Insta­bi­lité finan­cière, crises & conflits

   Au vu de l’ins­ta­bi­lité finan­cière depuis 1900, mesu­rée selon un indice proposé par deux cher­cheurs du FMI, on peut légi­ti­me­ment se poser la ques­tion de l’im­pact de cette insta­bi­lité finan­cière mondiale sur les crises écono­miques et conflits armés qu’a connu le monde depuis cette date.
   Concer­nant l’Eu­rope, à feu entre 1914 et 1945, on peut aussi se poser la ques­tion : la paix qu’elle connait depuis depuis est-elle à porter au crédit de la construc­tion euro­péenne ou au crédit des mesures prises pour éviter cette insta­bi­lité finan­cière ? Quelques éléments de réponse ci-dessous.

   Le FMI a publié en décembre 2013, ce docu­ment de travail : « Finan­cial and Sove­reign Debt Crises : Some Lessons Lear­ned and Those Forgot­ten » (Carmen Rein­hart et Kenneth Rogoff). Le résumé est visible à partir de cette page du FMI et l’ar­ticle télé­char­geable . En français cela donne Crises des dettes publiques et finan­cières : quelques leçons appirses et celles oubliées.

À partir des données et du graphique de la page 5, le maga­zine Alter­na­tives Écono­miques a recons­truit celui-ci dans son article inti­tulé Un siècle d’ins­ta­bi­lité finan­cière . Repro­duit ci-dessous, j’y ai rajouté quelques événe­ments : les deux guerres mondiales (1914–1918, 1939–1945) et deux actes marquant de la régu­la­tion et de la déré­gu­la­tion finan­cière aux USA et en France. Il s’agit du Glass-Stea­gall Act (1933, USA) établi par Roose­velt et de la loi 45–15 (1945, France) établie par le Conseil Natio­nal de la Résis­tance.

Instablite_financiere_-_guerre_1900-2012-Reinhart-Rogoff.jpg

   Paral­lè­le­ment à la suppres­sion de cette loi fonda­men­tale de la régu­la­tion finan­cière, la déré­gu­la­tion de la finance s’est ampli­fiée et géné­ra­li­sée depuis 35 ans. Concer­nant les prin­ci­paux pays, elle est repré­sen­tée par ce graphique extrait de l’ar­ticle 30 ans de déré­gu­la­tion finan­cière (source : les-crises.fr). Concer­nant la France, on peut consta­ter que l’al­ter­nance UMP/PS n’a rien changé au rythme de déré­gu­la­tion de la finance. On peut au contraire consta­ter que c’est entre 1984 et 1992, alors que le PS est au pouvoir, que la déré­gu­la­tion est la plus impor­tante et rejoint le pelo­ton de tête dans lequel la précèdent de peu, les États-Unis et le Royaume-Uni. C’était dans l’air du temps (Reagan, That­cher, …) me direz-vous !

index-liberalisation-financiere-Fr-USA-GB-All-It-Esp-1973-2.jpg

Les mêmes allures doivent se retrou­ver dans nombre d’autres pays du monde, sauf peut-être en Chine deve­nue capi­ta­liste, où la finance reste sous contrôle de l’État.

   Ques­tion : comme le suggère le titre de l’ar­ticle « Finan­cial and Sove­reign Debt Crises : Some Lessons Lear­ned and Those Forgot­ten », c’est à dire Crises finan­cières et des dettes publiques : quelques leçons apprises et certaines oubliées, saurons-nous reprendre les rènes de la finance avant que ces crises ne se trans­forment en conflit ?

   La récente loi française de « non-« sépa­ra­tion des acti­vi­tés bancaires ne semble pas abon­der en ce sens. Dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *