Préju­gés sur les grèves et les mouve­ments sociaux

14) Préju­gés sur les mouve­ments sociaux en France

14.1) « La grève est le sport natio­nal français »,  « la culture du conflit social est une excep­tion Française »

FAUT VOIR ! Voici le clas­se­ment de la France au cours de sept périodes diffé­rentes et par conflic­tua­lité décrois­sante (basé sur huit études) : 2e/25, 3e/25, 10e/15, 10e/18, 11e/18, 10e/18, 3e/6 (corres­pon­dant respec­ti­ve­ment aux périodes suivantes et pour 6 à 25 pays de l’OCDE : 2005–2009, 1998–2004, 1984–1993, 1970–1993, 1970–1988, 1955–1977, 1900–1970).  Donc, certes dans la première moitié ou presque, mais jamais la première. Loin de là : 2e, 3e, 10e, 10e, 11e, 10e, 3e

    Note : l’in­di­ca­teur utilisé est le nombre annuel moyen de jour­nées non travaillées pour 1.000 employés. Les auteurs des huit études permet­tant ces clas­se­ments soulignent des biais métho­do­lo­giques liés essen­tiel­le­ment aux dispa­ri­tés de comp­ta­bi­li­tés natio­nales.

Sources : pour la période 2005–2009 : « Deve­lop­ments in indus­trial action 2005–2009 », p.12, Obser­va­toire euro­péen des rela­tions indus­trielles, 2010. Pour les autres périodes : « La France, pays des grèves ? », Obser­va­toire des médias (Acri­med), 2007.

 

   Selon ces études compa­ra­tives, peut-on consi­dé­rer la grève comme un « sport natio­nal français », comme une « excep­tion française » ? Tout au long du XXe siècle, la France est globa­le­ment restée dans la moyenne basse des pays indus­tria­li­sés. Notons égale­ment que pour la dernière période, le nombre de jour­nées non travaillées pour fait de grève repré­sente 0,06% des jour­nées travaillées, bien loin derrière les jour­nées non travaillées pour d’autres raisons (mala­dies, acci­dents, …).

   Il serait égale­ment inté­res­sant de tenir compte de la poli­tique menée dans certains pays à certaines périodes pour expliquer cette dispa­rité des places de la France et des diffé­rents pays. Ainsi, la posi­tion de la France dans le pelo­ton de tête pour la période 1998–2009 ne pour­rait-elle s’ex­pliquer par la poli­tique de remise en cause de nombreux acquis sociaux ?

    Une autre conclu­sion qui peut être tirée de ces études est que la « culture de la négo­cia­tion », tant vantée par les médias, n’em­pêche pas, loin s’en faut, les conflits sociaux. Le fait de négo­cier avant n’em­pêche pas de faire grève. Ainsi, la période 1998–2004 fait appa­raître que les pays scan­di­naves sont rela­ti­ve­ment conflic­tuels occu­pant les 1ère, 3e et 7e places (Dane­mark, Norvège, Finlande). Ainsi, la « culture de la négo­cia­tion » n’im­plique pas forcé­ment une « faible inten­sité conflic­tuelle ». Et, à l’in­verse, la « culture de la confron­ta­tion » (tant décriée par les médias français) n’en­gendre pas auto­ma­tique­ment une « forte inten­sité conflic­tuelle ».

Clas­se­ments bruts :

    Pour le détail des clas­se­ments, voir article « La France, pays des grèves ? »  (Acri­med, 2007), sauf pour la période 2005–2009, voir graphique ci-dessuos.

2005–2009 (25 pays) : 2e (Dane­mark, France, Belgique, Finlande, Espagne, Chypre, Irlande, Italie, Malte, Royaume-Uni, Norvège, Solvé­nie, Portu­gal, Litua­nie, Pologne, Suède, Alle­magne, Rouma­nie, Hongrie, Pays-Bas, Luxem­bourg, Slovaquie, Latvia, Esto­nie, Autriche) :

1998–2004 (25 pays) : 3e (Dane­mark, Espagne, France, Italie, Norvège, Autriche, Irlande, Finlande, Grèce, Hongrie, Rouma­nie, Suède, Royaume-Uni, Slové­nie, Belgique, Chypre, Portu­gal, Luxem­bourg, Malte, Pays-Bas, Esto­nie, Pologne, Alle­magne, Litua­nie, Slovaquie) ;

1984–1993 (15 pays) : 10e (Grèce, Espagne, Canada, Italie, Royaume-Uni, Dane­mark, Norvège, Suède, Portu­gal, France, Alle­magne, États-Unis, Belgique, Pays-Bas, Japon) ;

1970–1993 (18 pays) : 10e (Grèce, Islande, Italie, Espagne, Irlande, Finlande, Royaume-Uni, Dane­mark, Belgique, France, Portu­gal, Suède, Norvège, Alle­magne, Pays-Bas, Autriche, Suisse, Luxem­bourg) ;

1970–1988 (18 pays) : 11e (Italie, Canada, Espagne, Grèce, Finlande, Austra­lie, Royaume-Uni, États-Unis, Dane­mark, Portu­gal, France, Suède, Norvège, Japon, Alle­magne (RFA), Pays-Bas, Autriche, Suisse) ;

1955–1977 (18 pays) : 10e (Italie, Canada, États-Unis, Finlande, Irlande, Austra­lie, Royaume-Uni, Belgique, Dane­mark, France, Nvelle-Zélande, Japon, Norvège, Suède, Pays-Bas, Autriche, Alle­magne (RFA), Suisse) ;

1900–1970 (6 pays) : 3e (Italie, Royaume-Uni, France, Alle­magne, Belgique Pays-Bas) ;

Journees_travail_perdues_2005-2009--EIRO-2010.jpg

 Source :  « Deve­lop­ments in indus­trial action 2005–2009 », p.12, Obser­va­toire euro­péen des rela­tions indus­trielles, 2010.

Une réflexion sur “ Préju­gés sur les grèves et les mouve­ments sociaux ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *