Pourquoi il faut être CONTRE la DISSUASION NUCLEAIRE

Contre la dissua­sion nucléaire, en 20 lignes !

bqLa guerre de 14–18 avait fait un civil tué pour dix mili­taires. La guerre de 39–40, un civil pour un mili­taire. Le Viêt Nam, cent civils pour un mili­taire. Pour la prochaine, les mili­taires seront les seuls survi­vants. Enga­gez-vous ! eq, Coluche  

Ci-dessous, le passage le plus déter­mi­nant d’un article décri­vant un instant crucial de la jour­née du 27 octobre 1962. Il suffit à étayer ma posi­tion en faveur d’un désar­me­ment nucléaire TOTAL.

Pour mémo offi­ciel­le­ment, le monde possède 26.600 têtes nucléaires repré­sen­tant 600.000 (six cent mille) fois la puis­sance de destruc­tion de Naga­saki !

Pour essayer de visua­li­ser un peu ce que cela repré­sente, ce petit diapo­rama person­nel en images.

===== Extrait de Crise de Cuba : le jour le plus dange­reux de l’His­toire  =====

Selon le récit d’un offi­cier présent dans le sous-marin, après les dix déto­na­tions, le comman­dant Savitsky perd son sang-froid. Ayant une fois encore vaine­ment tenté de joindre Moscou, il lance à ses hommes : « On va les faire explo­ser main­te­nant. Nous mour­rons, mais nous coule­rons tous ensemble. » Et il ordonne à l’of­fi­cier de sécu­rité d’ar­mer la torpille spécia­le… « S’il l’avait lancée, il aurait détruit d’un coup tout le groupe naval améri­cain à ses trousses et Kennedy aurait été contraint de répliquer avec une arme nucléaire. Cela aurait été le début d’un engre­nage fatal », explique Svet­lana Savrans­kaya, qui va publier « The Soviet Cuban Missile Crisis » (1).

Pourquoi Savitsky a-t-il renoncé ? D’après les survi­vants de cette odys­sée, un homme a réussi à persua­der le comman­dant de ne pas ordon­ner le tir : un certain Vassili Arkhi­pov, chef d’état-major de la flotte des sous-marins, qui, par hasard, navigue à bord du B-59 ce 27 octobre. Malgré son titre, cet offi­cier supé­rieur ne peut donner d’ordre au comman­dant Savitsky, qui est le seul maître à bord. Il ne peut que tenter de le rame­ner à la raison. Comment y parvient-il ? On ne le saura jamais. Arkhi­pov est mort en 1998, en empor­tant son secret. Mais, selon l’his­to­rien de la guerre froide Thomas Blan­ton, « ce type a sauvé le monde ».

======= Fin de l’ex­trait. =======

À d’autres moments de cette crise, nous sommes passés près de l’er­reur, ou plutôt de l’hor­reur !

À lire ici : Crise de Cuba : le jour le plus dange­reux de l’His­toire

Actua­lité française : Budget de la défense 2013 (nov. 2012).

La France a signé le Traité de non proli­fé­ra­tion nucléaire (TNP) en 1992. En contra­dic­tion avec ce texte, la course aux arme­ments se pour­suit, au mépris des risques de dissé­mi­na­tion qu’elle engendre. En 2015 tout l’ar­se­nal nucléaire français aura été renou­velé. Pendant ce temps 146 pays, dont 4 puis­sances nucléaires (Chine, Inde, Pakis­tan, Corée du Nord) travaillent à un proces­sus d’éli­mi­na­tion de l’arme nucléaire au travers d’une nouvelle conven­tion présen­tée à l’as­sem­blée géné­rale des Nations Unies. Notre pays s’y oppose alors que l’Iran y est favo­rable !!!

En savoir plus sur le budget de la défense 2013 : Attac dit non au budget de la Défense pour 2013.

11 réflexions sur “ Pourquoi il faut être CONTRE la DISSUASION NUCLEAIRE ”

  1. Mardi 4 décembre, l’assemblée générale des Nations Unies a approuvée par 174 pour, 6 abstentions et 6 refus, une nouvelle résolution pour inspecter les sites israéliens susceptibles d’héberger des armes nucléaires.
    Réponse habituelle de Tel Aviv qui n’en a rien à péter des goyim.

  2. « Mais être élu aux USA signifie avoir l’argent des banques, or les banques c’est GOLDMAN sachs, et tant d’autres aux consonances, disons, un peu particulières, n’est-il pas ? »

    Tâchons de ne pas nous écarter du coeur du débat.

      « si l’ONU (et l’OTAN ? ) garantissent les Israël dans ses frontières de 67, leur alibi ne tient plus et toute mesures de rétorsion les contraindra à plier »

    Seul l’ONU à pouvoir de droit, quant aux frontières de tous les pays elles sont protégées par les traités internationaux. Et c’est bien là que le bât blesse, l’existence de la Palestine et d’Israël est garantie par la résolution 181 qui insiste aussi pour que Jérusalem soit inclus dans une zone internationale. Aujourd’hui, et malgré moult rappels à l’ordre, la Palestine est invisible et Jérusalem insidieusement colonisé par Israël. Le constat est que les résolutions onusiennes ne sont pas franchement respectées. Idem pour les pays qui depuis 1945 ont vus leurs territoires violés, entre autre par l’oncle SAM, notre socle démocratique. De fait, on ne peut que constater la caducité des traités internationaux et la faiblesse du droit face à la force. Et c’est pourquoi, un pays comme l’Iran sachant que ces ressources énergétiques sont convoitées par de plus puissants que lui, et au vu des précédents, n’a d’autres façons de faire pour garantir sa souveraineté que de se doter de l’arme atomique. Mais tout ceci n’enlève rien à la justesse de l’idée de départ : militer pour la dénucléarisation. Je voulais juste mettre en avant l’extrême difficulté (pour être optimiste) de la chose.

  3. Bien sûr bien sûr. Il n’en demeure pas moins que tant que les 5 du club nucléaire seront surarmés, il y aura toujours un pays qui aura beau jeu de s’armer au nom de sa survie. Mais si tous les pays, unis, fort d’un processu de désarmement global, font des pressions économiques, il ne pourra tenir bien longtemps. D’autant plus si il ne possède pas les ressources en uranium necéssaire. Enfin bref : rien ne pourra se faire si personne ne fait le premier pas. C’est une condition nécessaire. commençons à la mettre en place, après on verra bien ce que ferons les autres. Mais puisque tu insises sur ‘Israël, si l’ONU (et l’OTAN ? ) garantissent les Israël dans ses frontières de 67, leur alibi ne tient plus et toute mesures de rétorsion les contraindra à plier. Mais bien évidemment, ce sont les USA qui ont l’influence décisive. Mais être élu aux USA signifie avoir l’argent des banques, or les banques c’est GOLDMAN Sachs, et tant d’autres aux consonances, disons, un peu particulières, n’est-il pas ? 

  4. « Sans le soutien des USA, Israël n’est plus rien. » Il est certains que les EUA facilitent énormément la survie d’Israël, en dehors de l’aide financière et militaire, ils sont surtout les gardiens du conseil de sécurité de l’ONU, où ils usent et abusent de leur droit de veto pour protéger leur allié moyen-oriental. Mais le cas de figure où Israël serait abandonné à lui-même a été un des paramètres de Ben Gourion lorsqu’en 1949 il décide de se lancer dans la voie de l’armement atomique. Posséder l’arme c’était la possibilité de pouvoir se passer de l’appui d’un parrain, c’était assurer la survie d’Israël. « Les états-unis peuvent donc exiger qu’il désarme » J’émets un gros doute sur une telle influence de Washington sur Tel-Aviv. Déjà que les rares fois où les ricains ont proposé un gel temporaire de la colonisation de la Cisjordanie les israëliens ont continué de plus belle. A tel point que lorsque l’on parle du chien qui remue la queue on se demande bien quel pays est à quelle place. « Et les Etats-Unis peuvent aussi via l’ONU, menacer de ne rien faire contre l’armement de l’Iran. Et si Israël désarme l’Iran n’aura plus aucune légitimité à maintenir ses projets nucléaires. » Concernant l’Iran nous pouvons l’exclure de l’équation, car lorsqu’Israël a décidé au siècle dernier de s’équiper, l’Iran ne représentait en rien une menace nucléaire. Comme vu plus haut l’Iran n’est qu’un prétexte. Quant à ce que les EUA autorisent l’armement nucléaire iranien cela équivaudrait pour eux à dire adieu aux réserves énergétiques perses. Pour ce qui est de l’exemplarité des cinq et de leur surarmement, toujours d’accord avec toi, mais le cas de figure où un pays considère que sa survie passe par l’arme atomique n’est pas réglé pour autant car ce pays ne voudra pas désarmer.

  5. Sans le soutien des USA, Israël n’est plus rien. Les états-unis peuvent donc exiger qu’il désarme. Et les Etats-Unis peuvent aussi via l’ONU, menacer de ne rien faire contre l’armement de l’Iran. Et si Israël désarme l’Iran n’aura plus aucune légitimité à maintenir ses projets nucléaires. C’est aux club nucléaire, les cinq puissances puissamment nucléaires eu égard au nombre de têtes opérationnelles quelles possèdent, de commencer à montrer l’exemple en se limitant à une quantité suffisamment dissuasive : pas besoin de centaines/milliers de têtes pour ce faire. la Russie : environ 11 000 dont 2427 actives; les États-Unis : environ 8500 dont 2150 actives; la France : environ 300 dont 290 têtes actives; le Royaume-Uni : 225 dont 160 actives; la République populaire de Chine : environ 240; Source : wikipedia – 4.1 Pays détenteurs signataires du TNP.              

  6. Prenons un exemple concret. Aujourd’hui Israël dispose de l’arme nucléaire et il est le seul pays de la région à la posséder. Ce qui de facto assure sa suprématie militaire sur les pays de la région qui lui sont hostiles. Comment faire pour convaincre ce pays d’abandonner ses bombes atomiques alors cela mettrait sa survit en péril ?

  7. @Jacques C. : Je crains qu’il n’y ait alors pas de réponse à ta question. Si un pays pense que sa survie passe par la possession de l’arme nucléaire, il sera difficile de le faire participer au désarmement nucléaire . . . sauf si on le fait disparaitre virtuellement. Un peu comme les états-Unis on tenté de faire disparaitre Cuba en mettant en place un embargo. Dans ce cas, la seule possibilité pour ce pays, si déjà nucléarisé, sera de menacer d’utiliser ses armes nucléaires si l’on maintient ces moyens de pression internationale. Mais dans ce cas là, c’est qu’il s’agit d’un fou, et face à un fou, aucune solution n’est envisageable.

  8. je pense que si les 5 pays détenteurs respectaient vraiment leurs engagements (TNP), il leur serait beaucoup plus facile de le faire respecter par les autres.
    D’accord.

    Ils pourraient ainsi commencer par voter des résolutions au conseil de sécurité de l’ONU, jusqu’à l’extrémité d’une intervention armée, comme ce l’est régulièrement envisagé, hors cadre de l’ONU, vis-à-vis de l’Iran. Encore d’accord, bien que le nucléaire iranien soit en premier lieu : – un prétexte pour les EUA qui veulent mettre la main sur les ressources énergétiques du pays – la garantie pour l’Iran d’être à l’abri d’une invasion qui lui pend au nez depuis la révolution islamique et la nationalisation desdites ressources.
    Mais nous n’avons pas avancé sur le problème suivant : comment priver un pays de l’arme nucléaire alors que celle-ci est pour lui la garantie de sa survie ?

  9. Je ne suis pas spécialiste de la question mais je pense que si les 5 pays détenteurs respectaient vraiment leurs engagements (TNP), il leur serait beaucoup plus facile de le faire respecter par les autres. Ils pourraient ainsi commencer par voter des résolutions au conseil de sécurité de l’ONU, jusqu’à l’extrémité d’une intervention armée, comme ce l’est régulièrement envisagé, hors cadre de l’ONU, vis-à-vis de l’Iran.

  10. Entièrement d’accord avec l’idée première, mais comment résoudre le cas de pays qui ne reconnaissent pas leur détention d’armes nucléaires et dont la finalité de cet armement est la garantie de survie du pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *