Les écono­mistes multi­cartes !

      Jean Gadrey, profes­seur émérite d’éco­no­mie de l’Uni­ver­sité Lille1, juge leurs liai­sons dange­reuses.
Laurent Mauduit
, jour­na­liste à Média­part, les appelle les impos­teurs de l’éco­no­mie.
    Gilles Balbastre
, réali­sa­teur, les appelle Les nouveaux chiens de garde (dispo en DVD mais aussi visible ICI).
     Daniel Mermet, jour­na­liste à France-Inter, les appelle Les écono­mistes de garde.
En fait, ils sont nos sauveurs !

    On convien­dra qu’au­cun des candi­dats à la Prési­dence française 2012 n’est satis­fai­sant. C’est pourquoi je fais appel à vous pour soute­nir la candi­da­ture de Marc Ladreit de Lachar­rière.
    Vous savez sûre­ment que Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papa­dé­mos, respec­ti­ve­ment Président de la BCE, Président du Conseil italien et Premier Ministre grec, sont tous trois d’an­ciens de la banque Gold­man Sachs. Rien de plus normal puisque, outre-atlan­tique, M. Paul­son, secré­taire aux Finances US de 2006 à 2009, diri­geait anté­rieu­re­ment Gold­man Sachs. Rappe­lons qu’en 2008, et à la diffé­rence de Lehman brothers, Gold­man Sachs avait était jugée par ce M. Paul­son too big to fail et il l’avait donc sauvée.

Mais quel rapport avec M. Ladreit de Lachar­rière ?

      Bon, avec un nom pareil, nous trou­ve­rions surpre­nant qu’il s’agisse d’un ouvrier licen­cié d’Arce­lorMit­tal ou de Conti. En effet : M. Ladreit De Lachar­rière est Président de l’agence de nota­tion FitchRi­ting, admi­nis­tra­teur du groupe Casino, de l’Oréal, de Renault, membre du Conseil consul­ta­tif de la Banque de France, . . . . Il est entré en 2007 dans le cercle des milliar­daires en Euros. Reste juste à s’as­su­rer qu’il avait bien une Rolex à 50 ans ! Sinon il semble avoir toutes les quali­tés pour être notre Président, n’est-ce pas ?

      D’ailleurs François Baroin, Ministre de l’Éco­no­mie du gouver­ne­ment Fillon/Sarkozy, ne s’y trom­pait pas puisque mi-décembre il a remis, en les locaux du Minis­tère, le Prix du livre de l’éco­no­mie dont notre M. Ladreit de Lachar­rière en est le Président de jury ! Ce prix est une initia­tive du think tank le Cercle des écono­mistes, lequel compte, parmi ses 30 membres, nombre de repré­sen­tants de banques et insti­tu­tions finan­cières.

      Et, heureux hasard, les trois nomi­nés étaient Alain Minc, Jean-Marie Messier et le très média­tique Daniel Cohen, lauréat. Autre­ment dit trois écono­mistes chantres de la promo­tion de la « main invi­sible des marchés ». Inutile de dire qu’au­cun de ces nomi­nés , contrai­re­ment à Frédé­ric Lordon et Jean Gadrey, entre autres écono­mistes atter­rés, ne propose la mise en place d’un pôle public bancaire. Il faut dire que le lauréat, D. Cohen donc, est infi­ni­ment plus « talen­tueux » que ces deux derniers. La preuve ? En 2011, il a eu droit à 52 passages dans Le Monde tandis que les seconds n’en ont eu droit qu’à 2 ! Démons­tra­tion de leur incom­men­su­rable compé­tence en 2’52 » (extrait du film Les nouveaux chiens de garde) :

Alain Minc et Hervé De Bois­sieu, deux écono­mistes multi­cartes se plantent lamen­ta­ble­ment !

      Pour info, Daniel Cohen et Alain Minc sont membres du Conseil de surveillance de ce même jour­nal. Ce dernier en fût même le président jusqu’en 2008. Pure coïn­ci­dence ! Circu­lez, y a rien à voir ! En 2015, dans ce jour­nal, rien n’a changé : Europe : quels écono­mistes s’ex­priment dans Le Monde (suite) ? Toujours les banquiers !, Acri­med, juin 2015.

      Pour en savoir plus sur ces conni­vences et dépen­dances dans le petit monde des experts média­tiques et des oracles multi­cartes, je vous suggère le sujet « Les écono­mistes de garde » de l’émis­sion « Là-bas si j’y suis » qui fût diffusé sur France-Inter jusqu’en 2014 (cf. lien infra).

      Si vous êtes lecteur du Monde, un conseil, arrê­tez. À moins qu’à 50 ans vous n’au­rez ou n’aviez une Rolex !

En tous les cas « NOUS ne paie­rons pas LEUR dette » !


Aller plus loin :

* L’émis­sion Là-bas si j’y suis, émis­sion poil à grat­ter, désor­mais disparu de France-Inter. Elle avait déjà failli dispa­raître en 2006 avant d’être avan­cée de 17h à 15h, heure de moindre écoute. Elle n’existe plus désor­mais qu’en média web indé­pen­dant ;

 * L’ana­lyse du prix Nobel d’éco­no­mie P. Krug­man dans Alter­na­tives écono­miques (janvier 2012) : Crise : pourquoi les écono­mistes ont failli

 * Quelques docu­ments sur Gold­man Sachs :
+ La pieuvre Gold­man sacKs (article, 1 page) ;
+ Le putsch de Gold­man Sachs sur l’Euro (vidéo, 1 mn) ;
+ Gold­man Sachs, analyse d’une pieuvre finan­cière mondiale (vidéo 53′)
+ La banque, Marc Roche, jour­na­liste du monde, Albin Michel, 2011 ;
+ Comment Gold­man Sachs dirige le monde, 53′, Arte, 2013 ;

* Sur Alain Minc : conseiller de N. Sarkozy, admi­nis­tra­teur de nombreuses grandes entre­prises et PDG de sa société de commu­ni­ca­tion AM Conseil. Quelques mois avant la crise des subprimes,  il vantait encore  » l’in­croyable plas­ti­cité de l’auto-régu­la­tion des marchés « .

* Le docu­men­taire Inside Job : Inside Job est le premier film qui s’es­saye à une analyse exhaus­tive de la crise finan­cière mondiale qui a émergé en 2008, et qui, selon le réali­sa­teur, était évitable.

Le film éclaire en parti­cu­lier le lien inces­tueux d’uni­ver­si­taires pres­ti­gieux qui, du fait de la répu­ta­tion de sérieux scien­ti­fique, ont fourni une garan­tie mais ont été rému­né­rés (gras­se­ment) et on fait, ou font encore, partie des conseils d’ad­mi­nis­tra­tion de grandes entre­prises finan­cières mises en cause : banques d’af­faires (Merrill Lynch, Morgan Stan­ley, Lehman Brothers), assu­rances (AIG), agences de crédit immo­bi­lier (y compris gouver­ne­men­tales: Fred­die Mac & Fannie Mae) et agences de nota­tion finan­cière (Stan­dard & Poor’s, Fitch Ratings, Moody’s).

La mainmise du complexe militaro-industriel 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *