Faut-il réhabiliter Malthus ? Oui et non

Pourquoi OUI et NON ? Parce que comme chez de nombreux auteurs, il y a du bon et du mauvais, du vrai et du faux. Ceci est d’autant plus vrai que l’auteur, tel Malthus (1766-1834), est ancien.

Je passerais rapidement sur l’argument portant sur le statut de Malthus, « Cet homme, qui, soit dit en passant, était pasteur anglican » (sic. dans cet article). Comme  si l’on pouvait discréditer les travaux de Mendel sous prétexte qu’il était moine catholique.
Nota : ayant trouvé, depuis l’écriture de cet article, un autre plus convaincant, je vous en suggère la lecture :  L’injustice faite à Malthus. Mais n’hésitez pas à revenir ici pour débattre

Donc rappelons que l’hypothèse de Malthus pour estimer qu’il fallait réduire la croissance démographique est que cette dernière est exponentielle tandis que les rendements agricoles connaissent une croissance linéaire.

Il va de soit que si ces deux hypothèses sont vérifiées, un jour ou l’autre la nourriture devient insuffisante pour apporter un nourriture suffisante et équilibrée à l’ensemble de la population. De ce point de vue là Malthus avait raison. Et d’ailleurs cela s’est vérifié dans de nombreuses régions du monde : malgré une augmentation des rendements quasi linéaires, des famines ont poussé ses populations à émigrer vers des territoires vierges ou habités. C’est le cas de la famine en Irlande qui à largement contribué à la colonisation de l’Est de l’Amérique du Nord, puis, la population doublant tous les 25 ans, à la conquête de l’Ouest jusqu’à atteindre le Pacifique, causant au passage l’extermination de 98% de la population amérindienne.

Alors pourquoi, cette insuffisance alimentaire au niveau mondial n’est pas parvenu aussi vite que Malthus ne le prévoyait ? Quelle hypothèse ne s’est pas vérifiée ?

En réalité, il faut et il suffit que la première croisse plus vite que la seconde pour que le problème survienne. Avec une croissance de la population de type exponentielle, hypothèse de Malthus car vérifiée les siècles qui l’on précédé, le problème de surpopulation survient très vite. Mais heureusement, la croissance démographique n’est plus dans nombre de pays de ce type : dans la plupart des pays de l’ocde la population s’est stabilisée, voire régresse « naturellement », dans d’autre, tel la Chine elle a été politiquement freinée (mais pas encore stabilisée). Il reste cependant encore de grosse incertitudes concernant nombre de pays,  africains en particulier mais pas seulement (l’Inde, . . . )

  1. Croissance exponentielle de la population mondiale ?

    evolution-population-0-2010On a constaté que tous les pays ont vu leur croissance démographique se réduire en corrélation avec leur développement. Certains y trouvent comme cause directe le bien-être matériel autrement dit « plus on est riche, moins on a envie d’enfants ». D’autres, dont je suis, voit plutôt en l’émancipation des femmes, la cause principale. En effet, l’émancipation des femmes induit simultanément la réduction de son taux de fertilité (contraception, activités professionnelles et indépendance financière) et le développement de son pays (éducation, formation).
    Quoiqu’il en soit , on constate que de nombreux pays on achevé leur transition démographique. Ce n’est hélas pas le cas des plus peuplés (Inde, Indonésie, Chine, Afrique dans son ensemble).

    Mais l’on peut cependant se mettre à espérer à une stabilisation de la population mondiale. Selon différents scénario plausibles, les prévisions de l’ONU pour 2050 sont situés entre 8 milliards et 12 milliards pour 2050.  En octobre 2016, nous étions au-delà de 7,4 milliards avec une croissance d’environ 80 millions (= une grande France) par an (cliquez ICI, pour une estimation temps réel de la population).  Au delà, trois scénarios sont possibles : poursuite de la croissance, stabilisation ou décroissance. Ces hypothèses ne tiennent pas compte de scénarios catastrophes tels que hiver nucléaire, survenance d’une épidémie, effondrement dû au manque de nourriture, …

projection-populationAu delà de 2050-2100, je crains que peu de mes lecteurs qui auront entre 50 et 100 ans s’intéressent à l’avenir de l’espèce humaine.
Selon l’hypothèse optimiste : la population mondiale va se stabiliser autour de 9-10 milliards à l’horizon 2050, soit 1,5 à 2,5 milliards de plus qu’en 2016 et même avec une agriculture durable, selon le dernier rapport de la FAO (2015), il sera possible de nourrir toute la population . . . mais pas comme un nordaméricain ou un australien qui consomme beaucoup de viande. Et sans non plus artificialiser les sols (urbanisation, infrastructures routières, aéroportuaires, ….) ou les utiliser pour produire des agrocarburants !

  1. Croissance linéaire des rendements agricoles ?

    Alors sous cette hypothèse d’une stabilisation à 9-10 milliards, tenant compte que toutes les terres exploitables le sont, la croissance des rendements agricoles va-t-elle être suffisante ? Oui selon la FAO sous réserve que l’on renonce à l’agriculture conventionnelle qui épuise les sols.

    Si l’on poursuit la tendance en terme de stocks mondiaux des céréales disponibles (cf. graphique ci-dessous), on ne peut aujourd’hui rejeter l’hypothèse d’une surpopulation du SEUL point de vue de l’alimentation. Sauf à envisager un saut technologique bien improbable dans l’agriculture. Les OGM, véritable saut technologique, après 20 ans de cultures à grande échelle, est loin d’être en mesure de relever le défi, pas plus que ne l’a été en plus de cinquante ans, la fission nucléaire en matière d’énergie non carbonée.

evolution_stock_cereales_1980-2008Mais toujours est-il qu’au delà de la seule question de nourrir la population mondiale, se pose d’autres questions : quid de la satisfaction des autres besoins de l’humanité en terme de logement, habillement, mobilité, loisirs, communications, … ? Ces autres besoins reposent aujourd’hui en très large partie sur l’épuisement de ressources naturelles, de la forêt aux énergies fossiles, en passant par l’eau, les ressource halieutiques, les minerais dont les métaux rares, ….

Actualisation : les récentes données en matière de jour de consommation correspondant aux stocks mondiaux de céréales sont moins pessimistes que l’on pouvait imaginer en 2008 (cf. graphique ci-dessous) comme l’atteste le graphique ci-dessous. Malgré le rebond 2009-2010, sur la période 1980-2012, la tendance reste baissière.

evolution_stock_cereales_1980-2012

Une réflexion sur “ Faut-il réhabiliter Malthus ? Oui et non ”

  1. Comme il est dit dans la conclusion, si au niveau des ressources alimentaires Malthus s’est plus ou moins « trompé » (et encore jusqu’à quand?) par contre en ce qui concerne l’adéquation population/ressources générales, il a eu raison (sans le savoir)… En tout cas, si elle survit aux crises écologiques qu’elle s’apprête à affronter, l’espèce humaine pourra dire merci à Malthus pour l’avoir alertée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *