Le fantasme de l’is­la­mi­sa­tion de la France

À ceux qui voient en tout immi­gré ou descen­dant d’im­mi­gré non euro­péen, un musul­man . . .

. . . et qui, perce­vant une augmen­ta­tion de la « colo­ra­tion » de notre popu­la­tion, en déduisent une « isla­mi­sa­tion » de la France, laquelle serait en outre une menace.

Que disent les chiffres ?

    Un premier chiffre : 8 % des adultes de 18 à 50 ans se déclarent de reli­gion musul­mane, soit 2,1 millions de personnes.
Source :  » Trajec­toires et Origines : Enquête sur la diver­sité des popu­la­tions en France », p. 124, INED, octobre 2010).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Pour les scep­tiques envers les statis­tiques offi­cielles, selon l’IFOP, ce taux serait de 5,8% de la popu­la­tion des plus de 18 ans (source :  » ANALYSE : 1989–2011, Enquête sur l’im­plan­ta­tion et l’évo­lu­tion de l’Is­lam de France », p.4, IFOP, juillet 2011). Cette dernière enquête évaluant à 9% la part des plus de 55 ans dans la popu­la­tion musul­mane (p. 5), ce chiffre de 5,8% est compa­tible avec le chiffre de 8% des 18–50 ans de l’enquête de l’INED (Rq : de nombreux immi­grés « musul­mans » retournent dans leur pays d’ori­gine à l’oc­ca­sion de leur retraite).

Le fantasme de l'islamisation de la France

    Nous consta­tons une répar­ti­tion inégale sur le terri­toire. Inéga­li­tés liées à l’his­to­rique des bassins d’em­plois des immi­grés « musul­mans » mais liées aussi à la poli­tique du loge­ment. De nombreuses villes ne respectent pas la loi SRU insti­tuant une propor­tion de 20% de loge­ments sociaux, les « musul­mans » faisant plutôt partie des classes pauvres et modestes.

   Par consé­quent, en terme de popu­la­tion reli­gieuse, la popu­la­tion musul­mane (8%) n’est pas plus une menace pour notre laïcité que la popu­la­tion catho­lique qui repré­sente 43% de la popu­la­tion française de plus de 18 ans (cf. tableau 1 supra).

Comment donc une popu­la­tion reli­gieuse aussi réduite pour­rait consti­tuer une menace ?

    Si vous préfé­rez écou­ter que lire, je vous suggère ces deux vidéos de Raphaël Liogier, profes­seur à l’Ins­ti­tut d’Études Poli­tiques d’Aix en Provence, auteur de l’ou­vrage “Le mythe de l’is­la­mi­sa­tion” (2012) : une courte (8 min.) et une longue (26 min). Ou lire l’ar­ticle « les para­nos de l’is­la­mi­sa­tion » dans Poli­tis ou encore l’avis de l’édi­teur.

    Comme rappelé dans ces docu­ments, d’un point de vue quan­ti­ta­tif, l’is­la­mi­sa­tion de la France n’est assu­ré­ment pas en cours, et ce après 50 ans d’im­mi­gra­tion « musul­mane », impor­tante et encou­ra­gée jusqu’en 1975, bien moindre et stable depuis.

    Ainsi de 2005 à 2010, le nombre d’en­trées est stabi­lisé autour des 200.000 entrées (201.500 en 2010) auquel il convient de retran­cher les sorties (126.500 en 2010), comme l’illustre le tableau ci-dessous.

Note : le nombre impor­tant d’im­mi­grés quit­tant le terri­toire s’ex­plique essen­tiel­le­ment par la forte propor­tion d’étu­diants (32,4 % des entrées en 2010) et par le retour au pays pour la retraite, 40–50 ans après l’im­mi­gra­tion massive des années 1960–70.

    Donc non seule­ment l’im­mi­gra­tion globale s’est réduite mais en outre la part de l’im­mi­gra­tion « musul­mane » n’en repré­sente plus qu’un bon tiers comme l’illustre le diagramme ci-dessous.

    L’en­semble des quatre pays à forte popu­la­tion musul­mane (82 à 86 %), à savoir la Turquie, la Tuni­sie, le Maroc et l’Al­gé­rie repré­sente 34,5% de l’im­mi­gra­tion (2008). En rajou­tant l’Afrique subsa­ha­rienne (9%), à forte propor­tion musul­mane (80%), l’on arrive à 43%.

Une popu­la­tion « musul­mane » stable, voire en dimi­nu­tion.

    La popu­la­tion « musul­mane » en France ne peut donc pas s’ac­croître puisqu’on ne constate pas de conver­sions, que le flux migra­toire « musul­man » est stable et que le taux de nata­lité des immi­grés « musul­mans » rejoint rapi­de­ment celui de la popu­la­tion française.

    On peut même imagi­ner une réduc­tion de la popu­la­tion « musul­mane » dans la mesure où nombre de descen­dants d’im­mi­grés « musul­mans » quitte la reli­gion musul­mane au profit du chris­tia­nisme ou d’au­cune reli­gion.

    C’est ce qu’at­teste le tableau ci-dessous résu­mant la situa­tion des quatre prin­ci­pales origines géogra­phiques d’im­mi­grés « musul­mans ». Comme on le voit, il y a 10 à 20 % de musul­mans de moins chez les descen­dants d’im­mi­grés que chez les immi­grés. En parti­cu­lier, l’on constate une baisse d’en­vi­ron 22% pour les trois prin­ci­paux pays d’im­mi­gra­tion « musul­mane ».

Source : Trajec­toire et Origines (TeO) : Enquête sur la diver­sité des popu­la­tions de France, Ch. 16, p 125, INED-INSEE, 2008.

   Ces chiffres de l’INED-INSEE sont confir­més par l’enquête IFOP/La Croix qui atteste que 26% des descen­dants d’une famille musul­mane se déclarent non musul­mans (22%), d’une autre reli­gion (1%) ou sans reli­gion (3%) (source :  » ANALYSE : 1989–2011, Enquête sur l’im­plan­ta­tion et l’évo­lu­tion de l’Is­lam de France », p.7, IFOP, juillet 2011).

   De son côté le Pew Research Center, dans son rapport inti­tulé « Le futur de la popu­la­tion musul­mane globale » (en anglais, 2011), se fondant sur les données du docu­ment cité ci-dessus  « Trajec­toires et origines » ,  conclut que « pour la France, la projec­tion basse pour 2030 tourne autour de 9,8 % de popu­la­tion de reli­gion musul­mane. Et autour de 10,9 % pour la projec­tion haute, les variables essen­tielles étant le taux de fécon­dité et le rythme de l’im­mi­gra­tion. ».   La projec­tion haute conduit à une part de la popu­la­tion se décla­rant musul­mane très mino­ri­taire (10,9%), bien infé­rieure à celle des chré­tiens (45% en 2008).

Si la propor­tion de musul­mans en France n’aug­mente pas, l’as­pect quali­ta­tif consti­tue­rait-il cette présu­mée isla­mi­sa­tion de la France ?

    En atten­dant de plus amples déve­lop­pe­ments, voir ce docu­ment, cette video et/ou ce livre. Du même auteur, lire l’ar­ticle Le mythe de l’in­va­sion arabo-musul­mane (Raphaël Liogier, Mai 2014).

    Mais je me permets de douter d’un quel­conque risque : en 1905, lorsque a été décidé la laïcité de la Répu­blique Française, la propor­tion de catho­liques en France repré­sen­tait 90 % de la popu­la­tion.

     En outre, la multi­pli­cité des courants musul­mans en France bride toute possi­bi­lité d’or­ga­ni­sa­tion. D’ailleurs, n’as­siste-t-on pas à des guerres entre popu­la­tions musul­manes, essen­tiel­le­ment sunnites vs chiites, plutôt que vis à vis de  popu­la­tions non musul­manes ?

    Si l’on établit le nombre d’éta­blis­se­ments scolaires confes­sion­nels rappor­tée à la popu­la­tion de la confes­sion concer­née (cf. 1er tableau ci-dessus) , on obtient :

  • 564 établis­se­ments de confes­sion juive (282 établis­se­ments pour 0,5% de rési­dents français de 18 à 60 ans se décla­rant de confes­sion juive) ;
  • 197 établis­se­ments de confes­sion catho­lique (8485 établis­se­ments pour 43% de catho­liques) ;
  • 3,75 établis­se­ments de confes­sion musul­mane (30 établis­se­ments pour 8% de musul­mans).

…………………

    Diffi­cile d’en déduire une isla­mi­sa­tion par l’en­sei­gne­ment, pas plus que par un présumé commu­nau­ta­risme d’ailleurs. Lire à ce propos l’ar­ticle de janvier 2015 d’Olivier Roy : « La commu­nauté musul­mane n’existe pas »

    Une couver­ture de maga­zine telle celle de gauche ci-dessous laisse accroire une réalité qui n’est donc que pur fantasme. Celle de droite est un montage (il y en a d’autres ICI) afin de se rendre mieux compte de l’objec­tif stig­ma­ti­sant de telles couver­tures.

Actua­li­sa­tion (janvier 2015) : quelques courbes et données perti­nentes sur le site du Monde : Petites et grandes erreurs factuelles d’Eric Zemmour sur l’im­mi­gra­tion

66 réflexions sur “ Le fantasme de l’is­la­mi­sa­tion de la France ”

  1. Le texte est bien sympathique mais il refuse de voir la réalité en face.
    1/ Depuis une quinzaine d’années, le nombre d’immigrés en France augmente et même de manière assez vigoureuse – 4,39 millions d’immigrés en 1999, 5,61 millions en 2011 (INSEE) – soit un rythme de plus de 100 000 par an. Alors que la France est entrée dans un état de stagnation économique marqué par l’absence de création d’emploi !! Parmi les immigrés c’est la provenance d’Afrique qui se développe le plus.
    C’est d’ailleurs un peu logique, la population africaine augmente au rythme de 25 millions de personnes par an !! même si l’économie africaine amorce un démarrage il est logique que dans les années à venir au minimum 1 à 2 millions par an d’africains vont tenter leur chance en Europe (même au risque de leur vie sur des bateaux poubelles)
    2/ Si certains enfants de famille musulmane abandonnent la religion de leur parents il est absurde de se permettre de conclure que le nombre de musulmans va diminuer dans les années à venir. Car on constate l’importante immigration en provenance des pays musulmans ET une réactivation du fait religieux dans la population musulmane en particulier chez les jeunes. 7% des musulmans de moins de 25 ans en 1989 fréquentaient la mosquée le vendredi. Ce chiffre est monté à 14% en 2001 et 23% en 2011 (Source IFOP). Désormais il y a plus de jeunes musulmans pratiquants que de jeunes catholiques pratiquants.
    Plus grave c’est l’islamisme le plus radical (branche salafiste) qui a le vent en poupe (actuellement 60 à 100 mosquées sous leur contrôle- X 2 en 5 ans) et qui tend à noyauter le reste de la communauté musulmane. Le nombre de salafistes même s’il reste limité a été multiplié par 10 en 10 ans. Le nombre ne fait pas tout il faut aussi tenir compte du radicalisme, leur volonté d’imposer leur façon de vivre même si elles sont contraires à la république (voir les récentes affaires dans les mairies de Montreuil et Argenteuil…) quitte à user de la violence. Un tour du monde montre le danger de cet islamisme radical : que ce soit en Libye, Syrie, Irak, Afghanistan, Yemen, Somalie, Nigéria …. Sans faire de catastrophisme oui il y a une menace islamiste sérieuse en France. Comme le disent d’ailleurs de nombreux observateurs et politiques (M. Boutih, M. Valls).

    1. Merci Eric pour votre long commentaire constructif
      Concernant votre point 1), vous avez raison mais ce n’est pas le sujet du billet qui concerne « l’islamisation » présumée de la France. Il y a un autre billet sur la question du taux d’immigrés (= personnes nées en dehors de la France y compris, selon cette définition internationale, les français nés à l’étranger). C’est celui-ci : Préjugés sur l’immigration. Vous y lirez qu’en effet le taux d’immigrés (et donc, a fortiori, leur nombre puisque la population française croît) est passé de 7,4 % en 1975 à 8,4 % en 2008. C’est grave docteur ? Ont-ils la peste ?

      Concernant votre point 2 (« il est absurde de se permettre de conclure que le nombre de musulmans va diminuer dans les années à venir. « ) : je ne peux prédire l’avenir mais si le taux d’immigrés de religion musulmane reste celui des décennies passées, il n’y a aucune raison que le taux de musulmans (à différencier de leur nombre puisque la population française naturelle et migratoire augmentent)en France augmente. Maintenant que ces « musulmans » soit plus pratiquants, c’est possible. Mais nous sommes dans un pays laïc où la pratique religieuse est affaire personnelle. Que la « religion » soit le foot, l’islam, le bouddhisme ou la TV réalité m’importe peu tant qu’il en est ainsi.
      Concernant la crainte de l’islamisme radical, au même titre que tous les radicalismes religieux, je partage vos craintes.
      Cependant pour l’instant, si il faut être vigilant et résister à « la volonté de [ces islamistes radicaux ] d’imposer leur façon de vivre même si elles sont contraires à la république (voir les récentes affaires dans les mairies de Montreuil et Argenteuil…) quitte à user de la violence. » restent plus que des épiphénomènes.
      A moins que vous n’ayez des chiffres et des faits précis sourcés (affaires de Montreuil et d’Argenteuil ??? ) qui contrediraient ce fait, il ne me semble pas que celà soit une des priorités à combattre, d’autant que la cause de ces maux n’est pas sans rapport avec d’autres maux dont le chômage des jeunes est sans nul doute le principal.

  2. Bonjour,
    merci pour votre réponse mais je dois réagir car je suis toujours en désaccord !!

    « le taux d’immigrés est passé de 7,4 % en 1975 à 8,4 % en 2008. C’est grave docteur ? Ont-ils la peste ? »
    Je répondrai : NON à la deuxième question mais un OUI net à la première. Vous parlez de la problématique du chômage. Mais combien y avait-il de chômeur en 1975 ? je vais vous éviter de chercher – il y en avait 691 000, chiffre qui semble à peine croyable aujourd’hui – c’était encore le plein emploi
    Avoir 8% d’immigrés (plutôt européens) dans une société de quasi plein emploi ce n’est pas du tout la même chose que d’avoir 8% d’immigrés (plutôt non européens) dans une société rongée par le chômage. Dans le 1er cas l’intégration est beaucoup plus facile.
    Entre 2007 et 2013 la société française n’a pas crée le moindre emploi !!!(stable à 26,5 millions). Elle ne répond même pas aux besoins de travail de sa propre population : jeunesse (encore nombreuse) et désoeuvrée ou de ces seniors (qui voient l’âge de la retraite repoussé sans arrêt), le chômage bat ainsi de mois en mois des records.
    Dans ce contexte « de pénurie d’emploi » il est totalement déraisonnable d’accueillir plus de 100 000 immigrés chaque année, sans compter les clandestins, sans compter les travailleurs détachés.

    « il n’y a aucune raison que le taux de musulmans en France augmente. »
    toujours pas d’accord, le taux de musulman augmente dans la population française et continuera d’augmenter (immigrés présents + leurs enfants… + les arrivées + sans compter les conversions). Les enquêtes montrent qu’il n’y a pas de phénomène d’abandon de la religion musulmane (à la différence de la religion chrétienne) parmi les immigrés et les enfants d’immigrés.

    Concernant l’islamisme radical, c’est un « épiphénomène ». Toujours par d’accord je pense malheureusement que ce sera un problème majeur dans les années à venir :
    Ce n’est deja plus un épiphénomème à l’international ou l’islamisme radical fait des ravages dans nombre de pays musulmans (Syrie, Irak, Yemen, Libye, Somalie…), la liste est longue
    Ce n’est pas non plus un épiphénomème en France ou il gangrène peu à peu les banlieues, en apportant ses solutions au malaise des jeunes (confrontés au chômage et au probleme identitaire).
    Juste un article (voir ci dessous) qui montre que le phénomène dépasse le simple port d’un petit voile, puisqu’il touche tous les aspects de la vie en commun (commerces, santé., sans parler de l’éducation..). C’est bien une société parallèle qui se met en place avec ses propres règles se jouant de la société française et ses politiques impuissants.

    http://www.leparisien.fr/meaux-77100/a-meaux-le-voile-integral-ne-se-cache-plus-06-05-2015

    1. A la première objection (trop d’immigration), je répondrais :
      1) La France ne peut accueillir toute la misère du monde . . . mais (partie de la citation souvent oubliée) elle doit en prendre sa part.
      2) Les immigrés (hors européens) sont essentiellement dû au regroupement familial
      3) Pour les autres se sont surtout des étudiants dont on a pas pris en charge le coût jusqu’au Bac ou plus !

      Concernant votre croyance à la croissance de la population musulmane (8%, très loin de la population catholique 43%), vos arguments ne sont pas étayés : vous évoquez de bien mystérieuse enquêtes (références ?). Mes informations sont précisément sourcées et vous avez le droit de les contester mais, s’il vous plait, pas « au doigt mouillé ».
      Concernant l’islamisme radical, en France, vous avez le droit de penser qu’il sera un problème majeur dans les années à venir. Ce n’est pas mon sentiment. Ce n’est pas parce que c’est un vrai problème dans certains pays musulmans (la liste n’est pas si longue que cela) et de fait récemment (tiens, coïncidence, même pas 10 ans après l’invasion de l’Irak et de la destruction de son armée par les USA et les occidentaux, France exclue) qu’il va se généraliser à TOUS les pays musulmans (43 pays où ils sont plus de 50% de la population, dont de très grands pays : Pakistan, Indonésie, … + une vingtaine où ils sont entre 30 et 50%, loin de nos 8%).
      Vous citez UN article d’un journal et vous voudriez que je considère cela comme une menace généralisée (il « gangrène les banlieues », « touche tous les aspects de la vie en commun ») ? C’est un peu léger, ne croyez-vous pas ? Il faudrait prendre un peu plus de recul, dans le temps et l’espace et éventuellement essayer de dégager une tendance. Mais surtout, l’islam existant depuis des siècles dans le Monde et depuis des décennies en France, on doit se poser la question des racines du radicalisme dans certains pays musulmans et en France.
      Qu’une des racines du mal soit le chômage des jeunes, j’en suis convaincu. Qu’il soit un problème identitaire, reste à démontrer. Encore une fois, des sources, sérieuses si possible, SVP !

    2. J’ai lu votre article : que des mots creux, des quantifications on ne peut plus floues :
      * « Mais l’intégrisme musulman y est de plus en plus visible. », « LES femmes intégralement voilées se promènent » : Combien ? Qui gênent-elles ? Et pourquoi ?
      * » DES hommes refusent d’être servis par les pharmaciennes et préfèrent attendre » : Cela les regarde ! Combien ? Qui gênent-ils en passant leur tour ?
      * « une librairie vend des niqab » : plus dangereux que de vendre des armes, des cigarettes, de l’alcool, . . . ?
      Enfin bref, comme, je disais des épiphénomènes sans aucune gravité ni atteinte à la laïcité.
      Soyons vigilant et ferme sur la défense de notre laïcité, pour le reste que chacun pratique sa religion comme il l’entend. L’abbé Pierre, alors député, se présentait à l’A.N. en soutane sans que cela n’émeuve personne. Et des bonnes soeurs circulent en « quasi » niqab dans la rue sans que cela ne semble gêner quiconque. Pourquoi tant de distinction ? Lors d’un de mes oraux au bac, un professeur (du public) portait une croix. Grave ? Laïcité catholique ?

      ps : combien de cathos manifestant contre le mariage pour tous ? Combien de musulmans ?

    3. Toujours à Eric qui écrit (le 16 à 14h46) : "Avoir 8% d’immigrés (plutôt européens) dans une société de quasi plein emploi ce n’est pas du tout la même chose que d’avoir 8% d’immigrés (plutôt non européens) dans une société rongée par le chômage. Dans le 1er cas l’intégration est beaucoup plus facile."

      Pouvez-vous me définir ce qu’est l’intégration pour vous ? Quels critères ? Il me semble qu’il y a moins d’un siècle certaines populations immigrées EUROPEENNES, d’origine polonaise ou italienne, puis portugaise et espagnole, étaient également taxée de ne pas s’intégrer. Il y a pas beaucoup plus longtemps, la "communauté" juive, soupçonnée ou avérée, étaient aussi taxée d’être la source de tous les maux. Aussi diriez-vous qu’aucun des quelques millions d’immigrés "plutôt non européens" n’est intégré ? Ou diriez-vous qu’ils sont quasiment tous non "intégrés" ? Qu’ils sont très majoritairement non "intégrés" ? Qu’ils sont majoritairement non "intégrés" ? Qu’ils sont minoritairement non "intégrés" ? Qu’ils sont ultra-minoritairement non "intégrés" ? Mêmes questions pour les immigrés "plutôt européens". D’avance merci.

      Enfin, si tant est qu’il soit souhaitable de limiter encore plus l’immigration régulière, quels critères ? Sachant que sur les 200.000 entrées (et 126.500 sorties, cf. graphique ci-dessous) il y en a 18.200 à titre humanitaire (9%), 65.200 étudiants (32,4%), 22.900 de travail non saisonniers (11,4%), 51.700 au titre de l’immigration matrimoniale (famille de français) (25,7%) et enfin 32.500 au titre du regroupement familial (16%) et enfin 11.000 à d’autres titres (5,5%).

      Si vous voulez réduire à ‘0’, où piochez-vous les 100.000 ?

      Contre l’immigration clandestine : contrôler et sanctionner plus sévèrement les employeurs de clandestin.

      1. Pour répondre a la 2eme partie
        Si vous voulez réduire à ‘0’, ?
        1/ je n’ai jamais prôné l’immigration 0. d’ailleurs on en est très loin
        2/ Je ne sais d’où sors ce graphique qui parle d’un solde de +75000 (sans doute intègre t’il les départs de français) ! en vérité si l’on considère la population immigré (période 2004-2012 chiffres INSEE) on est sur un rythme de 200 000 arrivées/an et seulement 60 000 départs/an soit un bilan migratoire de +140 000 immigrés/an(1)
        au milieu des années 70 on était qu’autour de 40/45000 an, le pays n’était pourtant pas une dictature d’extrême droite mais simplement contrôlait mieux ses frontières.
        2/ chaque année il y a 25 millions de personnes en plus en Afrique, voulez-vous que la France en accueille 1,2, 3 millions/an ? rien que 500 000 par an ,sur ces 25 millions ce serait une goutte d’eau et pourtant produirait un ébranlement de la société française – les bons sentiments ne font pas toujours les bonnes politiques – il vaut mieux une vraie aide aux pays d’émigration.
        3/Quelle catégorie limiter, prenons par exemple les étudiants, la plupart n’ont pas vocation à rester en France mais à aider à développer leur pays d’origine. Par exemple c’est anormal qu’il y ait plus de médecins béninois en France qu’au propre Bénin. et puis sans cibler une catégorie, on peut développer les aides au retour comme cela a existé par le passé.

        Je ne suis pas politique mais simplement observateur. Des chercheurs officiels disent la meme chose :
        « Nous sommes dans une situation économique désastreuse sans que cela n’ait eu de conséquence sur la politique migratoire. L’idée de réduire l’immigration en période de grave crise économique n’est pas forcément la preuve d’une intolérance coupable. Prendre conscience les difficultés d’intégration non plus ». (Triballat – Démographe – INED)

        (1) Pour être complet comme il y 40 à 50 000 décès d’immigrés par an, la population globale des immigrés augmente de 100 000 par an

      2. Tout d’abord, un point d’accord :
        oui, bien sûr qu’il faut une aide au développement digne de ce nom car on émigre très rarement par plaisir. La France – comme nombre d’autres pays exceptés les pays scandinaves – est loin de satisfaire ses engagements internationaux (0,36% du PIB en 2014 au lieu des 0,7% promis).

        Concernant la source du solde migratoire vous pouvez le trouver sur cette page de l’INED avec un tableau téléchargeable de 1946 à nos jours.
        Pour 2010, il est évalué à 43.354 (au lieu des 75.000, chiffre provisoire sur cette source de l’INSEE de 2011 utilisée dans mon article)
        Qu’il s’agisse de départs de français ou pas, qu’est-ce que cela change ? Les français auraient le droit d’émigrer (1.6 millions résidaient à l’étranger en 2013) tandis que l’on fermerait nos frontières ? A moins qu’il ne faille qu’il y ait un équilibre pays par pays !

        Concernant la période 2004-2012, l’INED/INSEE n’annoncent pas du tout les mêmes chiffres avec une moyenne de +70.735 et non +140.000 comme vous l’affirmez. Pouvez-vous fournir précisémen votre source.

        2) Pourquoi voudirez-vous que la France accueille plus que ce qu’elle accueille ? Il me semble que les raisons pour lesquelles la France les accueillent sont difficilement contestables. C’était le sens de ma question : dans quelle catégorie réduire le nombre ?

        3) Concernant le fait que certains étudiants restent en France (quel taux ?) : en effet, c’est probablement dommageable pour les pays qui les envoient (pas sûr !). Mais qu’y peut-on ? Que peuvent faire les pays d’origine ? Devons-nous renvoyer ces étudiants qui trouvent un emploi ? N’y trouvons-nous pas notre intérêt (arrivée au niveau bac) ? Et le pays tiers, n’y trouve-t-il pas un intérêt ? A creuser mais on s’éloigne du sujet du billet qui est « l’islamisation » de la France.

        Quand à l’avis politique de Michèle Tribalat, cela n’engage qu’elle car elle sort alors de sa compétence de chercheur en émettant un tel avis.

  3. j’ai droit à plusieurs réponses je vois que je vous titille !!
    puisque vous voulez des sources je peux vous en donner une « Enquete Trajectoire et origine 2010″ ….donc la même source que vous…mais je n’arrive pas du tout à la même conclusion que vous :

     » On peut même imaginer une réduction de la population « musulmane » dans la mesure où nombre de descendants d’immigrés « musulmans » quitte la religion musulmane au profit du christianisme ou d’aucune religion. C’est ce qu’atteste le tableau ci-dessous résumant la situation des quatre principales origines géographiques d’immigrés « musulmans ». Comme on le voit, il y a 10 à 20 % de musulmans de moins chez les descendants d’immigrés que chez les immigrés.  »

    Je ne conteste pas les chiffres mais je conteste l’interprétation. L’interprétation serait exact si tous les descendants d’immigrés avaient des parents immigrés. Mais ce n’est pas le cas, dans cette étude on apprend par ailleurs qu’ 1/3 des descendants algériens sont nés de couple mixte (estimation d’après la page 18). Donc ces enfants ont grossièrement 1/6 (=1/3 :2) de parents non musulmans. Donc il est logique quantitativement d’avoir une baisse de 15 ou 20% entre la génération des parents et celle des enfants. Cela ne prouve donc en aucun un abandon de la religion musulmane. Quand on rentre dans le détail on s’aperçoit plutôt le contraire : 15% de sans religion chez les immigrés algériens mais seulement 10% de sans religion chez les descendants de deux parents algériens(1).
    Et puis tout le monde sait qu’il n y a pas de conversion massive des musulmans au catholicisme (c’est presque plutôt le contraire) et que le nombre de musulmans augmente. Sous entendre le contraire est une contre vérité.

    (1) INED DOCUMENTS DE TRAVAIL196 « Sécularisation ou regain religieux : la religiosité des immigrés et de leurs descendants » voir page 24

    1. Vous écrivez selon DOCUMENTS DE TRAVAIL196 « Sécularisation ou regain religieux : la religiosité des immigrés et de leurs descendants », p. 24 du fichier (p.22 du doc) :  » 15% de sans religion chez les immigrés algériens mais seulement 10% de sans religion chez les descendants de deux parents algériens. » Sont-ce les moyennes resp. de H19+F10 et H13+F8 ? Cependant vous oubliez les descendants de couples mixtes pour lesquels les descendants sont à 40% sans religion.

      Cela semble en contradiction avec ce que l’on peut lire page 23 du fichier (p.25 du document), en note de lecture de la figure 6 :

      « Parmi les personnes ayant grandi dans une famille musulmane, 28% sont dans une dynamique de sécularisation par rapport à la religiosité de leurs parents, 57% ont la même religiosité et 15% développent une plus grande religiosité que celle de leurs parents. « .
      Y aurait-il une spécificité telle pour les immigrés algériens ?
      A moins que, comme vous l’écrivez, « 1/3 des descendants algériens étant nés de couple mixte « , la prise en compte de cette catégorie de descendants d’immigrés musulmans (couple mixte) et la prise en compte des autres nationalités d’origine des immigrés musulmans (Maroc, …) conduit à rendre cohérent ces chiffres.

  4. et pour terminer (sur ce point) MEME SI (ce qui n’est pas le cas) une partie significative des immigrés (ou leurs descendants) abandonnaient la religion musulmane au fond on ne pourrait même pas conclure à une baisse à terme, car le taux de fécondité des femmes magrébines est de 3,3 enfants par femme contre 1,9 pour les non immigrés (1). En raison de se surcroit de fécondité il faudrait un abandon à hauteur de 40% d’une génération rien que pour avoir une stagnation du nombre de musulmans maghrébins (2).

    (1) http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/IMMFRA12_g_Flot1_pop.pdf
    (2) (3,3-2,0)/(3,3)

    1. Enfin du sourcé et du quantitatif ai-je envie de dire ! Merci.
      Je n’avais en effet pas tenu compte du différentiel du taux de fécondité entre femme immigrée et femme non immigrée.
      Je n’ai pas (encore) refait les calculs car l’institut Pew Research Center, dans son rapport intitulé «Le futur de la population musulmane globale» (en anglais) se basant sur «Trajectoires et origines » , Ined-Insee, 2008.
      conclut que « pour la France, la projection basse pour 2030 tourne autour de 9,8 % de population de religion musulmane. Et autour de 10,9 % pour la projection haute, les variables essentielles étant le taux de fécondité et le rythme de l’immigration. »
      Je ferais donc prochainement un correctif à mon billet et tâcherais de vous ne tenir informé que vous puissiez le commenter.

      « Au pire » 10,9% de musulmans. C’est grave docteur ? Il y a bien 43% de catho !
      En tout cas pour l’instant pas de parti musulman dans aucune ville de France. En revanche des partis chrétiens, oui. N’est-pas Christine !

      ps : votre explication pourquoi les descendants d’immigrés musulmans sont quantitativement moins musulmans que l’un ou deux de leurs parents immigrés est probablement fondée. Cependant, couple mixte (musulman/non musulman) ou pas (musulman/musulman), le résultat est et restera le même si la proportion de couple mixte reste la même.

    2. En préparant une nouvelle mouture de mon article, je m’aperçois qu’en souhaitant réagir rapidement à vos commentaires – dont je vous remercie – je me suis laissé abuser par votre calcul (commentaire du 18/06/2015 à 17:28) : « le taux de fécondité des femmes maghrébines est de 3,3 enfants par femme contre 1,9 pour les non immigrés (1). En raison de se surcroît de fécondité il faudrait un abandon à hauteur de 40% d’une génération rien que pour avoir une stagnation du nombre de musulmans maghrébins ( (3,3-2,0)/3,3 ) »

      Ce calcul n’est valable, si l’on raisonne en terme de taux, que si la population immigrée maghrébine est égale à la population française. Ce qui est loin, très loin, d’être le cas ! Je me trompe ?
      Dans mon article actualisé, je détaillerais, l’impact de ce différentiel de taux de fécondité des femmes maghrébines (et donc majoritairement musulmane) sur le taux de population musulmane.
      Concernant les conclusions du PRC que j’ai pris pour argent comptant (cf. mon commentaire 18/06/2015 à 20:27), elles sont contestées par R. Liogier, qui, je le rappelle est directeur de l’Observatoire du religieux de l’IEP d’Aix. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il a été auditionné par la Commission d’enquête parlementaire sur les filières djihadistes (video de 25′ ici).

      1. Les chiffres de 200000 arrivees et 60000 departs sont cités dans insee premiere 1524. Novembre 2014.
        par ailleurs le calcul est tout a fait valable. Pas besoin de populations equivalentes. Par contre pour etre totalement rigoureux il aurait fallu considerer la descendance finale et non l indice conjoncturel de fecondite.

      2. En effet ce document de l’INSEE donne un solde migratoire de 90.000 par an. Va falloir que j’interroge ces instituts INED et INSEE pour qu’ils m’expliquent ces différences non négligeables.
        Pour votre calcul, au temps pour moi, je me suis aperçu en rédigeant mon article qu’il était juste également en terme de taux (vous aviez écrit « nombre ») même si le taux de fécondité des femmes non musulmanes conduit aussi à une augmentation de la population non musulmane.
        C’est tout pour l’instant car il me faut réemprunter le livre le mythe de l’islamisation de R. Liogier pour comprendre pourquoi les conclusions du PRC (taux de musulmans en augmentation, compris entre 9,8 et 10,9% en 2030) sont différentes de celles de R. Liogier. Il y a forcément des différences hypothèses prises sur les prévisions de l’évolution du taux de fécondité et sur le nombre d’immigrés musulmans dans les 15 ans à venir. Il me faut en effet savoir si je peux écrire, ce que vous estimez être une contrevérité, que la population musulmane française est stable voir décroit.

  5. Concernant l’article, vous ne pouvez pas le rejeter d’un revers de la main. Mais je remarque que mettre des rideaux dans des kebabs ne vous gêne pas ! vendre des niqab ou le porter ne public non plus (alors qu’ils sont interdits en France dans les lieux publics – mais comme la loi n’est plus appliquée)

    « bonnes soeurs circulent en « quasi » niqab !! franchement je n’ai jamais vu de bonnes soeurs en niqab faut pas délirer.

    Je suis plus proche de ces gens de terrain qui défendent courageusement la laïcité
    (telle cette Rachida Benahmed, vice-présidente de Ni Putes ni soumises et conseillère municipale de Meaux qui estime que « le statut de la femme a régressé dans les quartiers) ou encore d’un Malek Boutih ou une Elisabeth Badinter (1) que de cette gauche bobo bien pensante loin de la réalité et prêt à tous les renoncements et concessions.

    (1) http://www.marianne.net/elisabeth-badinter-je-ne-pardonne-pas-gauche-avoir-abandonne-laicite-020215.html

  6. Il y a plusieurs sujets sur la table, vous m’excuserez de ne pas y répondre à tous, tout de suite. Je note que vous reconnaissez l’augmentation du nombre de musulmans en France (c’est deja ca hihi) Pour la photo, je ne suis pas un spécialiste mais
    niqab = voile sur le visage (Origine Péninsule arabique)
    burqa = voile sur le visage + grillage devant les yeux (Origine Afghanistan/Pakistan)
    La photo n’a donc rien à voir avec un quelconque niqab ou une burqa
    Pour rebondir, le niqab n’a rien a voir avec une quelconque tradition française ou même une tradition des français musulmans (puisque la quasi totalité viennent du Maghreb+sahel+ Turquie). Il s’agit simplement les effets d’une diffusion d’une idéologie rétrograde salafiste/wahhabite des pétro monarchies (qu’il faudrait d’ailleurs étudier en détail).
    je ne discuterai pas de la note de bas de page – Le mouvement de réactivation religieuse des jeunes immigrés musulmans est indéniable, parfois en rupture avec leur propres parents musulmans, parfois radical, et exprimant un probleme identitaire (page 34) et « une forme de culture d’opposition avec le pays hôte » (page 35) – Dans le doc. les chiffres sont parlant.

    OSC – Notes & Documents N° 2013-04
    Hugues Lagrange – Pratique religieuse et religiosité parmi les immigrés et les descendants d’immigrés

    1. Pour la 3e fois, je n’ai pas écrit niqab mais « quasi » niqab .
      Maintenant si c’est le fait d’avoir le nez et la bouche cachés qui vous posent problème et pas juste les cheveux, à l’inverse, certaines personnes (français de souche !!!) n’admettent pas les jupes trop courtes !
      Et parfois même des jupes trop longues ou un foulard comme celles et ceux de ces soeurs, lorsqu’il s’agit d’un élève de lycée !!! Ce qui, je pressens, est votre cas (comme Mme Badinter !)
      J’aimerais donc savoir quelle est votre norme de l’habillement acceptable et surtout les critères ?
      Personnellement, en tant qu’enseignant, j’ai affaire à des étudiantes en hijab. Cela ne me gêne pas. Mais en effet, si elles étaient en niqab, et a fortiori en burqa, ne pouvant voir leur bouche, et a fortiori leurs yeux, éléments de communication importants, je crois que je leur demanderais de les découvrir.
      En revanche, en tant que citoyen, lorsque certain-e-s de mes interlocuteurs ont leurs yeux cachés par des lunettes noires, je leur fait par de mon souhait de voir leurs yeux. A quand l’interdiction de porter des lunettes noires (ce que je ne souhaite pas) ?

      Quant au fait qu’il y ait un indéniable mouvement de réactivation religieuse des jeunes immigrés musulmans, je ne le conteste pas. Je dis simplement dans mon article que l’on est venu à bout d’un intégrisme religieux chrétien (l’inquisition, les croisades, . . . ) alors que la France comptait une grande majorité de chrétiens. Alors je ne crains pas « réactivation religieuse des jeunes immigrés musulmans ». En tout cas, si il faut le combattre, ce n’est certainement pas par l’amalgame et la ségrégation des immigrés en fonction de leur appartenance religieuse, qu’elle soit supposée (pays d’origine) ou avérée (déclaration ou habillement censé le prouver).
      L’intégration passe avant tout par la tolérance et la non discrimination, valeurs que nombre de nos concitoyens ne semblent pas partager et ce bien avant « le 11 janvier » !
      Un peu en marge du sujet de mon billet (quoi que ), un article interessant du 8 juin d’E. Morin : Qu’est-ce qu’être français ?

    2. Je n’ai pas trouvé vos citations dans le doc que vous citez « OSC – Notes & Documents N° 2013-04 – Hugues Lagrange – Pratique religieuse et religiosité parmi les immigrés et les descendants d’immigrés » : « Le mouvement de réactivation religieuse des jeunes immigrés musulmans est indéniable, parfois en rupture avec leur propres parents musulmans, parfois radical, et exprimant un probleme identitaire (page 34) et « une forme de culture d’opposition avec le pays hôte » (page 35)

      1. C est quasiment dit !! Lol. En fait j ai résumé l auteur. par contre Page 35 il dit bien « forme de culture d opposition »

      2. Lorsque l’on met des guillemets à un texte, cela sous entend qu’on le reprend in extenso (éventuellement on mets des ‘[]’ pour les mots que l’on a dû changer pour donner un sens à la phrase extraite.
        Cela étant, vous écrivez les chiffres sont parlants. Ce serait bien de dire de quels chiffres vous parlez car le document en est rempli.
        Je veux bien poursuivre l’échange mais il faudrait un minimum d’effort de votre part pour me fournir les sources par hyperlien, chapitre, page, …. C’est ainsi que l’on procède dans les publications scientifiques. Et c’est ainsi que l’on peut espérer atteindre la vérité.
        Donc, à moins que votre objet soit de troller, je vous en remercie par avance. Ce serait dommage que je dûsse supprimer tout ou partie de vos commentaires car vous avancez des faits non vérifiables aisément (c’est ainsi également que procède wikipédia).

  7. Je suis statisticien et démographe de formation, donc je baigne toute la journée dans les chiffres- donc je détecte facilement les chiffres incohérents, les chiffres parlant et les chiffres intrigants – Pour moi le tableau 7 de la page 34 est parlant mais je reconnais que cela l’est beaucoup moins pour qui n’est pas statisticien.
    Au sujet des chiffres :
    Les chiffres de migrations ont toujours été et sont plus encore à l’époque actuelle (avec l’effacement des frontières) de mauvaise qualité. Ainsi en France, on ne connait pas l’immigration illégale, on ne connait pas non plus les départs de France, et l’immigration légale est enregistrée à travers plusieurs organismes. Donc cela ne m’étonne pas que vous trouviez des différences de chiffres venant de sources différentes (il font d’ailleurs en plus des révisions/mises à jour).
    En puis les chiffres peuvent se référer un coup à la France dans sa globalité un coup à la seule France métropolitaine .
    En fait la source la plus fiable est celle qui s’appuie sur le recensement(cas de l’INSEE première n°24) et sur les chiffres d’expatriés (même si la couverture des français expatriés ne doit pas être totale).
    Le recensement a en plus un avantage il fini par intégrer les migrants illégaux. Au fil des années les clandestins finissent par avoir des papiers, un boulot, un logement et sont donc recensés (mais avec un temps de retard) ce qui ne sera jamais le cas avec les chiffres aux frontières (seule immigration légale).
    Pour terminer sur ce sujet effectivement il faut regarder par origine.
    Vous n’allez pas dire à une militante du front national  » ne vous inquiétez pas madame, il y a effectivement chaque année 200000 immigrés, un peu paumé, non qualifiés, qui arrivent du fin fond de l’Afrique mais comme il y a aussi 200000 français dynamique et hautement qualifiés qui partent vers la Grande bretagne le Canada ou encore Australie alors le bilan est nul, cela tombe bien madame » (chiffres et citation totalement fictive). Et puis je ne parle même pas d’une discussion avec un adepte de la théorie du grand remplacement !!

    1. Je ne cherche pas à convaincre – avec des données objectives – un quelconque militant du FN. Eventuellement un de leurs électeurs abusés. Si tant est qu’il ne soit pas raciste, ce qu’il sont je crois (pas de chiffres objectifs à fournir) dans leurs très grande majorité à en croire les quelques uns que j’ai pu rencontrer. Le militant, voire l’électeur FN voit de plus en plus de personnes de non blanc, de plus en plus de signe de religiosité non catholiques, et même si ils étaient convaincus qu’il n’y avait que 10.000 immigrés de plus chaque année, cela resterait beaucoup trop à leurs yeux. Et nombreux serait favorable à en renvoyer – même ceux qui ont acquis la nationalité française ou qui sont nés de parents français descendants d’immigrés non blancs. D’autant qu’un très médiatique Zemmour laisse entrevoir cela comme plausible.

      Je vais donc maintenant regarder les chiffres du tableau 7 de la p. 34 et en rapporterai (en commentaires ou dans la nouvelle mouture de mon article sur le fantasme de l’islamisation de la France) la qualification la plus appropriée relativement à la menace et aux dangers que représenteraient cette religiosité renforcée des descendants d’immigrés (ce qui ne donnent des indications que sur la première génération).

  8. je sais que je dois répondre à plusieurs questions mais je reviens sur des chiffres que vous avez cité à la fin de votre blog
    282 écoles juives contre 30 écoles musulmanes et votre commentaire, on ne peut déduire « une islamisation par l’enseignement », que je ne conteste pas. Pour autant ces chiffres ne sont pas complètement rassurant
    Il y a 10 fois plus d’écoles juives que d’écoles musulmanes et l’écart est encore plus prononcé si l’on tient de la taille des populations juives et musulmanes. Pourquoi ?
    Les écoles juives sont plutôt un fait récent et voient leur nombre et leur effectif augmenter rapidement sur les dernières décennies. Les raisons de cette croissance sont multiples, mais manifestement les violences antisémites (se rappeler Merah à Toulouse ou plus récemment les émeutes à Sarcelles..) ou tout simplement les incidents antisémites au quotidien y concourent largement. Le renouveau de l’antisémitisme en France, lié au radicalisme musulman, concourt au développement de ces écoles communautaires juives.

    Les projets d’écoles musulmanes ne manquent pas (lié plus ou moins aux frères musulmans et aux salafistes), mais le financement public de ces écoles religieuses est une condition nécessaire pour leur développement ET à la différence des écoles catholiques et juives (largement sous contrat), seulement 2 écoles musulmanes (sur les 30) sont sous contrat et reçoivent donc des financements publics. D’ailleurs un des deux établissements – le lycée Avérroes de Lille- un peu la vitrine de ces écoles – a fait récemment parlé de lui -suite à des accusations d’intégrisme par un enseignant- et est suivi par l’administration.
    Donc oui l’état a travers le financement public réussi jusqu’à présent à bloquer le développement d’une islamisation par l’enseignement. Cela n’empêche le développement de la pratique de l’école à la maison – qu’il est difficile à quantifier mais que des maires de banlieue rapportent.
    Oui l’enseignement est un des remparts contre les dérives intégristes et il faut rester vigilant. Voici un article du monde -car j’ai bien vu que le Parisien ce n’était pas votre tasse de thé- à propos d’écoles publiques en Angleterre, pays ultra tolérant que je suis sûr que vous devez adorer – le titre de l’article « Le noyautage d’écoles publiques à Birmingham par des islamistes provoque un scandale politique » (Le Monde 11-06-2014)
    Eric

    1. je met à la suite pour m’y retrouver plus facilement.
      A quand l’interdiction de porter des lunettes noires (ce que je ne souhaite pas) ?

      Franchement après les nones de 80 ans voila que j’ai droit aux lunettes de soleil – Vous m’aurez vraiment tout fait – Je me demande si vous ne seriez pas capable de me dire qu’une fille de 10 ans en burqa c’est la même chose qu’un garçon en tenue de zorro !!
      Evidemment ce n’est pas la même chose ! car vous le savez ce n’est pas le simple habit qui pose problème mais tout ce qu’il traduit et tout ce qu’il va entrainer (c’est la porte ouverte à d’autres demandes..).

      Concernant la norme d’habillement je sais que vous êtes enseignant : mais dans le domaine universitaire (donc des filles majeures) et seulement confronté au port du hijab.
      Je serai comme la loi plutôt tolérant. Mais même dans ce cas (surtout à la lecture de l’article ci-dessous) je me demande quand même qu’elle est la part d’adhésion réelle personnelle de ces filles et la part de soumission (simplement pour éviter d’avoir les problèmes avec leur entourage).

      Je vous demande une seule chose : lire l’article ci-dessous
      « Ce harcèlement religieux qui progresse : les jeunes filles de banlieue sont-elles abandonnées à leur triste sort par la société française ? » (Atlantico – 10 mai 2013)
      http://www.atlantico.fr/decryptage/harcelement-religieux-qui-progresse-jeunes-filles-banlieue-sont-elles-abandonnees-triste-sort-societe-francaise-guylain-chevrier-720159.html

    2. Vous écrivez :  » Les écoles juives sont plutôt un fait récent et voient leur nombre et leur effectif augmenter rapidement sur les dernières décennies ». Personnellement je n’en sais rien mais comme vous avez l’air d’en être certain, merci de m’en apporter les sources. De même pour les raisons qui seraient dues à un accroissement de l’antisémitisme.
      Vous écrivez, concernant la montée de l’islam : « le développement de la pratique de l’école à la maison – qu’il est difficile à quantifier mais que des maires de banlieue rapportent ». « des maires », c’est combien sur les 38.000 maires ? Concernant combien d’enfants ? Et le catéchisme, c’est combien d’enfants ?
      Pour conclure (je crois que nous avons fait le tour des raisons de nos divergences), j’ai plus confiance en un R. Liogier et un O.Roy qu’en une M. Tribalat dont les idées politiques ont un relent de racisme. Entre être « bobo » et « raciste », je préfère de loin être « bobo ».
      La menace islamiste est un excellent moyen de dédouaner nos politiques des problèmes de chômage, de renforcer la surveillance (ce qui facilitera l’étouffement de tous actes d’insurrection populaire), . . . En outre, durant ce temps on ne parle pas des problèmes écologiques.
      Mais, diviser pour mieux régner sur fond de « du pain et des jeux » n’est-il pas l’apanage de nombreux régimes, totalitaires ou pas ?
      ps : ni Le Parisien ni Le Monde ne sont particulièrement ma tasse de thé même si dans ce dernier il y a parfois des tribunes intéressantes telle celle-ci : l’ilamisation est un mythe, R. Liogier, 2013.

  9. En aparté (et puisque vous être enseignant) quelques opinions personnelles :
    L’enseignement va mal, les élèves français rétrogradent dans les classements internationaux, et ce n’est sans doute pas une seule question de moyens. L’école publique doit se protéger des influences extérieures (violence, société de consommation, revendication religieuse..) qui la détourne de l’accomplissement de sa mission d’enseignement. En faire autant que possible un sanctuaire :
    Donc pour l’interdiction du téléphone portable dans l’enceinte scolaire
    Donc pour le port d’une sorte d’uniforme (on portait bien des blouses avant) augmenterait la cohésion, éviterait ces problèmes de voile, ces habits de marque, ou encore ces string apparent.
    Je ne crois pas à la généralisation d’une telle mesure mais j’espère au moins l’expérimentation par des établissements.

    Autrement je n’ai rien contre l’islam.
    Je pense que c’est un scandale ce que les musulmans subissent en Cisjordanie/Gaza (juifs intégristes) ou encore en Birmanie (bouddhistes intégristes)
    Je suis pour l’islam ET contre l’islamisme
    Malheureusement en France c’est plutôt le contraire qui se passe
    On a un ex président qui est contre les menus de substitution (= contre l’islam)
    On assiste à la multiplication des mosquées salafistes, dans un laissé faire général et parfois avec la complicité de certains élus locaux (= pour l’islamisme)

    1. Je viens de voir votre dernier commentaire c’est triste
      Pour info écoles juives : 400 élèves en 1950 / 7992 élèves en 1978 / 32045 élèves en 2014 dont 28507 dans des écoles sous contrat.
      De tout manière si vous ne me croyez pas puisque vous semblez douter de tout ce que j’affirme vous avez le droit d’aller vérifier/ou de contredire les chiffres en allant sur le net (il existe par exemple des publications officielles/des bonnes enquêtes)
      Comparer l’école à la maison qui est un fait qui existe même si non quantifié (« https://oummiapprend.wordpress.com/ » ) et qui est une soustraction à l’école
      avec la catéchisme (ou l’enfant va encore à l’école) est un argument sans fondement. Il faut au moins avoir des arguments qui tiennent.
      Concernant l’affaire baby loup (tribune dans le monde), cela a pris effectivement une place démesurée, mais parce que c’était vu comme un symbole d’un ouverture possible de la digue de la laïcité (donnant un signal d’ouverture de la porte à toutes les autres demandes)
      Parler de relent de racisme pour Triballat cool, j’imagine que vous dites la même chose pour un Malek Boutih ?

      J’ose espérer que vous lirez l’article que je vous ai indiqué précédemment et que vous aurez la curiosité d’aller sur ce site (https://salafiactu.wordpress.com/les-mosquees-salafi/) aller de page en page car outre la trentaine de mosquées citées aller dans la partie officielle « science » (section famille) : ou l’on apprend que l’on peut se marier a 12 ans – qu’une fille de 9 ans est une une femme et doit porter obligatoirement le hijab – que l’éducation occidentale est néfaste (musique, danse) …
      On comprend mieux alors ces comportements nouveaux en banlieues (filles non voilées qui se font insulter) ou ces djidahistes qui partent AVEC femmes et enfants dans des pays en guerre mais musulmans.
      Après il y a des personnes qui contestent le réchauffement climatique, Je dois bien accepter qu’il y en a d’autres qui contestent la montée de l’intégrisme musulman c’est comme ca !!

      1. Je ne peux accepter cet argument « c’est la porte ouverte à d’autres demandes.. »
        C’est le genre d’argument que j’ai entendu pour le mariage pour tous : « aujourd’hui mariage pour tous et demain GPA », « aujourd’hui mariage pour tous à deux et demain à 3, avec des animaux…. », « aujourd’hui cannabis autorisé et demain drogues durs », ….
        Lorsque j’ai un élève crane rasé je ne lui demande pas si il est néonazi.
        Lorsque j’ai devant moi une femme « objet » (maquillée, en mini jupe, talon aiguille, ….), je ne lui demande pas si elle le fait par soumission. Lorsque je vois des femmes dans un magasin d’alimentation, je ne leur demande pas si elles partagent les tâches ménagères à part égale avec leur mari.
        Enfin bref , on ne supprime pas une maladie en supprimant le thermomètre.

        Merci pour les chiffres concernant les écoles juives. Reste à faire la corrélation avec l’antisémitisme qui en serait la cause. Les hypercasher, c’est aussi à cause de l’antisémitisme ? Et les sinagogues (je ne serait pas surpris que leur nombre à augmenté aussi et peut-être dans les mêmes proportions que les écoles. Tout cela mérite un peu plus d’analyse.
        Je ne vois pas pourquoi l’école à la maison serait différent du catéchisme !!! AU contraire dans le dernier cas on est sûr que c’est du prosélytisme et de l’obsurantisme.
        Je ne connais pas assez M. Boutih pour le qualifier son racisme. Tribalat, oui.
        Maintenant qu’il existe des courant musulman intégriste, je ne l’ai jamai snié. Ce que je conteste c’est leur ampleur et leur extension qui, même si il fut rester vigilant et faire en sorte que tous les enfants baignang dans un environnement « musulman » puissent venir à l’école publique (de même pour les catho, les juifs, les riches, . . . ). Seule la vraie mixité sociale, à l’école comme dans les quartiers, peut être un rempart efficace contre le communautarisme et, ce qui semble se dessiner, un choc des civilisations comme le décrit S. Huntington. Ensuite la lutte contre les discrimination ethniques ou religieuses ainsi qu’une politique au moyen orient moins agressive (Irak, Afghanistan, . . . ) et plus juste (à commencer par le conflit israélopalestinien).

      2. Ah oui une mutiplication par 10 en 10 ans des mosquées salafiste ce qui fait tout de même . . . 36 mosquées salafistes recensées sur votre site salafiste. Soit 1,34% des lieux de cultes musulmans !
        Bigre ! Et j’imagine que la croissance est exponentielle et que donc dans 10 ans il y en aura 13,4% si le nombre d’autres mosquées reste lui constant (le nombre de mosquées non salafistes est passé de 1.500 à 2.500 entre 2000 et 2012 – source :
        Combien la france compte-t-elle de mosquées », Le Monde, Avril 2015).
        Bon, continuez à vous faire peur !
        Perso, j’ai 10 fois plus peur du changement climatique, de l’érosion de la biodiversité, de la désertification, du chômage, de l’explosion des inégalités, du racisme, de l’extrême droite en Europe, du grexit, de l’imminente prochaine crise financière, 7 ans après la précédente, et ses conséquences par effet domino, . . .

    2. Je suis d’accord à quasi 100% avec ce que vous écrivez.
      Je vous invite à poursuivre le débat sur l’école plutôt sur mes articles traitant du PISA (et de la TV lobotomie).
      Pour en revenir à la religion : on n’a pas gagné (ou presque) contre la religion catholique (sauf d’ailleurs en Alsace Lorraine !!!!) en fermant les églises ou les courants radicaux. Mais par l’éducation et l’apprentissage des Lumières.
      Tout au plus avons-nous combattu et devons-nous combattre par la répression certaines sectes. Si ces mosquées salafistes peuvent être considérées comme utilisé par des sectes, alors oui, il faut les combattre par la répression.
      Mais, en tout état de cause, ne faisons pas du salafisme – réel – un enjeu majeur de notre avenir. Déjà que dans les pays musulmans historiques, il n’a pas réussi à percer depuis l’origine de l’Islam, alors pourquoi voudriez-vous qu’il perce en France ? Croyez-vouis que les femme musulmanes vivant en France sont prêtes à accepter cela ? A titre non significatif, je connais une famille algérienne dont la mère est très pratiquante (pélernge à la Mecque, 5 prières, …) et donc aucune des sept filles n’est musulmane, ni en couple avec un musulman.

  10. « catéchisme !!! AU contraire dans le dernier cas on est sûr que c’est du prosélytisme et de l’obscurantisme. »
    Votre anti-catholicisme primaire est quand même incroyable, parler de prosélytisme pour la religion catholique en France au 21eme siècle ! prosélytisme des prêtres âgés en moyenne de 75 ans ?

    « aujourd’hui mariage pour tous à deux et demain à 3, avec des animaux…. » On le sait argument stupide car personne de la communauté homosexuelle ne le demande
    Par contre il y a de nombreuses voix dans la communauté musulmane qui demandent aussi des horaires de piscine séparés, qui remettent en cause l’enseignement de la biologie (Darwin) ….

    « Reste à faire la corrélation avec l’antisémitisme qui en serait la cause.  » pas la cause mais une des causes (pour la synagogue il y en aurait 300, nombre en augmentation ?? pas l’impression)
    http://www.noemiegrynberg.com/pages/communaute/le-choix-de-l-ecole-juive-en-france-une-question-d-identite.html

    « dans les pays musulmans historiques, il n’a pas réussi à percer depuis l’origine de l’Islam » et vous faites quoi de l’Arabie Saoudite ? ou de l’Etat Islamique qui contrôle un état aussi grand que la Grande Bretagne ?

    « Croyez-vous que les femme musulmanes vivant en France sont prêtes à accepter cela ?  »
    Mon exemple n’a aucune valeur (quantitative comme votre famille algérienne) mais il n’y a pas très longtemps j’avais vu dans le bus une femme en niqab avec son mari (je suppose) qui discutaient. Ce qui m’a frappé le plus c’est qu’elle ne regardait jamais alors que lui la regardait ! acceptation d’une soumission ?
    La raison nous ferait dire que le féminisme de nos société est un acquis et donc que toutes les femmes y sont attachées
    Mais la réalité est que le risque est réel d’un renoncement de femmes musulmanes de certains quartiers que ce soit par adhésion réelle, endoctrinement (vous avez déja regardé la vidéo internet d’un imam d’une mosquée française sur le port du voile ? le discours est martelé martelé martelé) ou renoncement par la force.

    1. Quel rapport entre l’âge des curés et le prosélytisme dont je rappelle la définition :
      « Le prosélytisme désigne l’attitude de ceux qui cherchent à « susciter l’adhésion » d’un public, public susceptible de devenir alors, pour tout ou partie de ce public, des « prosélytes », c’est-à-dire de nouveaux adhérents à leur foi. Par extension, le prosélytisme désigne le « zèle » déployé en vue de rallier des personnes à une doctrine. »
      Quant aux raisons de l’augmentation du nombre d’école juive, fréquentées par 26% des enfants juifs (50% y passe au moins une année), merci pour le lien qui ne semble pas identifier la montée de l’antisémitisme comme cause principale. Il est en effet écrit : « Cette dernière décade, l’amélioration des standards académiques des écoles juives, la subdivision partielle de l’enseignement en écoles confessionnelles, l’augmentation de la consommation de drogue, les violences et incidents antisémites ont contribué à l’éclosion des écoles juives qui attirent même des familles non religieuses » et « Les jeunes Juifs de France deviennent les principales victimes de la vague d’antisémitisme qui sévit dans l’Hexagone. Se sentant mal aimés de la République, la jeunesse juive vit un processus d’ancrage identitaire. Elle devient de plus en plus nombreuse à fréquenter les structures éducatives juive »
      En outre je me permet de douter de l’impartialité de l’auteur à en croire les textes présents sur son site tel que « Non à l’Eurabia », texte qui vaut son pesant de cacahouète de paranoïa avec théorie du complot non masquée
      Extrait « Loin d’une fiction conspirationiste, l’avancée du projet Eurabia est frappante : appui quasi inconditionnel à ‘’la cause palestinienne’’, délégitimation politique et historique d’Israël, boycott économique et universitaire de l’Etat hébreu, propagation de l’antisionisme et de l’antisémitisme, islamisation rampante, étrécissement de la laïcité, redéfinition des droits et des libertés, stigmatisation de ‘’l’islamophobie’’, diabolisation des partis anti-immigration, intrusion de la charia dans le système judiciaire et administratif.
      Les collaborateurs de cette collusion viennent d’un large horizon : journalistes, écrivains, politiques (gauchistes, écologistes, pacifistes), universitaires, intellectuels, artistes. »

      Et vous voudriez qu’avec de pareilles sources, je vous crois sur parole alors que vous n’avez même pas décliné votre identité !!!
      En résumé, si je vous comprends bien : lorsque les musulmans créent des écoles musulmanes c’est du salafisme/terrorisme/communautarisme/… et lorsque les juifs créent des écoles juives, c’est en réaction à l’antisémitisme ! Y aurait pas un peu de parti pris ?
      Pour moi écoles juives, musulmanes, catholiques, bouddhistes, … sont toutes à mettre dans le même panier : le musée de plus de vingt siècles d’obscurantisme. Et ce au profit de l’école de la République, afin d’obtenir une mixité totale, a minima sociale et religieuse, et dans laquelle sont enseignées les Lumières.

    2. Les pays salafistes, combien de divisions ? Rappel : en 2010, le nombre de musulmans dans le monde est estimé à 1,6 milliard.
      SInon, oui j’ai déjà regardé « la vidéo internet d’un imam d’une mosquée française sur le port du voile « . Ca fait peur. Très peur. Mais combien d’imam prêche ce port du voile qui ne concerne qu’une infime minorité de femmes musulmane en France.
      Et quand je vais à la messe (cela m’arrive encore lors de funérailles) ou certains propos tenus par des cathos intégristes (contre le mariage pour tous par exemple) ou les agissements de la LDJ, . . . ça ne me rassure pas plus. Et il en serait probablement partout où l’obscurantisme prévaut.
      Dans notre beaux pays égalitaire, les femmes gagnent, à travail égal, 30% de moins que les hommes et réalisent 2 fois plus de tâches ménagères et n’ont arraché le droit de vote qu’en 1945.
      Alors notre civilisation judéochrétienne devrait être un peu plus humble lorsqu’elle critique – à raison – la religion musulmane.

  11. Je ne connais pas ce Eric Cohen, mais son texte sur les écoles juives me semble tout a fait proche de la réalité et puis on peut tout a fait en discuter (il fait d’ailleurs référence a une étude anglaise sur le sujet autant aller la voir).
    « lorsque les musulmans créent des écoles musulmanes c’est du salafisme/terrorisme/communautarisme/ »
    Je n’ai jamais employé le mot « terrorisme » par exemple, mais
    comme vous n’avez pas en face de vous un affreux islamophobe – avec un discours raciste de base – dont il serait tellement facile de montrer l’absurdité – vous avez besoin déformer de mes propos, Merci j’adore !
    Il y a 30 établissements scolaires musulmans mais seulement 2 sont conventionnés on peut se poser au moins la question du pourquoi ?

    Concernant la « l’école à la maison » j’ai essayé de trouver quelques stat. et effectivement c’est très circonscrit. Dans les blogs ils disent bien d’ailleurs qu’ils sont de plus en plus contrôlés par l’administration pour éviter toute dérive sectaire.
    Au moins c’est un point positif ! il y a en a tellement peu par ailleurs.

    Par contre il faut arrêter avec vos manies de mettre tout en pourcentage – sans doute pour vous rassurer
    entre : Il y a un demi million de tueurs en série en France ET les tueurs en série sont 0,9% de la population française
    c’est sûr que la deuxième formulation est nettement moins anxiogène.
    En France il y a 0,003% (2000 sur 60 millions) de djihadistes – franchement c’est totalement ridicule – je vais annoncer la bonne nouvelle à Cazeneuve. Il va arrêter de s’inquiéter pour rien.
    En France seulement 0,6% des couples cohabitants sont homosexuels (Insee Première -N° 1435 – Fevrier 2013). 0,6% franchement c’est rien, pourquoi Hollande s’est emmerdé a faire le mariage gay pour si peu de monde dont une partie n’était même pas intéressée ?

    1. Oui en effet j’ai a tort assimilé salafiste à terroriste ce que vous n’avez en effet jamais fait. Au temps pour moi !
      Je mets tout en % car si le phénomène salafiste – réel – n’est pas pour me plaire, je n’en fait pas pour autant l’épouvantail justifiant toutes les lois et discours tendant à faire accroire à une menace islamiste gravissime, voir une menace musulmane tout court (amalgame : burqa -niqab – hijab -hallal – rideaux dans les kebabs, ….) style le grand remplacement. Mon billet ne visait qu’à cela : pas d’explosion de la population musulmane (même avec les chiffres du Pew Research Center, quoique contestés par a minima R. Liogier).
      Quant à la radicalisation de l’islam, dans mon article je n’ai fait que donner des éléments via R. Liogier (vidéos, livres, …).
      Maintenant, c’est une question d’appréciation du danger. Vous avez le droit de juger que la radicalisation de l’islam en France est déjà grave et qu’elle va s’étendre. Ce n’est pas mon cas.
      Cela ne se combat pas de toutes façons avec des armes telles des lois répressives actuelles mais avec la lutte contre le chômage, la politique de la ville, … et encore moins en réduisant le modeste flux d’immigrés provenant des pays à majorité musulmane (dont Algérie), ce que vous suggériez dans nos premiers échanges.
      Réduire l’immigration musulmane comme un moyen de lutter contre le radicalisme musulman ne me semble pas une bonne réponse. A moins de démontrer que les salafistes (en France) sont majoritairement issus ces dernières années de cette immigration là.

  12. Sur le site il y a effectivement une trentaine de mosquées salafistes citées mais on peut doubler le chiffre en considérant les mosquées que les lecteurs communiquent dessous, soit une soixantaine de mosquées. Ce qui se recoupe avec les données des renseignements généraux entre 60 et 80 de mosquées salafiste ( http://www.20minutes.fr/societe/1542559-20150217-nombre-mosquees-salafistes-hausse-france)
    Effectivement le chiffre est encore limité mais à partir de quel pourcentage de mosquées salafistes il faut s’inquiéter : 5%, 15%, 51% ?
    On sait bien qu’il n’y a pas d’islamisation de la France..mais par contre tout confirme qu’il y a bien une poussée islamiste dans de trop nombreux quartiers.

  13. « Bon, continuez à vous faire peur ! »
    Je serai bête je répondrai « continuez de faire l’autruche »
    En Tunisie, il y a une centaine de mosquées radicales sur plus de 5000, ce n’est rien du tout, pas besoin d’avoir peur (cela ne fait que 2%)
    et pourtant l’état est entrain d’en reprendre le contrôle.
    http://www.huffpostmaghreb.com/2014/03/10/mosquee-tunisie_n_4933121.html
    Franchement dans la lutte contre l’islamisme radical j’ai bien plus confiance dans la Tunisie que dans la France.

    1. Je n’ai pas écrit qu’il fallait rester les bras croisés devant les salafistes . . . comme devant toute mouvance ne respectant pas la loi (incitation à la haine, à la guerre, comportement sectaire, . . . ).
      Je ne sais comment la Tunisie va « récupérer » ces mosquées. Je ne suis pas sûr que ce soit par des méthodes très « démocratiques ». Nous ne sommes pas en Tunisie.
      Dans un état de droit, la loi s’applique à tout le monde et chacun à la liberté de culte. Si les salafistes sont (récemment) écoutés, ce n’est pas par la loi et la répression qu’ils doivent être combattus. Comme écrit précédemment, ce n’est pas une question de surveillance ou d’immigration mais une question sociale (lutte contre l’exclusion, le chômage, la discrimination, pour la mixité, …) et géopolitique (conflit israélo palestinien).
      La répression et le contrôle par l’état (surveillance généralisée, agrément des imams, …) risque d’être contreproductif car cela risque de pousser nombre d’arabes et de musulmans à se radicaliser car à force de discours à la Zemmour/Camus/Houelbecq/Tesson/Sarkozy . . . ils se sentiront stigmatisés par nombre de nos concitoyens au racisme latent et à la xénophobie viscérale. D’autant plus facilement que l’état prendra des mesures qui justifieront a postériori les craintes injustifiées de ces concitoyens.

  14. « les femmes gagnent, à travail égal, 30% de moins que les hommes »
    1/ quelle est la différence de salaire en Arabie Saoudite ou en Alghanistan ?
    2/ Et puis c’est totalement inexact
    « les femmes gagnent 30% de moins que les hommes mais pas à travail égal
    à temps plein équivalent la différence est de 19%
    (http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF04154)
    et à travail égal la différence est environ 6%

    Une étude INSEE qui le confirme , j’espère que vous n’avez rien contre la Bretagne : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=17876#six

    PS : Pour rappel le vote des femmes il a été tardif, à cause de la gauche radical et laïc, qui pensait que les femmes voteraient comme les curés !

  15. « Et les synagogues (je ne serait pas surpris que leur nombre à augmenté aussi et peut-être dans les mêmes proportions que les écoles). »
    Bien tenté mais non le chiffre reste stable à moins de 300 !!

    « Le nombre de synagogues est quant à lui plutôt stable : 280 environ, les ouvertures en région parisienne compensant des fermetures en province. »
    http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/La-nouvelle-carte-des-lieux-de-culte-_NG_-2006-10-25-517264

  16. Encore deux articles le 1er c’est clair, c’est l’UOIF qui est largement derrière ces écoles et que les projets sont nombreux, la choix de la classe politique ne semble pas clair
    http://www.lexpress.fr/education/education-le-long-chemin-de-l-ecole-musulmane_1681519.html

    Et le second ou l’on voit que l’école catholique fait bien sa part du travail dans la défense de la laïcité et du vivre ensemble.

    « Nora… elle est musulmane, croyante, mais peu pratiquante,. Son fils aîné est scolarisé dans le privé. .. s’explique : «Au lycée Nord [Saint-Exupéry, dans le XVe arrondissement, ndlr], les garçons n’ont que la religion à la bouche, les gamines se voilent presque toutes à la sortie. A les entendre, tout est haram, tout est péché ! Ça me fiche une peur bleue…»
    http://www.liberation.fr/societe/2015/04/27/dieu-est-dans-l-ecole-meme-si-ce-n-est-pas-mon-dieu_1272159

    Le risque est grand de voir les musulmans de France se scinder en deux groupes, le premier majoritaire suivant le chemin de la république, de la mixité, de la laïcité et de l’insertion
    et le second minoritaire pratiquant un islam toujours plus radicaliste, toujours plus excluant et toujours plus ghettoisé à certains quartiers, entrainant avec eux les gens défavorisés prisonniers de ces quartiers.

    1. Oui en effet, « l’école catholique fait bien sa part du travail dans la défense de la laïcité et du vivre ensemble ». Faut dire, comme écrit à la fin de l’article qu’ « Il ne s’agirait pas de se priver de deux tiers des élèves, dont les parents lâchent 915 euros par an. Une manne plus profitable que le denier du culte. Un membre de l’équipe pédagogique de l’institution le confesse : «Sans eux, l’école ferme ses portes.» « .
      Car heureusement, le catholicisme n’a plus le vent en poupe.

      ps : je ne sais si vous êtes pour les écoles confessionnelles mais si vous l’êtes, je trouve un peu fort de café que l’état finance ces établissements dans lesquels sont présents des signes ostentatoires religieux (iconographie, croix, …) disposés par l’établissement alors que ce même Etat interdit ces signes ostentatoires aux élèves de ses propres écoles ! Le prosélytisme réalisé par des élèves portant des signes religieux serait-il plus efficace que ceux apposées par une institution scolaire ? Bizarre !
      A moins que ce ne soit pour émanciper ces femmes . . . comme probablement le fait les religions, catholique et autre !

  17. Vous déformez encore une fois mes propos ! franchement ce n’est pas à la hauteur d’un enseignant !

    Je ne sais comment la Tunisie va « récupérer » ces mosquées. Je ne suis pas sûr que ce soit par des méthodes très « démocratiques ».

    c’est simple en Tunisie ils limogent/expulsent les imams concernés*
    c’est d’ailleurs ce que la France a fait vis a vis des congrégations catholiques en 1880 et 1902 ** [mais bon comme c’est les catholiques cela ne vous gêne pas]
    C’est simple avec vous les imams salafistes peuvent dormir tranquille en France ! car…il ne faut surtout pas de « stigmatisation » ! il a bon dos ce terme !!
    Mais vous croyez que la majorité des musulmans ont un amour immodéré pour ces imams radicaux qui dénaturent leur religion ??
    et en Tunisie je ne suis d’ailleurs pas au courant de manifestations soutenir ces imams.

    « géopolitique (conflit israélo palestinien) »
    tiens tiens avec l’actualité j’aurai plutôt pensé à l’Etat Islamique !

    Je vais regarder ce que dit ce Liogier, j’espère au moins qu’il ne dit pas n’importe quoi sur les chiffres, d’ailleurs pour votre info si on se limite aux 25-54 ans il y a 12,0% d’immigrés en France métropolitaine composé à 70% de non européens.***
    Mais comme tout le monde le sait en France on a le plein emploi
    on peut encore accueillir a tour de bras et les entasser dans des banlieues délabrées ou plus personne ne veut y aller.

    * http://www.huffpostmaghreb.com/2014/03/03/tunisie-mosquee_n_4888964.html
    **https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_congrégations_chrétiennes_en_France
    ***http://insee.fr/fr/themes/tableau_local.asp?ref_id=IMG1B&millesime=2011&niveau=1&typgeo=METRODOM&codgeo=1

  18. Je crois que je vais arrêter là nos échanges car il semble que nos divergences se limitent à l’appréciation de l’ampleur du risque et des dangers. Je pense, comme vous, que « la majorité des musulmans [n’]ont [pas ] un amour immodéré pour ces imams radicaux qui dénaturent leur religion ». C’est pourquoi, je ne pense pas nécessaire de faire des salafistes (pas tous djiadistes d’ailleurs) la priorité de nos débats.
    Quant à la manière de réduire voir d’éradiquer les salafistes et TOUTES les RELIGIONS (je n’ai de l’affection pour aucune religion. Pour caricaturer ma pensée, à la manière de Charlie Hebdo dans un de ses dessins : « aux chiottes les religions ». Plus poétiquement, à la manière de John Lennon : « Imagine there’s no countries, … No religion too »), c’est là que nos points de vue divergent : vous la manière forte, à la tunisienne (quoique je ne sais trop comment ils vont procéder) ou française (« c’est d’ailleurs ce que la France a fait vis a vis des congrégations catholiques en 1880 et 1902 »), moi le combat par l’éducation, l’émancipation, l’égalité des chances, les Lumières. Ce qui passe par une école laïque EXCLUSIVE (a minima, pas d’établissement confessionnel sous contrat avec les pouvoirs publics), contre le racisme, contre un poids, deux mesures » (conflit israélo palestinien), …

  19. Oui on va arrêter la nos échanges, je voulais parler de deux points pour conclure

    Je viens de regarder la vidéo de Raphael Logier
    Il se prétend être le seul à dire la vérité contre tous ces démographes et ces chercheurs soit ! mais alors il faut sortir des chiffres et une argumentation en béton armé !!
    Selon lui, l’immigration vient finalement de partout dans le monde (Chine, Asie du sud est…) mais finalement très peu du monde musulman, tiens tiens c’est incroyable ! ce qui est embêtant c’est qu’il faut le croire sur parole car il ne cite pas le moindre chiffre.

    La fécondité, même si elle baisse, elle est encore forte dans de nombreux pays musulmans (Mali 6,8 enfants par femme) mais selon l’auteur par magie juste en quelques années, la fécondité de ces immigrés s’ajuste sur la fécondité des française.
    Il existe bien un phénomène « d’ajustement » et un effet de calendrier (moindre fécondité avant la migration) mais soutenir comme l’auteur qu’il n’y a pas de différentiel de fécondité c’est quand même un peu fort de café.

    En résumé, sur les prévisions du nombre de musulmans dans les années à venir j’ai beaucoup plus confiance dans votre site anglais que dans les prévisions de ce nostradamus. Je ne supporte pas les contrevérités et pour moi votre maître à pensée est tout simplement un gros rigolo.

    Deuxième point, toutes nos discussions même si elles sont été parfois un peu stériles m’ont permis de creuser ce sujet et m’ont ouvert les yeux sur le phénomène de la prise de contrôle par les musulmans radicaux de certaines banlieues.

    Je vais faire des recherches sur le sujet grâce à l’ensemble des données du recensement que je dispose.
    Je vais regarder de manière cartographique le poids des immigrés dans la population: je viens de faire une 1ere carte par IRIS (=quartier selon l’INSEE) qui montre qu’ils sont majoritaire (>50%) dans la population adulte, dans une majeure partie de la Seine St denis, le nord des hauts de seine et le sud est du Val d’Oise.

    D’autre part je vais regarder plus précisément ces 70 quartiers *contenant une mosquée Salafiste. Voir comment cette diffusion du radicalisme se traduit dans les variables démographique : nombre et profil des immigrés, qui arrivent et qui partent, évolution de la mixité de couples et du taux d’activité des femmes, évolution du taux de scolarisation des jeunes filles (au regard de celui des garçons) dans ces quartiers.
    Un beau travail que je diffuserai sans doute sur un site internet

    Je vous laisse

    Bien à vous

    Eric

    * 70 quartiers/ 70 iris selon l’insee a une moyenne de 2000 habitants par iris cela fait un échantillon de 140 000 habitants.

    1. Concernant le taux de fécondité des musulmanes, il s’agit bien sûr des descendantes d’immigrés, qu’elles soient ou non françaises.
      Tous les chiffres de M. Liogier, lequel « seul la vérité contre tous ces démographes et ces chercheurs (lesquels ? Todd & Le Bras ? Olivier Roy ? M. Tribalat ? . . . ), sont disponibles avec les sources dans son livre le mythe de l’islamisation (dont je dispose). Peut-être peut-on les trouver dans d’autres de ses textes en ligne. Si vous voulez je vous en scanne quelques pages.
      Vous en trouverez quelques unes dans Le mythe de l’invasion arabo-musulmane (R. Liogier, 2014) dont je vous livre un extrait sourcé :
      « Dans la plupart des pays musulmans, le taux de natalité est très proche de ceux observés dans les Etats occidentaux, et parfois même plus bas, comme en Iran (10). Et le taux de fécondité des femmes musulmanes installées en Europe connaît une baisse continue depuis les années 1970, jusqu’à rejoindre celui de la population générale au début des années 2000 (11). »
      (10) Lire Gérard-François Dumont, « Fausses évidences sur la population mondiale », Le Monde diplomatique, juin 2011.
      (11) Charles F. Westoff et Tomas Frejka, « Religiousness and fertility among European Muslims », Population and Development Review, vol. 33, n° 4, Hoboken (New Jersey), 2007.

  20. Je viens de regarder un peu, votre blog sur les préjugés, il faut que j’arrête tout de suite, si sur certains points je suis plutôt d’accord sur d’autres j’ai les cheveux qui se hérissent à la lecture de certaines contrevérités : par exemple sur délinquance & étranger (les statistiques carcérales sont pourtant claires) ou la minimisation de l’immigration,
    En tout cas merci pour ce rapport anglais qui nous apprend que la France est le pays d’Europe qui compte la plus forte proportion de musulmans.

    Bien à vous
    Eric

    1. Vous ignoriez que la France était le pays européen qui compte la plus forte proportion de musulmans ? Surprenant ! Vous semblez pourtant bien connaitre « le problème » de l’immigration et donc vous ne devriez pas ignorer pas que les immigrés proviennent en majorité des anciennes colonies. Pakistanais et Indous en GB, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique subsaharienne en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez la liste des chiffres représentés *