Préjugé sur le lien entre chômage et géné­ro­sité des allo­ca­tions chômage

   Manuel 1er a taclé récem­ment le choix hexa­go­nal en matière de chômage :

Berlin, fin septembre 2014: « La France a une préfé­rence pour le chômage de masse bien indem­nisé, c’est un fait. »

Londres, 6 octobre 2014 : « Nous, en France, avons fait le choix d’un chômage très impor­tant et très bien indem­nisé. »

    Sous-entendu : à trop indem­ni­ser les chômeurs, l’on favo­rise le chômage. Rengaine néoli­bé­rale clas­sique.

    Voyons si, globa­le­ment, le niveau de dépenses consa­crées aux chômeurs est corrélé au taux de chômage. Grâce aux données d’Eu­ro­stat, c’est assez facile : comme l’in­dique le graphique ci-dessous, la corré­la­tion est très faible (R2 = 0,11). Et si elle était signi­fi­ca­tive elle serait même plutôt néga­tive : plus les dépenses par chômeur sont impor­tantes et plus le taux de chômage est faible.

    Comme on peut le voir, l’Alle­magne est envi­ron 12% plus géné­reuse que la France (0,19 vs 0,17 points de PIB/point de chômage) et pour­tant son taux de chômage est deux fois moindre (en 2013) !

Chomage_correlation_Taux_vs_Depense_indemnisation_chomage_U.jpg

   Voir égale­ment barre-graphe ci-dessous.

   Autre­ment dit, diffi­cile de mettre sur le dos de la géné­ro­sité globale de l’as­su­rance chômage, le chômage de masse français. Et surtout n’ou­blions pas que :

  • 52,2 % des chômeurs ne touchent rien ;
  • 23 % touchent moins de 1.000 € brut ;
  • 2,5 % touchent entre 2.000 € et le plafond ;
  • et seuls 0,02 % touchent le plafond (7,084 € brut mensuel).

Pour en savoir plus sur la géné­ro­sité de l’as­su­rance chômage rela­ti­ve­ment à nos voisins car, les moda­li­tés de mise en oeuvre de l’as­su­rance chômage étant très dispa­rate, c’est un peu plus complexe que cela, lire :

Depense_indemnisation_chomage_17_pays_Europe_2012.jpg

Actua­lité (décembre 2015) :  » Un rapport de l’Ins­ti­tut de l’en­tre­prise, un think tank financé par les grandes entre­prises vient tailler en pièces l’idée en vogue selon laquelle les règles d’in­dem­ni­sa­tion du chômage en France seraient trop géné­reuses. Pour son auteur, Bruno Coquet, grand spécia­liste du sujet, les défi­cits et la dette de l’Une­dic ont été créés par un jeu de défausse de l’État, qui doit main­te­nant prendre ses respon­sa­bi­li­tés. « .

C’est ce que l’on peut lire dans l’ar­ticle du Point « Défi­cit public : l’as­su­rance chômage n’est pas coupable«  . Le rapport de l’Insti­tut de l’En­tre­prise incri­miné est lisible sur le site de cette dernière ICI .

Sur d’autres idées reçues sur les raisons du chômage :

acces­sibles à partir de l’ar­ticle géné­ral : Préju­gés sur les raisons du chômage

________________________

Mots clés : chômage – emploi – habi­tant – actif – volume de travail – heures travaillées – ouvrées – clas­se­ment – compa­rai­son inter­na­tio­nale – OCDE – Union euro­peenne – 35 heures – préjugé – idée reçue – minima sociaux – indem­ni­sa­tion – SMIC – RSA.

5 réflexions sur “ Préjugé sur le lien entre chômage et géné­ro­sité des allo­ca­tions chômage ”

  1. Bonjour Christophe,

    On pourrait t’opposer que corrélation n’est pas raison et que les Français ont une « culture » d’assistance (Sic !!!) qui explique « quand même » qu’ils préfèrent chômer… 

    Qu’est-ce qu’ils sont pénibles tous ces donneurs de leçons – généralement bien nantis – qui essayent de culpabiliser perpétuellement tous ceux qu’on a rendu impuissants à changer leur monde.

    Tiens, spécial pour toi… Tu sais qu’on nous bassine avec les 300 000 emplois qui ne seraient pas pourvus…  déjà sur 7 millions de chômeurs ça ne fait jamais que 4,3 % de chômeurs
    éventuellement en moins ; ce qui en laisse quand même 95,7 % dans la panade… mais surtout il faut aller voir de quels emplois on parle…  la plupart des postes sont totalement sous-payés
    ; par exemple, 9 postes de cadre (ou assimilé) sur 10 sont proposés à des rémunérations entre 1 500 et 2 500 euros brut ; et évidemment tous les autres (non-cadre) sont au SMIC (1 445 € brut)…
    ça donne envie hein ?

    Ils se foutent vraiment de nous…

  2. A vrai dire, ton commentaire m’a poussé à le faire ce jour et demettre un terme à ma procrastination relativement à ce nouvel article : Préjugé sur le lien entre chômage
    et « faux-chômeurs » !

    Merci

  3. Eh oui, hélas. Pour des pistes de solutions, qui ont certes peu de chance de déboucher eu égard aux rapports de force actuel entre le peuple et les oligarques qui nous gouvernent ou sont censés
    le représenter : On peut créer des millions d’emplois utiles dans une
    perspective durable (1), J. Gadrey, Nov 2014

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *