tions in low socioe­co­no­mic status house­holds », Arch. Pediatr. Adolesc. Med. , n° 162, 2008, p. 411 et passim.

603 RISLEY T. et al.,« Promo­ting early language deve­lop­ment », in WATT N.F. et al. (sous la direc­tion de), The Crisis in Youth Mental Health : Criti­cal Issues and Ejfèc­tive Programs, Volume IV, Early Inter­ven­tion Programs and Poli­cies, Prae­ger, 2006, p. 83 et passim.

606 MELINE C.W., « Does the medium matter? », J. Commun., no 26, 1976, p. 81 et passim.

610 BETTELHEIM B., « Parents vs tele­vi­sion », Redbook, novembre 1963.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *