Échange d’emploi et écologie

Quand on y pense, c’est un peu c..

Circulant aux heures où les gens vont ou reviennent du boulot, ne vous êtes-vous jamais posé la question suivante : n’y a-t-il pas au volant de ces véhicules deux secrétaires, deux vendeurs, deux serveurs, deux orthophonistes, deux infirmières, deux coiffeuses, . . . qui se croisent tous les jours ? Et si l’un travaillait là où réside l’autre et réciproquement ? Et si Dominique résidait à Trifouilly-les-Arras et travaillait à Douai, tandis que Claude réside à Pétaouchnok-lès-Douai et travaille à Arras ?

Convaincu que la réponse est OUI, pourquoi ces personnes n’échangeraient-elles pas leur job ?

C’est pourquoi ne serait-il pas opportun de proposer un service web de mise en relation de ces personnes. Un seul service web similaire existe (PermutJob). Il ne procède cependant pas selon un schéma de mise en relation dont le critères principal serait, outre les lieux de résidences et de travail, les code ROME des métiers de pôle emploi.

Si vous n’êtes pas convaincu des enjeux, je vous invite à prendre connaissance de quelques éléments factuels ci-dessous.     Déplacements routiers domicile/travail et écologie : quels enjeux ?

Quelques chiffres (France, 2010) :

  • Distance moyenne domicile/travail par la route : 26,4 km en province (hors Ile de France).

  • Part de l’automobile dans les déplacements domicile/travail : entre 72% et 81% selon les régions (43% en Ile de France). Cf. graphique et source ci-dessous ;

  • Part des transports routiers pour neuf polluants atmosphériques : de 13% (COV) à 66% (cuivre). Cf. graphique et source ci-dessous ;

  • Part des transports routiers dans les émissions nationales de CO2 : 32% ;

Part_transports_routiers_polluants_2010.jpg

Part_automobile_deplacement_domicile-region_par_regions_200.jpg

_______________________________________
Source des données :

10 réflexions sur “ Échange d’emploi et écologie ”

  1. Pourquoi deux personnes échangeraient-elles leurs emplois ?

    Par souci écologique ? écologiste ?

    Jamais de la vie ! L’écologie n’a RIEN à faire dans cette histoire. Les gens économisent du temps et de l’argent. Point final.

    Pourquoi récupère-t-on le verre et le papier ? Pour en faire de nouveaux moins cher. C’est tout.

    Pourquoi s’acharner à vouloir recycler le caractère utile et économiquement justifié d’une pratique pour en faire un concept cosmique, fumeux et anti-rationnel, genre « C’est bon pour la planète
    ! »

    Ce qui est intéressant dans les économies d’énergie, ce sont les économies d’énergie. Pas les morpions idéologiques des Verts-de-gris. Ces bestioles prétendent être nés de Gaïa alors qu’elles ont
    toutes pompé du Malthus à la naissance.

    Donc, de grâce, vous ferez du bien au bon peuple de gauche, ceux qui ne veulent pas payer la dette des banquiers (avec raison) en ne leur infligeant pas l’écologie des mêmes banquiers.

    Merci d’avance.

  2. Désolé de ne pas vous permettre de me remercier. le persiste à écrire que la réduction de l’usage de la voiture, est AUSSI une mesure ECOLOGIQUE. Revoyez le tableau avec les POLLUANTS
    atmosphériques générés pas l’échappement des voitures, sans même parler des dégats environnementaux pour sa fabrication (carrières, mines, usine de transformation tels les hauts fourneaux, ….)
    et son élimination  (déchets, …).

    Quant au papier, savez-vous qu’à blancheur égale le papier recyclé est plus cher que le papier non recyclé ? Pour le verre, je ne sais pas.

  3. Votre réponse est écrite en noir sur fond rouge. C’est illisible.

    Quel dommage !

    Je note que vous ne répondez pas sur le fond, c’est à dire sur l’Histoire, sur le pourquoi plutôt que sur le comment.

    Ce n’est pas à vous que je vais apprendre que, si pour le papier c’est plus cher, c’est déja moins cher qu’avant et c’est destiné à diminuer. Vous vous limitez à la surface des choses et c’est
    insuffisant.

  4. Oui bien sûr que le coût de fabrication du papier (hors énergie) diminue. Je ne suis cependant pas sûr qu’un jour il sera moins cher que le papier équivalent issu de fibres vierges . . . sauf
    lorsqu’il y aura pénurie de fibre vierge pour cause de déforestation). Cependant notez que sil il n’avait pas de vertus écologiques qui lui valent des soutiens politiques (obligation de la
    collecte sélective) et privé (lorsque l’on et « écolo » et que l’on souhaite préserver nos forêts primaires on est prêt à payer plus cher), la filière n’aurait jamais pu voir le jour et donc faire
    son apprentissage industriel.

    Sinon, je n’ai pas compris votre question par rapport à l’Histoire ? Quel rapport avec cet article et mes commentaires ?

    ___________________________
    Copie de mon précédent commentaire illisible (merci Erasmus)

     

     

     

     

     

     

  5. Recopie de mon commentaire de 8h17 pour cause de non lisibilité (il suffit en fait de sélectionner le texte) :

    Désolé de ne pas vous permettre de me remercier. le persiste à écrire que la réduction de l’usage de la voiture, est AUSSI une mesure ECOLOGIQUE. Revoyez le tableau avec les POLLUANTS
    atmosphériques générés pas l’échappement des voitures, sans même parler des dégats environnementaux pour sa fabrication (carrières, mines, usine de transformation tels les hauts fourneaux, ….)
    et son élimination  (déchets, …).

    Quant au papier, savez-vous qu’à blancheur égale le papier recyclé est plus cher que le papier non recyclé ? Pour le verre, je ne sais pas.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *