Préjugés sur l’immigration

Les plus petits esprits ont les plus gros préjugés. »,
Victor Hugo, Océan, Tas de pierres, 1842.

Neuvième d’une série d’articles démontant les préjugés sur la pauvreté, l’assistanat, l’immigration, les Roms, les dépenses publiques, . . .

9) Sur l’immigration

immigration_je_veux_pas_savoir.jpg

9-1) « L’immigration augmente d’année en année en France »

VRAI et FAUX ! Depuis 1975, le taux d’immigrés est quasi constant : 8,4 % en 2008  contre 7,4 % en 1975  (source: Évolution de la part des populations étrangères et immigrées en 2008,  INSEE).

Le solde migratoire (entrées – sorties) annuel est, en taux, le plus faible de l’U.E. (cf. 9.3). Il a varié selon une tendance baissière de 1,7 en 2004 à 0,7 en 2011 (source : 2e et 6e colonnes de ce tableau, INED 2011).

Si l’on ne tient compte que des entrées, la France compte parmi les pays dont le nombre d’entrées d’étrangers relativement à la population totale est le plus bas comme l’atteste le graphique ci-dessous.

Entrees_etrangers_-_pop_20_pays_en-2011_OCDE.jpg

9-2) « Si on renvoyait les étrangers1 dans leur pays, il y aurait moins de chômage en France »
ou
« Les étrangers prennent des emplois aux Français »
ou
« Les étrangers creusent le trou de la Sécurité sociale »

FAUX ! Globalement, la présence des populations de nationalité étrangère en France crée de la richesse et donc de l’emploi, grâce à l’apport de consommation, d’impôts et de cotisations (voir 9-6.). Les étrangers sont aussi consommateurs, ils créent une demande supplémentaire et des emplois. Les études montrent que les migrants arrivants créent leurs propres emplois.

« En imaginant une augmentation de 10 % du flux d’immigration au Royaume-Uni en 2007, le taux de chômage n’augmenterait alors que de 0,01 point au bout de 13 ans. » (source : Immigrés: une boîte à outils pour répondre à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, Caroline Fourteau, mai 2011).

9-3) « La France est un des pays d’Europe qui accueille le plus d’immigrés »

FAUX ! En 2001, « avec un taux d’accroissement naturel de 4 pour 1000 et un taux d’accroissement migratoire de 1 pour 1000, la France est le pays d’Europe dont la croissance démographique annuelle dépend le moins de l’immigration ». 1 pour 1000 siginifie 0,1% de la population française ! Grosse catastrophe !!!

    Le solde migratoire (entrées – sorties) ne représente que 20 % de l’accroissement naturel de la population française. Il est en outre le PLUS FAIBLE de l’U.E..
En Allemagne, la totalité de l’accroissement de la population est due au solde migratoire, le solde naturel étant négatif !

   Source : « Cinq idées reçues sur l’immigration », tableau 2, p. 2, INED, 2004.

   Comme l’illustre le graphique ci-dessous, les autres pays d’Europe se trouvent entre ces deux extrêmes :

Bilan démographique Europe en 2001 en taux soldes naturel

   En 2009 et 2010, la situation n’avait pas changé pour la France.

   Comme indiqué dans le graphique ci-dessous (colonne de droite), en 2010, la part des personnes immigrées sur la population totale s’élevait à : Autriche : 16 %, Suède : 14 %, Espagne : 14 %, États-Unis : 13 %, Allemagne : 13 %, France : 11 %2, Pays-Bas : 10 %, Royaume-Uni : 10 %, Belgique : 9 %, Italie : 7 % (source : Le nombre et la part des immigrés dans la population : comparaisons internationales, Gilles Pison, INED, 2010).

Taux-immigres-Monde---2000---2010---INED-2010.jpg

9-4) « Les familles immigrées font beaucoup plus d’enfants que les familles françaises natives »

Pas tant que cela ! « Dans la période 1991-1998, le nombre moyen d’enfants par femme était de 1,65 pour les seules françaises natives. Les femmes immigrées avaient en moyenne 2,2 enfants »  

Source : « Cinq idées reçues sur l’immigration », Population et sociétés, INED, 2004).

Voir également :  » Monde : existe-t-il un lien entre religion et nombre d ‘enfants par femme ? « 

9-5) « La France accueille toute la misère du monde », sous-entendu : « Ce sont les populations les plus pauvres qui immigrent en France »

FAUX ! « Dans l’ensemble, les migrants représentent par rapport aux non-migrants de la société d’origine une population sélectionnée : en meilleure santé, plus instruite, plus entreprenante, dotée d’un minimum de ressources »  (source : « Cinq idées reçues sur l’immigration », p. 4, Population et sociétés, N° 397, INED, 2004).

La part des immigrés diplômés de l’enseignement supérieur est passée de 12 à 25 % entre 1990 et 2007. La moyenne nationale est de 29 % (sources : « L’activité des immigrés en 2007 », INSEE et Immigrés: une boîte à outils pour répondre à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, Caroline Fourteau, mai 2011).

9-6) « L’immigration coûte 48 milliards d’Euros à la France en prestations sociales »

VRAI ! Mais elle rapporte 60 milliards d’€ en impôts et cotisations sociales chaque année.

Sources : ministère de la Santé et des Affaires Sociales et étude de l’université de Lille-II de juillet 2010, et « Immigrés: une boîte à outils pour répondre à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy« , Caroline Fourteau, mai 2011.

La population immigrée est en moyenne plus jeune et en bonne santé que les autres habitants de la France. Or dans les prestations sociales la maladie pèse 47 % et la retraite 31 % (les autres dépenses étant les allocations chômage, le RSA, les allocations logement et les allocations familiales). La population immigrée est donc une chance pour aider au paiement des retraites.

En moyenne, la contribution nette de chaque immigré (différence entre ce qu’il verse et ce qu’il reçoit en impôts et cotisations sociales) est de l’ordre de 1500 € par an.

Source : « Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme » , rapport pour la DREES-MIRe, auprès des Ministères du travail, du budget et de la Santé.

   « En l’absence de l’immigration, le besoin de financement de la protection sociale en France augmenterait de 2 points de Produit Intérieur Brut (PIB). » (source : Immigration : combien ça coûte, Xavier Chojnicki, Lille 2, laboratoires EQUIPPE et CEPII). 

Bien sûr, l’apport de l’immigration à notre pays ne saurait se limiter à cet aspect comptable : il est aussi et surtout humain, culturel, scientifique, artistique, etc.

9-7) « Les étrangers peuvent profiter facilement des minima sociaux »

FAUX ! Il faut être en possession d’un titre de séjour et d’une carte de travail depuis au moins cinq ans pour bénéficier du RSA si on est natif d’un pays extérieur à l’Union européenne.

9-8) « Les étrangers augmentent la délinquance »

FAUX ! 12,7 % du nombre de condamnés sont étrangers (source : ministère de la Justice), alors qu’ils représentent environ 8 % de la population française (cf. 9-3.). Quel écart trouverions-nous en fonction de critères sociaux et non nationaux ?

9-9) « Les immigrés provoquent la baisse des salaires des natifs »

FAUX ! A en croire cette étude de la banque de France, c’est le contraire. Extrait du résumé : «  Pour comprendre cette asymétrie et l’impact positif de l’immigration sur les salaires, nous explorons le lien entre immigration et distribution des natifs entre emplois « .

9-10) « Il y a 10 à 15 millions de musulmans en France »

FAUX !  En 2010, 2,1 millions des adultes de 18 à 50 ans (7,8% de cette tranche d’âges) se déclarait de confession musulmane (source :  » Trajectoires  et Origines Enquête sur la diversité des populations en France« , p124, INED, octobre 2010).  Si l’on extrapole ce taux à toute la population – donc également les enfants de 0 à 18 ans ! – cela fait 5,1 millions d’individus.

Pour les sceptiques envers les statistiques officielles, selon l’IFOP le taux serait de 5,8% de la population des plus de 18 ans soit 3,5 millions (source :  » ANALYSE : 1989-2009, Enquête sur l’implantation et l’évolution de l’Islam de France », p.4, IFOP, aout  2009).

On retrouve ces chiffres dans l’article wikipedia L’islam en France.

  Pour aller lus loin sur la question de l’immigration  :

Trois petits films d’animation de deux minutes !

———————————————————————–

1. Dans la définition de l’ONU, un immigré est une personne née en dehors du territoire concerné. Cela inclut donc les Français nés à l’étranger. En réalité, dans le sens commun adopté par l’INSEE, un immigré est une personne née étrangère à l’étranger.

2. En incluant les Français nés à l’étranger, comme l’ONU le préconise dans ses calculs. La part des immigrés de nationalité étrangère s’élève à 8 % (chiffre présenté par l’INSEE).