Brève de comptoir : les hypocondriaques creusent le trou de la sécu ! VRAi ou FAUX ?

Les remboursements des consultations de médecins généralistes représentent 3,22% des dépenses de la Sécurité Sociale (France, 2013).Part_rembsmt_generaliste_dans_depenses_secu_2013Soit également 3,7% des dépenses totales de santé (France, 2013).

À l’occasion d’une discussion familiale autour de notre système de santé, que ne fût ma surprise d’entendre ceci : « Une des causes principales du trou de la sécu sont les consultations superflues de médecins. Cela parce que ces patients ne payent rien à la différence des États-Unis où les patients paient de leur poche une grande partie, voire la totalité des consultations ».

VRAI ou FAUX ?

Des dépenses de santé aux États-Unis sont très supérieures à celles que l’on connaît en France pour une espérance de vie plus faible et un taux de mortalité infantile plus élevé !

Tout d’abord notons qu’aux États-Unis les dépenses totales de santé, c’est à dire publiques et privées, représentaient plus de 17% du PIB alors qu’en France elles en représentaient moins de 12% en 2013 (source : Dépense courante de santé en 2013, INSEE). Ce qui représente en absolu des dépenses bien plus importantes aux USA, le PIB/habitant y étant bien supérieur qu’en France.

En outre, au regard de certains indicateurs de santé, tels l’espérance de vie ou le taux de mortalité infantile, la santé de la population étasunienne est moins bonne que celle de la population française. Ce qui est finalement logique puisque  la part des dépenses de santé restant à la charge des patients étant bien supérieure aux États-Unis (pas de Sécu), de nombreux « pauvres » renoncent à se soigner. Ce qui commence d’ailleurs à apparaître en France avec l’augmentation du reste à charge (ticket modérateur), et ce même si les complémentaires ont le droit de rembourser une part de ce ticket modérateur. Certaines personnes n’ont en effet pas de complémentaires.

Cela étant dit, que peut représenter en terme de dépenses publiques superflues l’abus de consultation par certains de nos compatriotes ?

En 2013, les dépenses totales de santé, c’est à dire publiques ET privées (cf. Note 2), étaient de 247,7 milliards d’€uros (11,7% du PIB). Les honoraires totaux (dépassements inclus) de médecins généralistes étaient de 8,9 milliards d’€uros (source : Honoraires des professionnels de santé libéraux en 2013, DAMIR, 2015). Soit 3,7% de ces dépenses totales de santé (9,16/247,7).

Autrement dit si 100% de ces consultations étaient superflues, nous réduirions de 3,7% les dépenses se santé. Crédible ?

Comme une part de ces dépenses de santé est prise en charge par le régime obligatoire assurance maladie, communément appelé la Sécu, et donc en charge par la totalité des cotisants, quelle part de nos cotiz ces dépenses superflues représentent-elles ? Réponse : 3,22% (cf. détail de calcul en Note 1).

Combien de consultations superflues et quel coût pour la Sécu ?

Comme mon petit doigt, même mouillé, est incapable de me fournir le moindre chiffre, émettons différentes hypothèses afin que chacun, avec son propre doigt, mouillé ou pas, puisse se faire sa propre idée. En effet, aucune étude, enquête, sondage, … digne de ce nom ne permettant de caractériser ce qu’est une consultation superflue et donc de les comptabiliser, à chacun de retenir ce qu’il CROIT être la vérité grâce à je ne sais quelle source d’information. En effet, à moins d’être soi-même (trop) souvent dans le cabinet du médecin et en outre d’être capable d’identifier les patients « non malades », comment savoir ? Certaines de ces consultations « abusives » ne sont-elles pas au contraire bénéfique puisqu’il vaut souvent mieux prévenir que guérir ? Combien de consultations non réalisées à temps auraient-elles permis d’éviter des soins lourds ? N’est d’ailleurs pas le rôle de la médecine du travail que de consulter régulièrement tous les salariés ?

Mais soit :  Si 10% des consultations sont superflues, cela ne représente 0,32% des dépenses de la sécu ou encore 0,37% des dépenses totales de santé (cf. Note 2 pour la décomposition publiques/privées).

Nous n’avons retenu que des consultations « superflues » chez les seuls médecins traitants généralistes. En effet, la consultation d’un spécialiste hors parcours coordonné, c’est à dire sans prescription du médecin traitant, induit un reste à charge pour le patient de 70% du montant de la consultation. C’est à dire une augmentation de 40 pts du ticket modérateur (de 30 à 70%). Notons que les assurances complémentaires n’ont pas le droit de rembourser cette majoration puisque l’objet est de dissuader les patients d’aller voir de leur propre initiative un spécialiste (source : le ticket modérateur, Améli).

En revanche, l’on peut dire que l’explosion des Affections de Longues Durées (ALD) et en particulier les cancers, les affections psychiatriques et le diabète, accroit inexorablement le trou ce la sécu. Prise en charge à100%, elles représentent 83 des dépenses de santé de la Sécu (pour en savoir plus : Trou de la sécu : 83% des dépenses sont liées aux maladies chroniques dont le nombre explose, C. Vieren, février 2016.

Une autre cause sont les tarifs pratiqués par les big pharmas et leurs pratiques pour faire rembourser des médicaments dont le rapport coût bénéfice est plus que discutable, le Mediator en étant un exemple parmi bien d’autres. A ce sujet cet article très intéressant : Les cinq méthodes de l’industrie pharmaceutique pour nous bourrer de médicaments inutiles (2016) avec en particulier citée cette étude Les 100 médicaments essentiels (Revue de médecine interne, 2013) qui comme son titre l’indique estime que seuls 100 des 2.000 médicaments commercialisés sont utiles.
Sur ces aspects, voir un des derniers Cash Investigation d’Elise Lucet de France Télévision : Santé: la loi du marché,  France 2, septembre 2015.


1 . Calcul de la part des remboursements des consultations de généraliste dans les dépenses de la Sécurité Sociale : en 2013, les dépenses de Sécurité sociale ont été de 174,1 milliard d’€uros (source : l’Assurance maladie a dépensé 1,4 milliard d’euros de moins que prévu, Le Parisien, 2014). Or les honoraires des généralistes, dépassements non compris, furent en 2013 de 8,5 milliards d’€ (source : Honoraires des professionnels de santé libéraux en 2013, DAMIR, 2015). Comme la Sécu en rembourse 65,65% (70% de 23 € moins 1 € de participation forfaitaire), cela fait un total de 5,6 milliards d’€. D’où 5,6/174,1 = 3,22%.

Décomposition_cout_consultation_généraliste2 . Les dépenses de santé sont pris en charge à 76% par la Sécu, à 14% par les complémentaires et à 9% par les patients eux-mêmes  (source : Comptes nationaux de la santé 2013, p. 19, DREES, 2014).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *