Où travaille-t-on le moins dans l’Union Euro­péenne ?

    La durée du travail et son impact sur l’éco­no­mie consti­tue un clivage gauche/droite assez fort. Avant de débattre de cet impact sur l’éco­no­mie, il faut se mettre d’ac­cord sur ce que l’on mesure. En effet, on peut trou­ver des clas­se­ments inter­na­tio­naux très diffé­rents sur ces « temps de travail » et donc des conclu­sions bien diffé­rentes.

Ainsi, selon COE Rexe­code, « la durée effec­tive du travail en France est une des plus faibles d’Eu­rope » alors que pour la revue Alter­na­tives Écono­miques, « les français travaillent beau­coup ». La France se situe­rait au 2erang sur 15 pays de l’UE après la Finlande selon le premier et au 9e rang sur 12 pays euro­péens selon le second. Pour justi­fier leurs conclu­sions, ces deux sources se fondent sur les deux graphiques repro­duits ci-dessous :

La-duree-effective-du-travail-en-France-est-une-des-plus-fa.jpg Duree_hebdomadaire_travail_12-pays_UE_OCDE-2010.png
Durée effec­tive annuelle moyenne de travail des sala­riés à temps plein (2010, 15 pays de l’UE)

Source : COE Rexe­code

Durée moyenne de travail hebdo­ma­daire pour l’en­semble des actifs (2010, 12 pays : les mêmes qu’à gauche moins Finlande, Pays Bas, Luxem­bourg, Portu­gal, plus Hongrie).
Source : Alter­na­tives écono­miques

Qui croire ? COE Rexe­code, l’as­so­cia­tion dont 68 des 80 membres sont de grandes entre­prises parmi lesquelles 33 finan­cières qui conclut que «  la durée effec­tive du travail en France est une des plus faibles d’Eu­rope » ou Alter­na­tives Écono­miques, la société coopé­ra­tive indé­pen­dante qui conclut que « les français travaillent beau­coup » ?

La source des données semble aussi crédible pour les deux études puisqu’il s’agit de l’OCDE d’une part, d’Euro­stat de l’autre. Mesurent-elles bien la même chose ? Pas vrai­ment : il s’agit de la durée annuelle des sala­riés à temps plein pour l’un, et de la durée hebdo­ma­daire des actifs, pour l’autre.

Ce qui justi­fie une mesure plutôt qu’une autre est souvent la manière dont on veut l’ex­ploi­ter. D’où le choix de COE-Rexe­code qui, comme nombre d’or­ga­ni­sa­tions patro­nales dont le Medef comp­tant parmi ses 80 membres, souhaite allon­ger la durée légale hebdo­ma­daire du travail, peut ainsi conclure : « En limi­tant la quan­tité de travail, une partie de nos atouts démo­gra­phiques a été perdue, ce qui a bridé le pouvoir d’achat par habi­tant. ». On le savait déjà et personne ne le nie : moins on travaille et moins l’on gagne sauf si la produc­ti­vité horaire augmente propor­tion­nel­le­ment plus. Suite aux 35 h, la produc­ti­vité horaire des sala­riés français a effec­ti­ve­ment augmenté mais pas dans les même propor­tions que la réduc­tion du temps de travail.

Reve­nons à la durée du temps de travail : si effec­ti­ve­ment la loi sur les 35 h a conduit à la réduc­tion de la durée annuelle du travail des sala­riés à temps plein, cela a permis de créer des emplois dont certains à temps partiel. C’est pourquoi, la durée effec­tive annuelle moyenne de travail des sala­riés français, temps plein et partiels, n’est pas la plus faible de l’OCDE, ni même de l’UE.

Les sala­riés alle­mands belges et néer­lan­dais travaillent moins !

Comme l’at­teste le graphique ci-dessous, l’Al­le­magne, le « modèle » actuel du patro­nat, ainsi que les Pays-bas et la Belgique, possèdent en réalité des durées de travail moyennes infé­rieures à celles de la France. Le « modèle » alle­mand travaille en réalité 10 % de moins !

Duree_annuelle_travail_monde_2009-0CDE.jpg

Chan­ge­ment d’échelle !

Vous avez peut-être remarqué l’ha­bi­leté de COE-Rexe­code et d’Alter­na­tives Écono­miques : afin d’ac­croître consi­dé­ra­ble­ment les diffé­rences entre pays, l’origine des ordon­nées n’est pas zéro. Si l’on prenait zéro comme origine pour le graphique COE Rexe­code on obtien­drait ceci :

Changement-echelle-image-COErexecode.jpg
Pensez-vous que d’aussi faibles diffé­rences rela­tives puissent péna­li­ser l’éco­no­mie autant que certains voudraient nous le faire croire ?

Sur l’in­ci­dence du temps de travail sur l’éco­no­mie, voir mon billet : Préju­gés sur les 35 h et la RTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *