La semaine de quatre jours, une excep­tion française !

La semaine de quatre jours,
excep­tion française, une inep­tie
selon de TRÈS nombreuses
orga­ni­sa­tions et insti­tu­tions

En 2008, fût instau­rée la semaine des quatre jours en mater­nelle et primaire. La muni­ci­pa­lité de Sain­ghin en Mélan­tois – qui a légi­ti­me­ment mis un an pour mettre en place avec succès la semaine de cinq mati­nées et les NAP affé­rentes, en appli­ca­tion de la réforme des rythmes scolaires de 2013 – a adopté le 28 juin la déci­sion de reve­nir à la semaine de quatre jours dès la rentrée 2017 après une « consul­ta­tion » d’une durée totale de DEUX jours francs !!!

Cette possi­bi­lité était en effet offerte par le Décret n° 2017–1108 du 27 juin 2017 rela­tif aux déro­ga­tions à l’or­ga­ni­sa­tion de la semaine scolaire dans les écoles mater­nelles et élémen­taires publiques
et appli­cable dés la rentrée 2017 !!!

Que peut-on en penser, que doit-on en penser ?

 Ci-dessous les récents avis de la PEEP, la FCPE, le SNUIPP-FSU, le Sgen CFDT, l’As­so­cia­tion des Maires de France, et la commis­sion ad hoc du sénat. Avis expri­més en prévi­sion de la paru­tion du décret publié  le 28 juin et qui permet – sous certains condi­tions – un retour à la semaine de quatre jours.

Qu’en pensent les prin­ci­pales orga­ni­sa­tions de parents d’élèves, les prin­ci­paux concer­nés ?
Qu’en pensent des orga­ni­sa­tions syndi­cales d’en­sei­gnants ?
Qu’en pensent les maires de France ?
Qu’en pensent les légis­la­teurs ?

Sénat, Commis­sion séna­to­rial de la Culture, de l’Édu­ca­tion et de la Commu­ni­ca­tion, et commis­sion des finances : « 3° ne pas reve­nir à la situa­tion anté­rieure à la réforme de 2013 : Compte tenu des incon­vé­nients de la semaine de quatre jours, qui ont été mis en évidence de manière répé­tée, ils recom­mandent de ne pas reve­nir sur le prin­cipe de la réforme, à savoir mieux répar­tir le temps scolaire en vue de favo­ri­ser les appren­tis­sages. […].
4° Pour les communes souhai­tant reve­nir à la semaine de quatre jours, ouvrir cette possi­bi­lité sous réserve :

  1. d’ins­ti­tuer un maxi­mum horaire de 5h30 d’en­sei­gne­ment par jour, impliquant une réduc­tion à due concur­rence des vacances scolaires, sur le modèle de ce qui avait cours avant 2008 ;

  2. de garan­tir une prise en charge possible de l’en­semble des enfants le mercredi ».

    [… ]. En consé­quence, le retour à une semaine scolaire d’au moins quatre jours et demi a été proposé par l’Aca­dé­mie natio­nale de méde­cine (2010), un rapport de 2010 des dépu­tés MM. Xavier Breton (UMP) et Yves Durand (Soc), l’Ins­ti­tut Montaigne (2010) puis par la confé­rence natio­nale sur les rythmes scolaires (2011). ».

    Extrait de : Note de synthèse « Rythmes scolaires : faire et défaire, en finir avec l’ins­ta­bi­lité », 7 juin 2017,  (http://www.senat.fr/filead­min/Fichiers/amdcom/cult/rythmes_scolaires_note_de_synthese.pdf) ;

Enfin, je vous livre ici le lien sur un des trop rares bilans effec­tués sur la réforme « Peillon/Hamon » mis en place depuis 2013 ou 2014 (selon écoles) : Oui, les rythmes scolaires sont une réus­site !, Obser­va­toire des Rythmes et des Temps de Vie des Enfants et des Jeunes (ORTEJ).

Est-il besoin de pour­suivre le débat ?
Si oui, alors il eut fallu lui donner du temps et attendre a minima la rentrée 2018 pour tran­cher !
En tout cas, n’hé­si­tez donc pas à vous expri­mer ci-dessous.

  • Et chez nos voisins ?

   Selon l’ar­ticle Vincent Peillon simpli­fie les temps scolaires des écoliers français (Le Monde, 2012), avec la semaine de quatre jours, la France se situait parmi les pays aux jour­nées les plus longues en primaire comme l’illustre le graphique ci-dessous (source des données : indi­ca­teurs D4, regards sur l’édu­ca­tion, OCDE, 2010).

Pour cause de trop peu de jour­nées ?

En 2010, la France est bonne dernière de l’Union euro­péenne et même de l’OCDE en nombre de jours (144 contre 185 pour la moyenne de l’UE21, 187 pour l’OCDE). Juste devant la France, l’Ita­lie est à 175 jours (+31 jrs, +21 %), l’Al­le­magne, dans le pelo­ton de tête, est à 193 (+49 jrs , +34 %).

Ou trop d’heures d’en­sei­gne­ment ?
Avec en moyenne 888 heures d’en­sei­gne­ment annuel pour les enfants entre 7 et 14 ans, la France est dans le pelo­ton de tête, et arrive en onzième posi­tion sur 35 pays, loin devant l’Al­le­magne (641 heures) et au-delà de la moyenne euro­péenne (750 heures).
Ou les deux, mon capi­taine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *