Le fantasme de l’islamisation de la France

À ceux qui voient en tout immigré ou descendant d’immigré non européen, un musulman . . .

. . . et qui, percevant une augmentation de la « coloration » de notre population, en déduisent une « islamisation » de la France, laquelle serait en outre une menace.

Que disent les chiffres ?

    Un premier chiffre : 8 % des adultes de 18 à 50 ans se déclarent de religion musulmane, soit 2,1 millions de personnes.
Source :  » Trajectoires et Origines : Enquête sur la diversité des populations en France », p. 124, INED, octobre 2010).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Pour les sceptiques envers les statistiques officielles, selon l’IFOP, ce taux serait de 5,8% de la population des plus de 18 ans (source :  » ANALYSE : 1989-2011, Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’Islam de France », p.4, IFOP, juillet 2011). Cette dernière enquête évaluant à 9% la part des plus de 55 ans dans la population musulmane (p. 5), ce chiffre de 5,8% est compatible avec le chiffre de 8% des 18-50 ans de l’enquête de l’INED (Rq : de nombreux immigrés « musulmans » retournent dans leur pays d’origine à l’occasion de leur retraite).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Nous constatons une répartition inégale sur le territoire. Inégalités liées à l’historique des bassins d’emplois des immigrés « musulmans » mais liées aussi à la politique du logement. De nombreuses villes ne respectent pas la loi SRU instituant une proportion de 20% de logements sociaux, les « musulmans » faisant plutôt partie des classes pauvres et modestes.

   Par conséquent, en terme de population religieuse, la population musulmane (8%) n’est pas plus une menace pour notre laïcité que la population catholique qui représente 43% de la population française de plus de 18 ans (cf. tableau 1 supra).

Comment donc une population religieuse aussi réduite pourrait constituer une menace ?

    Si vous préférez écouter que lire, je vous suggère ces deux vidéos de Raphaël Liogier, professeur à l’Institut d’Études Politiques d’Aix en Provence, auteur de l’ouvrage “Le mythe de l’islamisation” (2012) : une courte (8 min.) et une longue (26 min). Ou lire l’article « les paranos de l’islamisation » dans Politis ou encore l’avis de l’éditeur.

    Comme rappelé dans ces documents, d’un point de vue quantitatif, l’islamisation de la France n’est assurément pas en cours, et ce après 50 ans d’immigration « musulmane », importante et encouragée jusqu’en 1975, bien moindre et stable depuis.

    Ainsi de 2005 à 2010, le nombre d’entrées est stabilisé autour des 200.000 entrées (201.500 en 2010) auquel il convient de retrancher les sorties (126.500 en 2010), comme l’illustre le tableau ci-dessous.

Note : le nombre important d’immigrés quittant le territoire s’explique essentiellement par la forte proportion d’étudiants (32,4 % des entrées en 2010) et par le retour au pays pour la retraite, 40-50 ans après l’immigration massive des années 1960-70.

    Donc non seulement l’immigration globale s’est réduite mais en outre la part de l’immigration « musulmane » n’en représente plus qu’un bon tiers comme l’illustre le diagramme ci-dessous.

    L’ensemble des quatre pays à forte population musulmane (82 à 86 %), à savoir la Turquie, la Tunisie, le Maroc et l’Algérie représente 34,5% de l’immigration (2008). En rajoutant l’Afrique subsaharienne (9%), à forte proportion musulmane (80%), l’on arrive à 43%.

Une population « musulmane » stable, voire en diminution.

    La population « musulmane » en France ne peut donc pas s’accroître puisqu’on ne constate pas de conversions, que le flux migratoire « musulman » est stable et que le taux de natalité des immigrés « musulmans » rejoint rapidement celui de la population française.

    On peut même imaginer une réduction de la population « musulmane » dans la mesure où nombre de descendants d’immigrés « musulmans » quitte la religion musulmane au profit du christianisme ou d’aucune religion.

    C’est ce qu’atteste le tableau ci-dessous résumant la situation des quatre principales origines géographiques d’immigrés « musulmans ». Comme on le voit, il y a 10 à 20 % de musulmans de moins chez les descendants d’immigrés que chez les immigrés. En particulier, l’on constate une baisse d’environ 22% pour les trois principaux pays d’immigration « musulmane ».

Source : Trajectoire et Origines (TeO) : Enquête sur la diversité des populations de France, Ch. 16, p 125, INED-INSEE, 2008.

   Ces chiffres de l’INED-INSEE sont confirmés par l’enquête IFOP/La Croix qui atteste que 26% des descendants d’une famille musulmane se déclarent non musulmans (22%), d’une autre religion (1%) ou sans religion (3%) (source :  » ANALYSE : 1989-2011, Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’Islam de France », p.7, IFOP, juillet 2011).

   De son côté le Pew Research Center, dans son rapport intitulé «Le futur de la population musulmane globale» (en anglais, 2011), se fondant sur les données du document cité ci-dessus  « Trajectoires et origines » ,  conclut que « pour la France, la projection basse pour 2030 tourne autour de 9,8 % de population de religion musulmane. Et autour de 10,9 % pour la projection haute, les variables essentielles étant le taux de fécondité et le rythme de l’immigration. ».   La projection haute conduit à une part de la population se déclarant musulmane très minoritaire (10,9%), bien inférieure à celle des chrétiens (45% en 2008).

Si la proportion de musulmans en France n’augmente pas, l’aspect qualitatif constituerait-il cette présumée islamisation de la France ?

    En attendant de plus amples développements, voir ce document, cette video et/ou ce livre. Du même auteur, lire l’article Le mythe de l’invasion arabo-musulmane (Raphaël Liogier, Mai 2014).

    Mais je me permets de douter d’un quelconque risque : en 1905, lorsque a été décidé la laïcité de la République Française, la proportion de catholiques en France représentait 90 % de la population.

     En outre, la multiplicité des courants musulmans en France bride toute possibilité d’organisation. D’ailleurs, n’assiste-t-on pas à des guerres entre populations musulmanes, essentiellement sunnites vs chiites, plutôt que vis à vis de  populations non musulmanes ?

    Si l’on établit le nombre d’établissements scolaires confessionnels rapportée à la population de la confession concernée (cf. 1er tableau ci-dessus) , on obtient :

  • 564 établissements de confession juive (282 établissements pour 0,5% de résidents français de 18 à 60 ans se déclarant de confession juive) ;
  • 197 établissements de confession catholique (8485 établissements pour 43% de catholiques) ;
  • 3,75 établissements de confession musulmane (30 établissements pour 8% de musulmans).

…………………

    Difficile d’en déduire une islamisation par l’enseignement, pas plus que par un présumé communautarisme d’ailleurs. Lire à ce propos l’article de janvier 2015 d’Olivier Roy : «La communauté musulmane n’existe pas»

    Une couverture de magazine telle celle de gauche ci-dessous laisse accroire une réalité qui n’est donc que pur fantasme. Celle de droite est un montage (il y en a d’autres ICI) afin de se rendre mieux compte de l’objectif stigmatisant de telles couvertures.

Actualisation (janvier 2015) : quelques courbes et données pertinentes sur le site du Monde : Petites et grandes erreurs factuelles d’Eric Zemmour sur l’immigration

En 2016, les 1 % les plus riches du monde possèderont plus que les 99% restant

Je publie ici l’article du même nom posté par Jean Gadrey sur son blog ce mardi 20 janvier 2015. N’hésitez pas à commenter ci-dessous.

En 2016, les 1 % les plus riches du monde possèderont plus que les 99% restant puisqu’il possèderont plus de la moitié de la richesse mondiale !

C’est l’un des résultats d’une étude d’Oxfam, « Insatiable richesse », qui vient d’être mise en ligne. La part du patrimoine mondial détenue par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera selon toute probabilité les 50 % en 2016. En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte. Vive la crise !

Les estimations utilisent les meilleures sources mondiales disponibles sur les patrimoines, dont celles du Crédit Suisse. D’autres chiffres renforcent le vertige devant la démesure, dont ce graphique, qui montre que si, en 2010, 388 milliardaires (le haut du classement Forbes) étaient aussi riches que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, en 2014, il « n’en faut plus » que 80.

La concentration de la richesse vers le haut produit le dénuement « en bas » et même aux étages intermédiaires de la hiérarchie. C’est ainsi que les 80 % les moins riches ne détiennent que 5,5 % de la richesse mondiale totale des ménages.

Cette étude consacre d’importants développements aux mécanismes économiques, politiques, fiscaux, etc. de cet insatiable enrichissement, et en particulier à l’intense et très coûteux (mais hyper rentable) lobbying de cette oligarchie de taille infime mais au pouvoir immense… tant que les pouvoirs politiques s’en rendent complices ou, dans « le meilleur des cas », ne font rien de sérieux.

Extrait :
« En 2013, le secteur de la finance a dépensé plus de 400 millions de dollars dans des activités de lobbying aux États-Unis, soit 12% du montant total consacré aux activités de lobbying dans le pays cette même année, tous secteurs confondus. Par ailleurs, dans le cadre des élections de 2012, les entreprises de ce secteur ont dépensé 571 millions de dollars pour financer certaines campagnes électorales. D’après le Centre for Responsive Politics, c’est le secteur de la finance qui a apporté la plus grande contribution aux partis et aux candidats fédéraux. Les milliardaires américains représentent environ la moitié des milliardaires de la liste Forbes ayant des intérêts dans le secteur financier. Ce nombre est passé de 141 à 150 aux États-Unis, et leur fortune cumulée de 535 à 629 milliards de dollars, soit une augmentation de 94 milliards de dollars (17%) en l’espace d’un an. »

L’ensemble du patrimoine net des milliardaires ayant des intérêts dans le secteur pharmaceutique et de la santé a augmenté de 47 %. Eux aussi avaient dépensé 500 millions de dollars pour faire pression sur les responsables politiques à Washington et à Bruxelles, en 2013.

Oxfam craint que la force de lobbying de ces secteurs ne soit un obstacle majeur à la réforme du système fiscal international et n’impose des règles de propriété intellectuelle qui empêchent les plus pauvres d’accéder à des médicaments vitaux.

Oxfam appelle les États à adopter un plan en sept points pour lutter contre les inégalités :

– Mettre un frein à l’évasion fiscale des entreprises et des grandes fortunes
– Investir en faveur de la gratuité et de l’universalité de services publics comme la santé et l’éducation
– Répartir équitablement la charge fiscale, l’allégeant du côté du travail et de la consommation tout en taxant davantage le capital et les richesses
– Instaurer un salaire minimum et oeuvrer à un salaire décent pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs
– Instaurer une législation en faveur de l’égalité salariale et promouvoir des politiques économiques assurant le traitement équitable des femmes
– Mettre en place une protection sociale suffisante pour les plus pauvres, notamment la garantie d’un revenu minimum
– Adopter l’objectif commun de lutter contre les inégalités à l’échelle internationale

Charlie à tout prix ? par Frédéric Lordon, 13 janvier 2015

Article repris du blog de Frédéric Lordon sur le site du Monde Diplomatique et publié ici pour d’éventuels commentaires et débat.
Que vous ayez été Charlie ou non, si vous êtes un défenseur de la liberté d’expression, alors je vous invite à vous détourner des médias du complexe militaroindustriel (Bouygues, Lagardère, Dassault, Bolloré, Rothschild, ….) et de soutenir des médias indépendants tel Le monde Diplomatique.
Bonne lecture et au plaisir d’échanger via les commentaires
Christophe

===================
Ce texte est tiré d’une intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée par le journal Fakir à la Bourse du travail à Paris le 12 janvier 2015.
===================

Charlie à tout prix ? par Frédéric Lordon.

Lorsque le pouvoir de transfiguration de la mort, ce rituel social qui commande l’éloge des disparus, se joint à la puissance d’une émotion commune à l’échelle de la société tout entière, il est à craindre que ce soit la clarté des idées qui passe un mauvais moment. Il faut sans doute en prendre son parti, car il y a un temps social pour chaque chose, et chaque chose a son heure sociale sous le ciel : un temps pour se recueillir, un temps pour tout dire à nouveau.

Mais qu’on se doive d’abord à la mémoire de ceux qui sont morts n’implique pas, même au plus fort du traumatisme, que toute parole nous soit interdite. Et notamment pour tenter de mettre quelque clarification dans l’inextricable confusion intellectuelle et politique qu’un événement si extrême ne pouvait manquer, en soi, de produire, à plus forte raison sous la direction éclairée de médias qui ne louperont pas une occasion de se refaire la cerise sur le dos de la « liberté d’expression », et de politiques experts en l’art de la récupération.

Disons tout de suite que l’essentiel de cette confusion se sera concentré en une seule phrase, « Je suis Charlie », qui semble avoir tout d’une limpide évidence, quand tant d’implicites à problème s’y trouvent repliés.

« Je suis Charlie ». Que peut bien vouloir dire une phrase pareille, même si elle est en apparence d’une parfaite simplicité ? On appelle métonymie la figure de rhétorique qui consiste à donner une chose pour une autre, avec laquelle elle est dans un certain rapport : l’effet pour la cause, le contenu pour le contenant, ou la partie pour le tout. Dans « Je suis Charlie », le problème du mot « Charlie » vient du fait qu’il renvoie à une multitude de choses différentes, mais liées entre elles sous un rapport de métonymie. Or ces choses différentes appellent de notre part des devoirs différents, là où, précisément, leurs rapports de métonymie tendent à les confondre et à tout plonger dans l’indistinction.

Charlie, ce sont d’abord des personnes humaines, privées – par bonheur, on s’est aperçu rapidement que dire simplement « Charlie » pour les rassembler faisait bon marché de deux policiers, un agent de maintenance, un malheureux visiteur de ce jour là, et puis aussi de cinq autres personnes, dont quatre juives, tuées les deux jours d’après. Sauf à avoir rompu avec toute humanité en soi, on ne pouvait qu’être frappé de stupeur et d’effroi à la nouvelle de ces assassinats.

Mais l’émotion n’a été si considérable que parce qu’il était perceptible à tous que ce qui venait d’être attaqué excédait évidemment les personnes privées. Et voici donc le deuxième sens possible de « Charlie » : Charlie comme métonymie des principes de liberté d’expression, des droits à exprimer sans craindre pour sa sécurité, tels qu’ils sont au cœur de notre forme de vie.

On pouvait donc sans doute se sentir Charlie pour l’hommage aux personnes tuées – à la condition toutefois de se souvenir que, des personnes tuées, il y en a régulièrement, Zied et Bouna il y a quelque temps, Rémi Fraisse il y a peu, et que la compassion publique se distribue parfois d’une manière étrange, je veux dire étrangement inégale.

On pouvait aussi se sentir Charlie au nom de l’idée générale, sinon d’une certaine manière de vivre en société, du moins d’y organiser la parole, c’est-à-dire au nom du désir de ne pas s’en laisser conter par les agressions qui entreprennent de la nier radicalement. Et l’on pouvait trouver qu’une communauté, qui sait retourner ainsi à l’un de ses dénominateurs communs les plus puissants, fait une démonstration de sa vitalité.

Mais les choses deviennent moins simples quand « Charlie » désigne – et c’est bien sûr cette lecture immédiate qui avait tout chance d’imposer sa force d’évidence – quand « Charlie », donc, désigne non plus des personnes privées, ni des principes généraux, mais des personnes publiques rassemblées dans un journal. On peut sans la moindre contradiction avoir été accablé par la tragédie humaine et n’avoir pas varié quant à l’avis que ce journal nous inspirait – pour ma part il était un objet de violent désaccord politique. Si, comme il était assez logique de l’entendre, « Je suis Charlie » était une injonction à s’assimiler au journal Charlie, cette injonction-là m’était impossible. Je ne suis pas Charlie, et je ne pouvais pas l’être, à aucun moment.

Je le pouvais d’autant moins que cette formule a aussi fonctionné comme une sommation. Et nous avons en quelques heures basculé dans un régime de commandement inséparablement émotionnel et politique. Dès ses premiers moments, la diffusion comme traînée de poudre du « Je suis Charlie » a fait irrésistiblement penser au « Nous sommes tous américains » du journal Le Monde du 12 septembre 2001. Il n’a pas fallu une demi-journée pour que cette réminiscence se confirme, et c’est Libération qui s’est chargé de faire passer le mot d’ordre à la première personne du pluriel : « Nous sommes tous Charlie » — bienvenue dans le monde de l’unanimité décrétée, et malheur aux réfractaires. Et puis surtout célébrons la liberté de penser sous l’écrasement de tout dissensus, en mélangeant subrepticement l’émotion de la tragédie et l’adhésion politique implicite à une ligne éditoriale. Ceci d’ailleurs au point de faire à la presse anglo-saxonne le procès de se montrer hypocrite et insuffisamment solidaire (obéissante) quand elle refuse de republier les caricatures. Il fallait donc traverser au moins une mer pour avoir quelque chance de retrouver des têtes froides, et entendre cet argument normalement élémentaire que défendre la liberté d’expression n’implique pas d’endosser les expressions de ceux dont on défend la liberté.

Mais cette unanimité sous injonction était surtout bien faite pour que s’y engouffrent toutes sortes de récupérateurs. Les médias d’abord, dont on pouvait être sûr que, dans un réflexe opportuniste somme toute très semblable à celui des pouvoirs politiques dont ils partagent le discrédit, ils ne manqueraient pas pareille occasion de s’envelopper dans la « liberté de la presse », cet asile de leur turpitude. A l’image par exemple de Libération, qui organise avec une publicité aussi ostentatoire que possible l’hébergement de Charlie Hebdo. Libération, ce rafiot, vendu à tous les pouvoirs temporels, auto-institué dernière demeure de la liberté d’expression ! — peut-être en tous les sens du terme d’ailleurs. Et combien de la même farine derrière Libé pour faire de la surenchère dans le Charlisme ?

« Si cet homme qui, dit-on, riait de tout revenait en ce siècle, il mourrait de rire assurément », écrit Spinoza dans une de ses lettres. Et c’est vrai qu’il y a de quoi rire longtemps à voir ainsi les organes de la soumission à l’ordre social entonner avec autant de sincérité l’air de l’anticonformisme et de la subversion radicale. Rire longtemps… enfin pas trop quand même, car il faudra bien songer un jour à sortir de cette imposture.

Ce sera sans l’aide du pouvoir politique, qui n’a jamais intérêt au dessillement, et à qui l’union nationale a toujours été la plus fidèle des ressources. Union nationale, et même internationale en l’occurrence, dont une version carabinée nous aura été administrée. Fallait-il qu’elle soit incoercible la pulsion récupératrice de François Hollande de se faire reluire à la tête de Paris « capitale du monde » pour convier, de proche en proche, jusqu’à Orban, Porochenko, et puis Netanyahu, Lieberman, etc. de hautes figures morales, connues pour se partager entre défenseurs de la liberté de la presse et amis du dialogue interconfessionnel [1].

Par bonheur, il s’est déjà trouvé suffisamment de voix pour s’inquiéter des usages, ou plutôt des mésusages, que ce pouvoir ne manquera pas de faire d’une mobilisation de masse qu’il s’empressera de considérer comme un mandat.

Espérons qu’il s’en trouvera également pour recommander à quelques éditorialistes un court séjour en cellule de dégrisement, et pour leur apporter le café salé. Dans la concurrence pour être à la hauteur de l’Histoire, et même – pente aussi fatale que grotesque de l’information en continu – pour être les premiers à « annoncer » l’Histoire, il était logique que tous criassent à l’Histoire et à l’Historique à propos de la manifestation d’hier. S’il est permis d’en rire, on dira que, historique, elle l’a sans doute été sous quelque rapport, au moins pour être la première du genre où le comptage de la police avait une chance d’être supérieur à celui des organisateurs. On ne sache pas cependant qu’il soit resté grand-chose des manifestations monstres de Carpentras et du 1er mai 2002, effusions collectives qui avaient déjà hystérisé le commentariat, mais dont on doit bien reconnaître que la productivité politique aura été rigoureusement nulle.

On aimerait beaucoup qu’il en aille autrement cette fois-ci, mais on ne peut pas s’empêcher de poser en toute généralité la question de savoir s’il n’y a pas un effet de substitution entre le degré de l’unanimité et sa teneur politique possible. Par construction, arasant toute la conflictualité qui est la matière même de la politique, la masse unie est tendanciellement a-politique. Ou alors, c’est que c’est la Révolution – mais il n’est pas certain que nous soyons dans ce cas de figure…

Il y aurait enfin matière à questionner la réalité de l’« union nationale » qu’on célèbre en tous sens. Tout porte à croire que le cortège parisien, si immense qu’il ait été, s’est montré d’une remarquable homogénéité sociologique : blanc, urbain, éduqué. C’est que le nombre brut n’est pas en soi un indicateur de représentativité : il suffit que soit exceptionnellement élevé le taux de mobilisation d’un certain sous-ensemble de la population pour produire un résultat pareil.

Alors « union nationale » ? « Peuple en marche » ? « France debout » ? Il s’agirait peut-être d’y regarder à deux fois, et notamment pour savoir si cette manière de clamer la résolution du problème par la levée en masse n’est pas une manière spécialement insidieuse de reconduire le problème, ou d’en faire la dénégation. A l’image des dominants, toujours portés à prendre leur particularité pour de l’universel, et à croire que leur être au monde social épuise tout ce qu’il y a à dire sur le monde social, il se pourrait que les cortèges d’hier aient surtout vu la bourgeoisie éduquée contempler ses propres puissances et s’abandonner au ravissement d’elle-même. Il n’est pas certain cependant que ceci fasse un « pays », ou même un « peuple », comme nous pourrions avoir bientôt l’occasion de nous en ressouvenir.

Il y a une façon aveuglée de s’extasier de l’histoire imaginaire qui est le plus sûr moyen de laisser échapper l’histoire réelle — celle qui s’accomplit hors de toute fantasmagorie, et le plus souvent dans notre dos. Or, l’histoire réelle qui s’annonce a vraiment une sale gueule. Si nous voulons avoir quelque chance de nous la réapproprier, passé le temps du deuil, il faudra songer à sortir de l’hébétude et à refaire de la politique. Mais pour de bon.

Notes

[1] Lire Alain Gresh, « D’étranges défenseurs de la liberté de la presse à la manifestation pour “Charlie Hebdo” », Nouvelles d’Orient, 12 janvier 2015.

Continuer la lecture