Le fantasme de l’is­la­mi­sa­tion de la France

À ceux qui voient en tout immi­gré ou descen­dant d’im­mi­gré non euro­péen, un musul­man . . .

. . . et qui, perce­vant une augmen­ta­tion de la « colo­ra­tion » de notre popu­la­tion, en déduisent une « isla­mi­sa­tion » de la France, laquelle serait en outre une menace.

Que disent les chiffres ?

    Un premier chiffre : 8 % des adultes de 18 à 50 ans se déclarent de reli­gion musul­mane, soit 2,1 millions de personnes.
Source :  » Trajec­toires et Origines : Enquête sur la diver­sité des popu­la­tions en France », p. 124, INED, octobre 2010).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Pour les scep­tiques envers les statis­tiques offi­cielles, selon l’IFOP, ce taux serait de 5,8% de la popu­la­tion des plus de 18 ans (source :  » ANALYSE : 1989–2011, Enquête sur l’im­plan­ta­tion et l’évo­lu­tion de l’Is­lam de France », p.4, IFOP, juillet 2011). Cette dernière enquête évaluant à 9% la part des plus de 55 ans dans la popu­la­tion musul­mane (p. 5), ce chiffre de 5,8% est compa­tible avec le chiffre de 8% des 18–50 ans de l’enquête de l’INED (Rq : de nombreux immi­grés « musul­mans » retournent dans leur pays d’ori­gine à l’oc­ca­sion de leur retraite).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Nous consta­tons une répar­ti­tion inégale sur le terri­toire. Inéga­li­tés liées à l’his­to­rique des bassins d’em­plois des immi­grés « musul­mans » mais liées aussi à la poli­tique du loge­ment. De nombreuses villes ne respectent pas la loi SRU insti­tuant une propor­tion de 20% de loge­ments sociaux, les « musul­mans » faisant plutôt partie des classes pauvres et modestes.

   Par consé­quent, en terme de popu­la­tion reli­gieuse, la popu­la­tion musul­mane (8%) n’est pas plus une menace pour notre laïcité que la popu­la­tion catho­lique qui repré­sente 43% de la popu­la­tion française de plus de 18 ans (cf. tableau 1 supra).

Comment donc une popu­la­tion reli­gieuse aussi réduite pour­rait consti­tuer une menace ?

    Si vous préfé­rez écou­ter que lire, je vous suggère ces deux vidéos de Raphaël Liogier, profes­seur à l’Ins­ti­tut d’Études Poli­tiques d’Aix en Provence, auteur de l’ou­vrage “Le mythe de l’is­la­mi­sa­tion” (2012) : une courte (8 min.) et une longue (26 min). Ou lire l’ar­ticle « les para­nos de l’is­la­mi­sa­tion » dans Poli­tis ou encore l’avis de l’édi­teur.

    Comme rappelé dans ces docu­ments, d’un point de vue quan­ti­ta­tif, l’is­la­mi­sa­tion de la France n’est assu­ré­ment pas en cours, et ce après 50 ans d’im­mi­gra­tion « musul­mane », impor­tante et encou­ra­gée jusqu’en 1975, bien moindre et stable depuis.

    Ainsi de 2005 à 2010, le nombre d’en­trées est stabi­lisé autour des 200.000 entrées (201.500 en 2010) auquel il convient de retran­cher les sorties (126.500 en 2010), comme l’illustre le tableau ci-dessous.

Note : le nombre impor­tant d’im­mi­grés quit­tant le terri­toire s’ex­plique essen­tiel­le­ment par la forte propor­tion d’étu­diants (32,4 % des entrées en 2010) et par le retour au pays pour la retraite, 40–50 ans après l’im­mi­gra­tion massive des années 1960–70.

    Donc non seule­ment l’im­mi­gra­tion globale s’est réduite mais en outre la part de l’im­mi­gra­tion « musul­mane » n’en repré­sente plus qu’un bon tiers comme l’illustre le diagramme ci-dessous.

    L’en­semble des quatre pays à forte popu­la­tion musul­mane (82 à 86 %), à savoir la Turquie, la Tuni­sie, le Maroc et l’Al­gé­rie repré­sente 34,5% de l’im­mi­gra­tion (2008). En rajou­tant l’Afrique subsa­ha­rienne (9%), à forte propor­tion musul­mane (80%), l’on arrive à 43%.

Une popu­la­tion « musul­mane » stable, voire en dimi­nu­tion.

    La popu­la­tion « musul­mane » en France ne peut donc pas s’ac­croître puisqu’on ne constate pas de conver­sions, que le flux migra­toire « musul­man » est stable et que le taux de nata­lité des immi­grés « musul­mans » rejoint rapi­de­ment celui de la popu­la­tion française.

    On peut même imagi­ner une réduc­tion de la popu­la­tion « musul­mane » dans la mesure où nombre de descen­dants d’im­mi­grés « musul­mans » quitte la reli­gion musul­mane au profit du chris­tia­nisme ou d’au­cune reli­gion.

    C’est ce qu’at­teste le tableau ci-dessous résu­mant la situa­tion des quatre prin­ci­pales origines géogra­phiques d’im­mi­grés « musul­mans ». Comme on le voit, il y a 10 à 20 % de musul­mans de moins chez les descen­dants d’im­mi­grés que chez les immi­grés. En parti­cu­lier, l’on constate une baisse d’en­vi­ron 22% pour les trois prin­ci­paux pays d’im­mi­gra­tion « musul­mane ».

Source : Trajec­toire et Origines (TeO) : Enquête sur la diver­sité des popu­la­tions de France, Ch. 16, p 125, INED-INSEE, 2008.

   Ces chiffres de l’INED-INSEE sont confir­més par l’enquête IFOP/La Croix qui atteste que 26% des descen­dants d’une famille musul­mane se déclarent non musul­mans (22%), d’une autre reli­gion (1%) ou sans reli­gion (3%) (source :  » ANALYSE : 1989–2011, Enquête sur l’im­plan­ta­tion et l’évo­lu­tion de l’Is­lam de France », p.7, IFOP, juillet 2011).

   De son côté le Pew Research Center, dans son rapport inti­tulé « Le futur de la popu­la­tion musul­mane globale » (en anglais, 2011), se fondant sur les données du docu­ment cité ci-dessus  « Trajec­toires et origines » ,  conclut que « pour la France, la projec­tion basse pour 2030 tourne autour de 9,8 % de popu­la­tion de reli­gion musul­mane. Et autour de 10,9 % pour la projec­tion haute, les variables essen­tielles étant le taux de fécon­dité et le rythme de l’im­mi­gra­tion. ».   La projec­tion haute conduit à une part de la popu­la­tion se décla­rant musul­mane très mino­ri­taire (10,9%), bien infé­rieure à celle des chré­tiens (45% en 2008).

Si la propor­tion de musul­mans en France n’aug­mente pas, l’as­pect quali­ta­tif consti­tue­rait-il cette présu­mée isla­mi­sa­tion de la France ?

    En atten­dant de plus amples déve­lop­pe­ments, voir ce docu­ment, cette video et/ou ce livre. Du même auteur, lire l’ar­ticle Le mythe de l’in­va­sion arabo-musul­mane (Raphaël Liogier, Mai 2014).

    Mais je me permets de douter d’un quel­conque risque : en 1905, lorsque a été décidé la laïcité de la Répu­blique Française, la propor­tion de catho­liques en France repré­sen­tait 90 % de la popu­la­tion.

     En outre, la multi­pli­cité des courants musul­mans en France bride toute possi­bi­lité d’or­ga­ni­sa­tion. D’ailleurs, n’as­siste-t-on pas à des guerres entre popu­la­tions musul­manes, essen­tiel­le­ment sunnites vs chiites, plutôt que vis à vis de  popu­la­tions non musul­manes ?

    Si l’on établit le nombre d’éta­blis­se­ments scolaires confes­sion­nels rappor­tée à la popu­la­tion de la confes­sion concer­née (cf. 1er tableau ci-dessus) , on obtient :

  • 564 établis­se­ments de confes­sion juive (282 établis­se­ments pour 0,5% de rési­dents français de 18 à 60 ans se décla­rant de confes­sion juive) ;
  • 197 établis­se­ments de confes­sion catho­lique (8485 établis­se­ments pour 43% de catho­liques) ;
  • 3,75 établis­se­ments de confes­sion musul­mane (30 établis­se­ments pour 8% de musul­mans).

…………………

    Diffi­cile d’en déduire une isla­mi­sa­tion par l’en­sei­gne­ment, pas plus que par un présumé commu­nau­ta­risme d’ailleurs. Lire à ce propos l’ar­ticle de janvier 2015 d’Olivier Roy : « La commu­nauté musul­mane n’existe pas »

    Une couver­ture de maga­zine telle celle de gauche ci-dessous laisse accroire une réalité qui n’est donc que pur fantasme. Celle de droite est un montage (il y en a d’autres ICI) afin de se rendre mieux compte de l’objec­tif stig­ma­ti­sant de telles couver­tures.

Actua­li­sa­tion (janvier 2015) : quelques courbes et données perti­nentes sur le site du Monde : Petites et grandes erreurs factuelles d’Eric Zemmour sur l’im­mi­gra­tion

66 réflexions sur “ Le fantasme de l’is­la­mi­sa­tion de la France ”

  1. ben justement je connaissais les chiffres au niveau des immigrés globalement , et la France est un peu près dans la moyenne (pas en tete en tout cas) . Donc je pensais honnêtement qu’un pays comme l’Allemagne avec son importante communauté turque allait être nettement devant nous surtout que depuis longtemps la fécondité des allemandes est particulièrement basse (1,3 enfants par femme). Mais en fait j’ai l’impression que les turcs n’arrivent plus, ne se sont jamais vraiment installé (peu de mariages mixtes) et ont même tendance a partir (en raison du boom éco en Turquie) et sont remplacés par une arrivée forte d’immigrés d’Europe du sud et surtout d’Europe de l’est. Donc les situations allemandes et françaises n’ont vraiment rien à voir : de l’autre coté du Rhin le quasi-plein emploi, une fécondité basse et une immigration européenne qui pallie cette déficience de main d’oeuvre.
    Et de ce coté ci du Rhin, un chômage de masse, une fécondité correcte et une immigration extra européenne qui se sur ajoute aux problèmes.
    c’est une évidence mais parler de l’immigration et des immigrés au niveau européen n’a donc aucun sens tellement les situations sont différentes entre pays.

  2. je préfère ne pas lire ce bouquin je suis deja en désaccord avec votre petit extrait :
     » Dans la plupart des pays musulmans, le taux de natalité est très proche de ceux observés dans les Etats occidentaux, et parfois même plus bas, comme en Iran »
    regardons donc le taux de natalité en 2010 : prenons les 5 grands pays européens
    France et Royaume Uni 12%° (12 pour mille)
    Espagne 10%°
    Allemagne Italie 8%°
    Et les pays musulmans
    Tunisie, Algérie 17%°
    Iran 18%° (ce n’est donc pas moins)
    Egypte 22%°
    Syrie 25%°
    Irak 29%°
    Mali 45%°
    Donc l’écart est conséquent, et on peut se demander si cela ne va pas se creuser davantage, en clair la natalité remonte peut être :
    http://orientxxi.info/magazine/egypte-la-natalite-repart-a-la,0537

    1. En effet, ces chiffres semblent démentir l’auteur (ce n’est pas un extrait de son livre mais de l’article que je cite dans mon article). Je vais donc l’interpeler.
      Pouvez-vous me donner votre sources ? En effet, sur ce site, on trouve un taux de fécondité (certes différent de taux de natalité), inférieur à celui de la France pour l’Iran en 2012.

      ps : en effet sur ce site pour 2011 on retrouve peu ou prou vos chiffres. Or donc, en attendant la réponse de M. Liogier, celui-ci m’apparait un peu moins crédible

  3. je viens de lire un article du jour, sur des convertis radicaux*
    ce sont pourtant des français éduqués, qui ont un travail, ne sont pas discriminés et pourtant ils sont tombés dans le radicalisme

    *http://www.atlantico.fr/decryptage/epicerie-horaires-hommes-femmes-separes-bordeaux-comment-expliquer-rigueur-nouveaux-convertis-philippe-iribarne-2208711.html

  4. je viens de ré et ré écouter la vidéo de Liogier
    Voici ces propos
    « dans la bouche même des démographes…de certains qui travaillent à l’INED…aveuglés par leur paranoïa » => C’est à lui de dire à qui il pense.
    [personnellement je suis un disciple de Todd même si cela ne m’empeche pas d’etre extrêmement critique vis a vis de son dernier ouvrage]

    « Il n y a pas d’immigration musulmane aujourd’hui » (c’est bien lui qui le dit et répété)
    => C’est quand même du n’importe quoi de dire cela

    autre point, effectivement il parle de la fécondité des enfants d’immigrés. Mais on ne peut oublier la fécondité des parents immigrés qui peut etre importante et avoir des conséquences

    Exemple : un jeune couple de maliens arrivé récemment s’installe en france , il a au final des années 6 enfants meme si chacun de ces enfants se marie et a seulement 2 enfants par la suite on voit bien que la population va croitre pendant plusieurs dizaines d’années
    dans la famille 2 personnes puis 8 personnes (2+6 enfants) puis 14 personnes (2+6+12/2 petits enfants) puis 18 personnes (2+6+12/2+24/4-2 décès) ce n’est qu’au bout de 75 ans environ que les deces seront aussi nombreux que les naissances et que la population de cette famille théorique va se stabiliser.

    Si vous n’êtes pas convaincu depuis 1975, soit depuis 40 ans la fécondité est en france est inférieure à 2,1 enfants par femme et pourtant la population augmente encore nettement !!!!!! il y a un inertie très forte (a cela s’ajoute l’augmentation de l’espérance de vie)
    Donc en résumé votre liogier dit n’importe quoi

    Oui c’est bien la référence du site

    Eric

    1. le rapport du Pew Research Center, dont j’ai rajouté les conclusions dans l’article – sont plus convaincants que votre petit calcul de coin de table. Or donc, 10,9% de musulmans en 2030, c’est pas cela qui va m’empêcher de dormir la nuit. Ni plus ni moins que par l’augmentation du nombre de pentecôtistes et d’évangéliques. Tant que la loi de 1905 n’est pas mise en cause, je dors serein même si je trouve dommage qu’encore aujourd’hui, l’on puisse être religieux et particulièrement de l’une des trois religions abrahamiques.
      Si je devais dépenser de l’énergie pour combattre les religions ce serait plutôt pour supprimer le régime concordataire en Alsace Lorraine ou abroger les accords de Latran de 2008 (merci Kouchner !).

  5. En France il y a des personnes qui utilisent la méthode forte avec l’islamisme radical ** bon c’est un situation particulière et à 8000 km mais c’est quand même le 101eme département français et ils ont dit NON.
    Malheureusement en métropole on est encore trop timoré et trop divisé sur le sujet, ce qui laisse le champ libre aux radicaux.

    Pour le cas de Bordeaux, je voulais juste montrer que dans le cas des radicaux on les excuse en prétextant le chômage ou encore la discrimination…mais ces explications ne peuvent pas être évoqués dans le cas de convertis.

    **
    http://www.ipreunion.com/actualites/reportage/2015/03/04/les-autorites-ont-laisse-faire-la-population-mayotte-ils-detruisent-une-mosquee-pour-lutter-contre-l-islam-radical,29632.html

    1. Je ne sais si la bonne solution, et surtout, si c’est une solution suffisante que d’exterminer le radicalisme par la manière forte sans respect de l’état de droit. On s’attaque aux symptômes pas à la cause qui, pour la grande majorité des exécutants, sont des paumés ! Pas besoin d’être sociologue, anthropologue ou historien des religions pour savoir que ceux qui tirent les ficelles ne sont jamais des paumés. Qu’il s’agisse des prédicateurs radicaux musulmans ou de l’empereur Constantin qui s’est converti au christianisme pour mieux soumettre son peuple (si je ne m’abuse, c’est « grâce » à Constantin que le christianisme s’est développé initialement (je peux me tromper et si ce n’avait été lui, c’eut été un autre représentant de la classe des dominés).
      Il ne faut pas s’attaquer aux leaders de la même manière qu’à ceux qui les suivent. Leurs motivations ne sont pas les mêmes : il fallait liquider Hitler et ses sbires (attentats contre Hitler, procès de Nuremberg) mais pas nécessairement tout le peuple allemand emmené dans cette barbarie suite à la crise de 1929. Et pour le coup l’islam n’avait rien à voir dans cette horreur (en revanche l’église chrétienne a été d’une complicité passive indigne).

    2. Je viens de lire l’article : ce sont les musulmans eux-même, qui ont procédé à la destruction de ce lieu qui leur appartenait. Pourquoi pas ! La justice en tiendra compte dans son verdict et c’est bien ainsi.

  6. On ne va pas refaire l histoire, mais juste pour rappel . L’Europe n a jamais été autant déchristianisé qu au 20eme siècle. C est également le siècle ou elle a vu naitre les 2 plus grandes barbaries de son histoire : le nazisme et le stalinisme.

    1. Certes. Mais le chemin de l’apprentissage de la sagesse est long, très long : religions (croisades, inquisitions, …), stalinisme, nazisme, … mais après ces douloureuses expériences, cela fait 70 ans que l’on n’a pas connu de telles barbaries.
      J’ose espérer que le recul de ces idéologies est irréversible et que l’on ne commettra pas les mêmes erreurs. Ce qui m’inquiète le plus actuellement reste la montée des extrèmes droite en Europe. Apparemment il est difficile pour nombre de nos concitoyens d’admettre que l’Europe ne sera plus la civilisation « phare » du monde. Les BRICS vont nous suppplanter, c’est ainsi. Chacun son tour,l’histoire de l’humanité est ainsi faite.

  7. Je le précise car meme sur une conversation parlant de radicaux islamistes vous arrivez encore a casser du sucre sur les chretiens !! Et les chrétiens d orient ils ont fait quoi de mal ?

  8. Je ne dis pas que les chrétiens ont fait quelque choses de mal. Tout au plus ai-je dit que les EGLISES sont des émanations qui rendent bien service aux classes dominantes. Et je pense que l’homme ne peut s’émanciper en régissant sa vie sur des DOGMES. Voilà je ne dis rien de plus.
    Quant aux personnes croyantes, tant que cela respecte les lois de leurs pays, je n’ai rien contre eux. En France, c’est la laïcité qui prévaut, donc toutes les religions sont à loger à la même enseigne. Pas de privilège pour l’une plus que pour l’autre même si pour des raisons historiques cela peut s’avérer difficile. Comme par exemple de changer le calendrier grégorien (fêtes religieuses = jours fériés, …). Mais cela n’est pas fondamental. Le concordat en Alsace-Moselle me semble bien plus gênant ou encore les accords Kouchner/Vatican qui reconnaissent DEPUIS 2009 les diplômes reconnus par le vatican ! Là pour le coup on DEVRAIT abroger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *